Sorties de la semaine — 25 avril 2019
Les sorties du 24 avril 2019
© Urban Distribution Tous droits réservés

C’est la fin d’une époque ! Une génération de héros aux dimensions commerciales superlatives tire sa révérence avec ces quatrièmes aventures des Avengers, en toute modestie intitulées Endgame, qui rempliront les salles et raviront les fans, sans doute pas très regardants sur la durée du film un tantinet excessive de plus de trois heures. Pour tous les autres spectateurs, comme nous las de ce déferlement d’effets spéciaux et de mythologie creuse par lesquels se définit le cinéma hollywoodien des années 2010, il y a heureusement d’autres films de fiction, plus dignes d’intérêt, à l’affiche dès ce mercredi. Nos trois recommandations principales à ce sujet vous amèneront du côté du Rwanda avec le film de guerre belge La Miséricorde de la jungle de Joel Karekezi, dans un tramway en tous points identique à ceux qui font le tour de Paris, au détail près qu’il s’agit d’, le nouveau film d’un des plus importants cinéastes israéliens depuis plus de vingt ans, Amos Gitaï, et enfin un regard désarmant sur la jeunesse des banlieues américaines dans 90’s, un premier film étonnant de la part d’un acteur, Jonah Hill, qu’on n’attendait guère sur un projet aussi intimiste.

Je vois rouge © JHR Films Tous droits réservés

Toutefois, le film de la semaine est évidemment le nouveau documentaire du maître Frederick Wiseman, qui, du haut de ses 89 ans, a quitté le monde feutré des intellectuels dans la bibliothèque municipale de New York dans son film précédent Ex Libris, pour mieux cultiver le contraste avec , une bourgade pas loin d’Indianapolis, dans une région entièrement acquise à l’actuel occupant de la Maison blanche. Deux autres documentaires peuvent valoir le détour cette semaine : le regard autobiographique saisissant sur une Bulgarie sous l’emprise de souvenirs funestes de l’époque communiste posé par Bojina Panayotova dans Je vois rouge, ainsi qu’une autre quête personnelle, celle de la guérison d’une maladie paralysante de la part du photographe Stéphane Haskell par voie de yoga dans le très apaisant . Enfin, on revient à la fiction avec le cinéma français, qui étudie la notion de couple, sur un ton léger dans de Pierre Jolivet et plus tragiquement dans de Audrey Diwan.

© Potemkine Films Tous droits réservés

Il serait facile de trouver des qualités aux trois propositions que le cinéma américain fait cette semaine aux cinéphiles nostalgiques. Toute une génération de parents a ainsi la possibilité d’éveiller sa progéniture au cinéma, grâce aux films d’animation de Don Bluth, qui avaient déjà bercé leur propre enfance et dont le sixième depuis juin 2015, , fait son retour en salles. La filmographie de Fritz Lang est encore mieux exposée, puisque le thriller – admettons-le pas son film le plus important – fait le lien entre les œuvres majeures Le Testament du docteur Mabuse ressorti la semaine dernière et Les Trois lumières, à l’affiche mercredi prochain. Et puis le célèbre roman de Victor Hugo a connu tant d’adaptations au cinéma que la version de Lewis Milestone des Misérables du milieu des années 1950 ferait presque office de curiosité. Or, la seule ressortie incontournable de la semaine est bien entendu l’un des films de guerre les plus éprouvants de l’Histoire du cinéma : le russe Requiem pour un massacre de Elem Klimov !


90’s de Jonah Hill (États-Unis, Drame d’adolescents, 1h24) avec Sunny Suljic, Katherine Waterston et Lucas Hedges

L’Adieu à la nuit de André Téchiné (France, Drame, 1h43) avec Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein et Oulaya Amamra (critique)

Aujourd’hui rien de Christophe Pellet (France, Docu-fiction, 1h12, distribué sur 5 copies) avec Pierre Emö, Yuming Hey et Sergio Daniel Ramirez

de Anthony et Joe Russo (États-Unis, Fantastique, 3h01) avec Robert Downey Jr., Chris Evans et Mark Ruffalo

de Hejer Charf (Canada, Documentaire, 1h37, distribué sur 1 copie)

Debout de Stéphane Haskell (France, Documentaire, 1h30)

de Edoardo Winspeare (Italie, Comédie, 1h50, distribué sur 5 copies) avec Gustavo Caputo, Antonio Carluccio et Claudio Giangreco

L’Esprit des lieux de Stéphane Manchematin et Serge Steyer (France, Documentaire, 1h30)

L’Esprit Le Corbusier de Gilles Coudert (France, Documentaire, 0h52, distribué sur 1 copie)

Je vois rouge de Bojina Panayotova (Bulgarie, Documentaire, 1h24, distribué sur 22 copies)

Mais vous êtes fous de Audrey Diwan (France, Drame, 1h35) avec Pio Marmaï, Céline Sallette et Maxence Tual

La Miséricorde de la jungle de Joel Karekezi (Belgique, Guerre, 1h31, distribué sur 20 copies) avec Marc Zinga, Stéphane Bak et Abby Mukiibi Nkaaga

Monrovia Indiana de Frederick Wiseman (États-Unis, Documentaire, 2h23, distribué sur 40 copies)

Ne coupez pas de Shinichiro Ueda (Japon, Comédie, 1h36, distribué sur 8 copies) avec Takayuki Hamatsu, Yuzuki Akiyama et Harumi Shuhama

Un tramway à Jérusalem de Amos Gitaï (Israël, Comédie dramatique, 1h34) avec Achinoam Nini Noa, Mathieu Amalric et Yaël Abecassis

Victor & Célia de Pierre Jolivet (France, Comédie, 1h35, distribué sur 231 copies) avec Alice Belaïdi, Arthur Dupont et Benabar

Reprises

Charlie mon héros (1989) de Don Bluth (États-Unis, Animation, 1h24)

House by the River (1950) de Fritz Lang (États-Unis, Policier, 1h25) avec Louis Hayward, Lee Bowman et Jane Wyatt

(1952) de Lewis Milestone (États-Unis, Drame, 1h45) avec Michael Rennie, Debra Paget et Robert Newton

Requiem pour un massacre (1985) de Elem Klimov (Russie, Guerre, 2h23) avec Aleksey Kravchenko, Olga Mironova et Liubomiras Laucevicius (critique)

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles