Les sorties du 24 novembre 2021

0
344

Soul Kids © 2020 GoGoGo Films / Srab Films / BNP Paribas Pictures / Jour2fête Distribution Tous droits réservés

Un peu malgré lui dans une posture expectative, ce dernier mercredi du mois de novembre nous présente une offre de cinéma en demi-teinte. Car qui sait jusqu’à quel point les prochaines semaines seront à nouveau placées sous le signe de la pandémie, avec tout ce que cela implique en termes de sorties repoussées, de journées de séances tronquées, voire de salles obscures carrément refermées ? Sans nous abandonner d’ores et déjà au pessimisme le plus déprimant, il y a tout de même quelque chose d’au moins légèrement inquiétant dans l’air, surtout au vu des restrictions qui tombent à un rythme quasiment quotidien chez nos voisins du nord.

Tant que vous le pourrez, faites donc œuvre de résistance en vous rendant au cinéma ! Nos trois coups de cœur de la semaine vous feront revivre les horreurs du joug soviétique dans les pays baltiques juste après la guerre, version austérité filmique comme le réalisateur Sharunas Bartas sait si bien le faire dans Au crépuscule, ou bien, au contraire, exulter d’optimisme grâce aux jeunes élèves du côté de Memphis dans le documentaire Soul Kids de Hugo Sobelman et, pour finir, en apprendre beaucoup – mais selon notre confrère Jean-Jacques pas tout – sur le travail de l’artiste Frida Kahlo dans un autre documentaire remarquable Frida Viva la vida de Giovanni Troilo.

L’Événement © 2021 Rectangle Productions / France 3 Cinéma / Srab Films / Wild Bunch Distribution Tous droits réservés

Le dernier Lion d’or au Festival de Venise a provoqué des réactions assez mitigées. Ainsi, notre cher Jean-Jacques n’en a guère apprécié la forme. Il n’empêche que L’Événement de Audrey Diwan peut valoir le détour pour son évocation sans fard de la thématique de l’avortement dans la France des années 1960. Encore un peu plus sinistre est le fond de l’autre film français majeur de la semaine, De son vivant de Emmanuelle Bercot ou comment accompagner le personnage de Benoît Magimel dans sa lutte finale contre la maladie.

Côté américain, les deux gros mastodontes à l’affiche dès aujourd’hui n’ont point besoin de notre soutien. Ils raviront toutefois les fans de Lady Gaga et de Ridley Scott pour le rocambolesque House of Gucci et ceux de la magie Disney un peu trop répétitive à notre goût dans le film d’animation Encanto La Fantastique famille Madrigal.

Enfin, deux films qui vaudront sans doute l’effort d’être débusqués dans une salle pas si proche, à cause de leur exploitation confidentielle : le drame d’enfance libanais Liban 1982 de Oualid Mouaness et le documentaire – un de plus – Les Mots de Taj de Dominique Choisy sur l’odyssée d’un réfugié afghan, qui refait à l’envers son périple depuis Amiens jusqu’à Kaboul, avant le retour au pouvoir des Talibans.


L’Incompris © 1967 Franco London Films / Rizzoli Film / Carlotta Films Tous droits réservés

L’enfance plus ou moins bien vécue est au cœur de deux des films qui font timidement leur retour en salles cette semaine. Or, avec L’Incompris de Luigi Comencini et Un sac de billes de Jacques Doillon vous pourriez (re)voir ce que le cinéma avait de plus beau et percutant à dire sur ce sujet délicat entre le milieu des années ’60 et celui de la décennie suivante.

A moins que vous soyez des fans inconditionnels de l’avant-dernière étape de l’immense filmographie de Fritz Lang. Trois films noirs des années ’50 sont en effet regroupés dans une mini-rétrospective, au cours de laquelle vous croiserez des acteurs aussi emblématiques que Barbara Stanwyck, Paul Douglas, Marilyn Monroe, Robert Ryan, Dana Andrews, Rhonda Fleming et Joan Fontaine. Tout un programme qui vous occupera déjà amplement pendant les sept jours à venir, si jamais aucune des propositions de cinéma récent ne vous convient.


Au crépuscule de Sharunas Bartas (Lituanie, Drame historique, 2h07) avec Arvydas Dapsys, Marius Povilas et Elijas Martynenko

De son vivant de Emmanuelle Bercot (France, Drame, 2h02) avec Catherine Deneuve, Benoît Magimel et Cécile De France

Encanto La Fantastique famille Madrigal de Jared Bush et Byron Howard (États-Unis, Animation, 1h42)

L’Événement de Audrey Diwan (France, Drame social, 1h40, distribué sur 177 copies) avec Anamaria Vartolomei, Kacey Mottet-Klein et Luana Bajrami (critique)

Frida Viva la vida de Giovanni Troilo (Italie, Documentaire, 1h38) (critique)

Hikikomori de Sophie Attelann (France, Comédie dramatique, 1h15) avec Coline Chantrel, Karine Ventalon et Gigi Ledron

House of Gucci de Ridley Scott (États-Unis, Drame, 2h37) avec Lady Gaga, Adam Driver et Jared Leto

Liban 1982 de Oualid Mouaness (Liban, Drame d’adolescents, 1h40) avec Nadine Labaki, Mohammad Dali et Rodrigue Sleiman

Les Mots de Taj de Dominique Choisy (France, Documentaire, 1h58)

Resident Evil Bienvenue à Raccoon City de Johannes Roberts (États-Unis, Action, 1h48, distribué sur 391 copies) avec Kaya Scodelario, Hannah John-Kamen et Neal McDonough

Soul Kids de Hugo Sobelman (France, Documentaire, 1h15, distribué sur 36 copies) (critique)

Suprêmes de Audrey Estrougo (France, Drame muscial, 1h52) avec Théo Christine, Sandor Funtek et Vini Vivarelli

Reprises

L’Incompris (1967) de Luigi Comencini (Italie, Drame familial, 1h44, distribué sur 10 copies) avec Anthony Quayle, Stefano Cologrande et Simone Gionnozzi

Fritz Lang Le Goût du noir (1952-1956) de Fritz Lang (États-Unis, Thriller) : Le Démon s’éveille la nuit, La Cinquième victime et L’Invraisemblable vérité, avec Barbara Stanwyck, Dana Andrews et Joan Fontaine

Un sac de billes (1975) de Jacques Doillon (France, Comédie dramatique, 1h45) avec Richard Constantini, Paul-Eric Schulmann et Joseph Goldenberg

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici