Action Critiques de films — 12 juillet 2012
Mains armées

Mains armées

France : 2011
Titre original : Mains armées
Réalisateur :
Scénario : Pierre Jolivet
Acteurs : , ,
Distribution : Mars Distribution
Durée : 1h45
Genre : Policier
Date de sortie : 11 juillet 2012

Globale : [rating:4][five-star-rating]

Armé de son savoir faire dans le domaine de la comédie, le cinéaste de « Ma petite entreprise » et « Filles uniques » pose sa caméra dans l’univers du polar. Rythme, nervosité mais aussi brillante analyse des rapports humains constituent les grandes qualités de cet excellent opus. Une fois de plus, le frangin de Marc peut brandir le joli « V » de la victoire !

Synopsis : Filature de Marseille à Paris pour démanteler un trafic d’armes, de cocaïne. Deux équipes qui sans être totalement antagonistes, ne se font pas beaucoup de cadeau. Sauf que dans l’une se trouve un commissaire esseulé et dans l’autre sa fille qu’il n’a quasiment jamais vue.

Mains armées

Entre filatures et filiations

L’efficacité métronomique des comédies de Pierre Jolivet (« Ma petite entreprise », « Filles uniques ») ne pouvait que faire des étincelles dans le polar. Mais n’oublions pas toutefois que l’on doit à ce brillant scénariste et dialoguiste des œuvres où l’intime se taille la belle part, de « Fred » (polar social qui offrit à Vincent Lindon un de ses plus beaux rôles) à « Force majeure » (le duo Bruel/Cluzet au top). « Mains armées » va jouer sur ces deux registres.

Mains armées Leïla Bekhti  sexy

Des comédiens de haut vol

D’une simple enquête policière comme on en voit pléthore avec trafic de drogues, vente d’armes et autres antagonismes entre les différents groupes de police, le cinéaste va tisser un tout autre camaïeu de situations autrement plus palpitantes en créant cette relation filiale entre le commissaire (Roschdy Zem une fois de plus remarquable) et sa collègue de fille (Leïla Bekhti également parfaite). Sans jamais sombrer dans le misérabilisme de la fillette abandonnée par son père, le propos dresse deux portraits d’êtres à la dérive qui ne sont pas sans rappeler la déréliction des personnages de « Fred ». Le thème de la paternité, quant à lui, cher au cinéaste, est ici à nouveau exploré avec un réalisme cru et frontal.

Avec beaucoup de noirceur, le cinéaste s’empare de son matériau scénaristique auquel on pourrait reprocher peut-être son inutile complexité et va, fort de son savoir-faire dans la comédie, calquer ses effets sur le polar. Les micro-suspens magistralement menés, le rythme nerveux du montage et l’ensemble de l’interprétation absolument parfaite (notons un Marc Lavoine détestable à souhait et une Marilyne Canto grandiose en deux scènes seulement) confèrent à ce nouvel opus son indubitable réussite. En déjouant les codes du genre (inutile d’attendre des courses-poursuites…) et en prenant à revers ceux de la comédie pour les intégrer dans cette histoire musclée, le cinéaste parvient à un bel équilibre. Ses personnages, loin d’être des anges, nous marquent durablement car dépourvus de tout manichéisme, bien au contraire, ils nous sont proches. Proches de nos vies, proches de la société dans laquelle nous évoluons ou tentons d’évoluer…

Résumé

Exercice périlleux que de mélanger les genres. Pierre Jolivet réussit ce coup de force sur un sujet policier auquel il adjoint une fort belle histoire familiale. Porté par d’excellents comédiens, son film, malgré une enquête inutilement complexe, s’inscrit à merveille dans la filmo exigeante de cet excellent cinéaste.  

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=WWk6hibJgaM[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Franck

Cet article a été rédigé par Franck Bortelle, Rédacteur de Critique Film.

(0) Readers Comments

Comments are closed.