Les sorties du 14 décembre 2016

0
19

rogueone

Impossible d’échapper cette semaine à la sortie événement du nouveau Star Wars. a beau n’être qu’une histoire annexe de l’univers qui avait été à l’origine de la fortune de George Lucas et qui remplit désormais les caisses de Disney, le battage médiatique autour pourrait nous laisser croire en le film le plus important de l’année 2016 ou en tout cas des vacances de fin d’année. Loin de nous l’idée de vouloir cracher dans la soupe face à un tel déchaînement mercantile, d’autant moins que le film de Gareth Edwards n’est apparemment pas honteux et qu’il rassemble une distribution pour le moins dans l’air du temps, dont notre cher Diego Luna adulé. Rien que pour pouvoir subsister sur les réseaux sociaux pour les plus jeunes spectateurs ou lors des discussions autour de la machine à café pour les plus âgés, vous avez donc notre bénédiction pour vous ruer devant les centaines d’écrans qui projettent dès ce jour Rogue One A Star Wars Story, qui n’a, bien sûr, nullement besoin de notre soutien.

jeunefillesansmains

Les valeureuses tentatives de contre-programmation se cristallisent essentiellement autour de deux films, sans doute plus méritants d’un point de vue cinématographique que le mastodonte de Lucasfilm. Notre coup de cœur de la semaine est le nouvel Assayas, , qui avait fait sensation lors du dernier Festival de Cannes, d’où il était reparti avec le prix de la mise en scène, et qui confirme la bonne santé artistique de la collaboration entre le réalisateur et l’actrice Kristen Stewart. Plus accessible en termes de sentiments est le nouveau film de Kenneth Lonergan, bien placé pour remporter au moins l’Oscar du Meilleur acteur pour Casey Affleck, que notre cher confrère Sébastien porte aux nues. Quant à Jean-Jacques, il était visiblement difficile de lui faire plaisir avec le programme de cette semaine, puisqu’il a modérément détesté et de Sophie Reine, et de Asaph Polonsky. Enfin, comme le public familial retrouvera le chemin des salles de cinéma avec le début des vacances ce samedi, nous lui conseillons davantage la poésie abstraite de de Sébastien Laudenbach que l’esthétique froide de de Eric Summer et Eric Warin.

adorablevoisine

Du côté des reprises, trois films issus à peu de choses près de la même époque se disputent les faveurs des spectateurs nostalgiques, qui ne plongeront pas dans le cycle « Hollywood décadent » qui débute ce soir à la Cinémathèque Française. Les films des années 1950 nous renvoient en effet à une façon de concevoir des films sensiblement différente de la nôtre, plus d’un demi-siècle plus tard. Ce qui ressort du choix par hasard de de Richard Quine – un drôle de compagnon du couple mythique James Stewart / Kim Novak à l’affiche la même année dans Sueurs froides de Alfred Hitchcock –, L’homme tranquille de John Ford et de Sidney Gilliat, c’est le monopole presque exclusif qu’y tiennent Stewart, John Wayne et Rex Harrison. Espérons que la diversité des origines des personnages et le rôle principal tenu par une femme dans le nouveau Star Wars participeront à envoyer définitivement aux oubliettes une telle vision passéiste et machiste du monde !


Ballerina de Eric Summer et Eric Warin (France, Animation, 1h29, distribué sur 614 copies)

Cigarettes et chocolat chaud de Sophie Reine (France, Comédie, 1h38) avec Gustave Kervern, Camille Cottin et Héloise Dugas (critique)

de Jérôme De Gerlache (France, Documentaire, 1h14)

La Jeune fille sans mains de Sébastien Laudenbach (France, Animation, 1h13, distribué sur 59 copies)

de Kenneth Lonergan (Etats-Unis, Drame, 2h15, distribué sur 161 copies) avec Casey Affleck, Michelle Williams et Kyle Chandler (critique)

de Michel Leviant (France, Comédie, 1h20) avec Elsa Leviant, Sofia Lesaffre et Mona Hackel

https://youtu.be/4rltzdwxTHw

Personal shopper de Olivier Assayas (France, Fantastique, 1h45, distribué sur 145 copies) avec Kirsten Stewart, Nora von Waldstatten et Lars Eidinger (critique)

Rogue One A Star Wars Story de Gareth Edwards (Etats-Unis, Science-fiction, 2h13) avec Felicity Jones, Ben Mendelsohn et Diego Luna

Une semaine et un jour de Asaph Polonsky (Israël, Drame, 1h38) avec Shai Avivi, Evgenia Dodina et Tomer Kapon (critique)

de Collectif (Suisse, Science-fiction, 1h39, distribué sur 15 copies) avec Dashmir Ristemi, Julia Glaus et Peter Jecklin

Reprises

 

L’Adorable voisine (1958) de Richard Quine (Etats-Unis, Comédie, 1h40) avec James Stewart, Kim Novak et Jack Lemmon

L’Homme tranquille (1951) de John Ford (Etats-Unis, Comédie dramatique, 2h09, distribué sur 1 copie) avec John Wayne, Maureen O’Hara et Barry Fitzgerald

Un mari presque fidèle (1955) de Sidney Gilliat (Royaume-Uni, Comédie, 1h28) avec Rex Harrison, Margaret Leighton et Kay Kendall

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici