Oscars 2018 : les statistiques des nominations

0
134

Suite à l’annonce des nominations aux 90èmes , voici quelques anecdotes, records et autres faits divers autour de cette liste si prestigieuse du cinéma hollywoodien :

 

 

n’est que la cinquième femme nommée dans la catégorie de la Meilleure réalisation, après Lina Wertmüller, Jane Campion, Sofia Coppola et Kathryn Bigelow, la seule réalisatrice oscarisée jusqu’à présent, en 2010. Elle fait partie du groupe assez restreint d’acteurs passés derrière la caméra, auxquels l’Académie a réservé un accueil de choix : Laurence Olivier, John Cassavetes, Warren Beatty, Robert Redford, Richard Attenborough, Kevin Costner, Clint Eastwood, Mel Gibson, Tim Robbins, Ron Howard et George Clooney.


 

Pour la première fois depuis Bugsy de Barry Levinson en 1992, deux comédiens du même film ont été nommés dans la catégorie du Meilleur acteur dans un second rôle. et Sam Rockwell dans 3 Billboards Les Panneaux de la vengeance de Martin McDonagh succèdent ainsi à Harvey Keitel et Ben Kingsley, ainsi qu’à treize autres doubles messieurs dans des films plus anciens tels que Monsieur Smith au sénat de Frank Capra, Rocky de John G. Avildsen, Des gens comme les autres de Robert Redford, Tendres passions de James L. Brooks et Platoon de Oliver Stone. Côté féminin, ces doubles nominations sont largement plus courantes, puisque elles sont survenues pas moins de huit fois depuis le début du siècle, la dernière fois en 2012 avec Jessica Chastain et Octavia Spencer dans La Couleur des sentiments de Tate Taylor.


 

est et restera la reine des Oscars, puisque elle vient d’obtenir sa 21ème nomination pour Pentagon Papers ! Toutefois, cette popularité a un certain prix, puisqu’il s’agit de la première fois qu’elle est nommée pour un film également dans la course pour l’Oscar du Meilleur Film depuis Out of Africa de Sydney Pollack en 1986. Pire encore, avec ses deux misérables nominations, le film de Spielberg fait aussi « bien » que The Blind Side de John Lee Hancock, qui avait toutefois su remporter l’Oscar de la Meilleure actrice pour Sandra Bullock. Il est par contre quasiment certain que Meryl Streep n’égalera pas le record des quatre Oscars tenu toujours par Katharine Hepburn avec ce film-ci.

 

 

Un bilan très mitigé donc pour , qui s’approche au moins du record des films nommés en tant que Meilleur Film, actuellement et depuis longtemps défendu par le légendaire William Wyler. Grâce à ses onze nominations dans cette catégorie – avec un seul Oscar du Meilleur Film pour La Liste de Schindler –, il ne lui en faut plus que deux nominations pour être sur un pied d’égalité avec le réalisateur de Ben-Hur. Spielberg conforte par ailleurs son avance évidemment définitive sur Wyler, à travers les désormais 130 nominations cumulées sur l’ensemble de sa filmographie.


 

est la huitième actrice, principalement connue en tant que chanteuse, nommée comme Meilleure actrice dans un second rôle, après Miliza Korjus, Peggy Lee, Lotte Lenya, Carol Channing, Cher, Queen Latifah et Jennifer Hudson. A travers sa deuxième nomination cette année pour la Meilleure chanson « Mighty river », elle devient la première actrice à être nommée de la sorte la même année et pour le même film. Les trois autres actrices nommées pour avoir composé au moins une chanson sont Barbra Streisand avec « Evergreen » et « I finally found someone », Irene Cara avec « What a Feeling » et Annette O’Toole avec « A Kiss at the end of the rainbow », face aux quatre acteurs Keith Carradine avec « I’m easy », Michael McKean avec « A Kiss at the end of the rainbow », Seth McFarlane avec « Everybody needs a best friend » et Common avec « Glory ».


 

La vieille garde de Hollywood riposte avec la nomination de dans Tout l’argent du monde de Ridley Scott, un film qui avait déjà fait couler beaucoup d’encre autour de son casting in extremis à quelques semaines de la sortie du film fin décembre, afin de remplacer Kevin Spacey, devenu indésirable dans le sillage de l’affaire Weinstein. A 88 ans, Plummer surpasse le record tenu depuis 1998 par Gloria Stuart, nommée alors à l’âge de 87 ans pour son second rôle dans Titanic de James Cameron. L’acteur canadien était déjà le plus vieux acteur oscarisé, grâce à sa prestation dans Beginners de Mike Mills, qui lui avait valu l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle en 2012 à 82 ans.

 

 

D’un an et demi plus vieux que Plummer, le réalisateur James Ivory, nommé cette année pour le scénario adapté de Call Me By Your Name de Luca Guadagnino, aurait pu devenir la personne la plus âgée nommée à un Oscar compétitif. Même s’il dépasse en années le lauréat le plus âgé, le compositeur Ennio Morricone, il existe quelqu’un d’autre sur la liste des nommés de cette 90ème édition des Oscars, né huit jours avant lui ! Le réalisateur de Retour à Howards End pourra se consoler avec son inclusion sur la liste très exclusive des cinéastes, nommés pour le scénario d’un film pas réalisé par eux, après avoir déjà reçu une nomination comme Meilleur réalisateur. Y figurent a priori seulement Paul Haggis pour Lettres d’Iwo Jima de Clint Eastwood, ainsi que les frères Coen, responsables il y a deux ans de l’intrigue du Pont des espions de Steven Spielberg.


 

Car la doyenne de cette édition des Oscars et de l’Histoire de ces derniers tout court est la réalisatrice belge Agnès Varda, qui décroche donc enfin sa première nomination à bientôt 90 ans, aux côtés de sa fille Rosalie et de son co-réalisateur JR pour le documentaire Visages villages ! Fraîchement honorée par l’Académie américaine avec un Oscar d’honneur en novembre dernier, elle appartient désormais au club prestigieux des personnalités du cinéma qui ont réussi à se faire nommer la même année qu’elles ont reçu leur prix honorifique. Parmi ses membres, on compte l’acteur Harold Russell, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale qui avait également gagné l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour Les Plus belles années de notre vie en 1947, la légende du cinéma britannique Laurence Olivier, Oscar d’honneur en 1979, la même année que sa dixième et dernière nomination dramatique pour Ces garçons qui venaient du Brésil de Franklin J. Schaffner, et le producteur Saul Zaentz, prix honorifique Irving G. Thalberg et Oscar du Meilleur Film en 1997 pour Le Patient anglais de Anthony Minghella.


 

Un autre vétéran habitué des Oscars est le compositeur , qui va sur ses 86 ans et décroche presque en passant sa 51ème nomination ! Nommé à 46 reprises pour ses bandes originales et cinq fois pour des chansons, Williams est de loin la personne vivante la plus souvent nommée et n’est qu’à huit nominations pour égaler le record de tous les temps, tenu par Walt Disney. Sans vouloir être trop morbide et en prenant en considération qu’il lui a fallu une dizaine d’années pour accumuler ses huit dernières nominations, il nous paraît peu probable qu’il y parvienne …

 

 

La costumière , qui reçoit cette année sa cinquième et sixième nomination des Meilleurs costumes, respectivement pour La Belle et la bête de Bill Condon et Les Heures sombres de Joe Wright, n’est que la huitième créatrice de costumes ainsi honorée depuis que la catégorie a été inaugurée lors de la 21ème cérémonie des Oscars en 1949. Elle succède à ses confrères et consœurs mythiques Charles LeMaire, Irene Sharaff, Edith Head, Vittorio Nino Novarese, Danilo Donati, Ngila Dickson et Sandy Powell. De même, la double nomination pour les Meilleurs décors de l’équipe formée par et est plutôt atypique, puisqu’elle ne s’était produite qu’une seule fois, en 1992, avec Dennis Gassner et Nancy Haigh, nommés pour Barton Fink des frères Coen et Bugsy de Barry Levinson.


 

C’est la première fois depuis 1996 que les Ours, Palmes et autres Lions d’or des trois principaux festivals européens, Berlin, Cannes et Venise, se retrouvent d’une façon ou d’une autre aux Oscars. Jadis, il s’agissait des films anglophones Raison et sentiments de Ang Lee, Secrets et mensonges de Mike Leigh et Michael Collins de Neil Jordan. Ceux-ci étaient toutefois nommés sur deux cérémonies des Oscars, l’adaptation de Jane Austen en 1996 et les deux autres l’année suivante. Cette année, ce sont le hongrois Corps et âme de Ildiko Enyedi et le suédois The Square de Ruben Östlund qui s’affrontent en tant que Meilleurs Films étrangers, pendant que La Forme de l’eau de Guillermo Del Toro mène la danse grâce à ses treize nominations !


 

Trois acteurs nommés l’année dernière font leur retour : Octavia Spencer, Meryl Streep et Denzel Washington. Le passage de témoin est donc assuré, contrairement à l’absence de nominations consécutives dans les quatre catégories dramatiques l’année passée. A noter que Spencer et Washington sont les premiers acteurs afro-américains à obtenir des nominations deux années de suite, respectivement leur troisième et leur neuvième.

 

 

Comme ce fut déjà le cas lors des nominations pour les prix du syndicat des chefs opérateurs, la directrice de la photo est la première femme nommée dans cette catégorie aux Oscars. Du même film, Mudbound, la première production Netflix à être reconnue par l’Académie du cinéma américain, sa réalisatrice Dee Rees est la première femme afro-américaine nommée dans la catégorie du Meilleur scénario.


 

Le roi des nominations, c’est-à-dire l’acteur qui réunit le plus de nominations à travers sa participation dans les films les plus souvent sollicités par les membres de l’Académie, est cette année , à l’affiche de trois films nommés dans la catégorie suprême : Call Me By Your Name de Luca Guadagnino, La Forme de l’eau de Guillermo Del Toro et Pentagon Papers de Steven Spielberg, ce qui lui vaut un cumul de 19 citations. Parmi les autres acteurs qui apparaissent dans plusieurs films, citons Timothée Chalamet (Call Me By Your Name & Lady Bird), Woody Harrelson (3 Billboards Les Panneaux de la vengeance & La Planète des singes Suprématie), Lucas Hedges (3 Billboards Les Panneaux de la vengeance & Lady Bird), Hugh Jackman (The Greatest Showman & Logan), Lily James (Baby driver & Les Heures sombres) et Richard Jenkins (La Forme de l’eau & Kong Skull Island).


 

L’acteur qui a dû attendre le plus longtemps avant de décrocher une nouvelle nomination est Willem Dafoe, cité la dernière fois en 2001 pour L’Ombre du vampire. Avec un laps de temps de dix-sept ans, le décalage est encore plus important que celui, déjà considérable, entre sa première nomination en 1987 pour Platoon de Oliver Stone et celle pour le film de E. Elias Merhige, quatorze ans plus tard. L’actrice dont la première nomination remonte le plus dans le passé est bien entendu Meryl Streep, nommée en 1979 pour Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici