Cannes 70 Dossiers Festivals News — 28 mars 2017
Cannes 70 : La Palme d’or rime-t-elle nécessairement avec Oscars et César ?

70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des cinéphiles du monde entier avec le Festival de Cannes. En partenariat avec le site Écran Noir, nous lançons le compte à rebours : pendant les 70 jours précédant la 70e édition, nous nous replongeons quotidiennement dans ses 69 premières années.

Aujourd’hui, J-51. Retrouvez nos précédents textes du dossier Cannes 70 en cliquant sur ce lien.

Le festival de Cannes propose chaque année les films les plus importants de l’année à venir, et a de ce fait souvent été précurseur des deux grosses cérémonies de cinéma du monde que sont les Oscars et les . Même si la trame cannoise est très différente du modèle hollywoodien ou de la french touch des César (à Cannes rares sont les films français qui repartent avec la palme d’or), les films palmés s’envolent souvent dans la capitale, avant de se poser délicatement à Los Angeles, catégorie meilleur film étranger au minimum. Petit retour sur les films palmés qui ont brillé aux Oscars et/ou aux César.

Dès le premier festival de Cannes en 1946, l’ n’était pas très loin du palais cannois. En effet, en cette première année  de Billy Wilder, l’histoire du week-end infernal d’un alcoolique, emporte un Grand Prix et un prix d’interprétation masculine pour Ray Milland avant l’Oscar du meilleur film (et du meilleur acteur encore) dans la foulée.

1955 reste une année d’exception. Jusqu’à aujourd’hui encore, le drame Marty de Delbert Mann avec Ernest Borgnine en garçon boucher reste le seul film à avoir remporté la Palme d’or et l’Oscar du meilleur film. Une palme n’est pas une garantie de trophée suprême aux Oscars, comme en témoignent certains successeurs dont  de William Wyler (1957), MASH de Robert Altman (1970) qui se contentera de l’Oscar de la meilleure adaptation ou  de Francis Ford Coppola (1974). Deux ans plus tard, c’est au tour du bébé de Martin Scorsese, Taxi Driver, de se voir nommé aux Oscars sans obtenir la statuette. Il est mis k.o par le premier volet de  qui l’emporte dans la catégorie du meilleur film.

En 1980, pour la première – et unique – fois deux Palmes d’or sont citées la même année à l’Oscar du meilleur film.  de Coppola encore (Palme 1979) et Que le spectacle commence de Bob Fosse (Palme 1980) partagent le même triste sort, battus par le drame du divorce  de Robert Benton. Les deux cinéastes aiment le partage : en 1973, le premier avait remporté l’Oscar du meilleur film pour Le Parrain tandis que le deuxième recevait celui du meilleur réalisateur pour Cabaret. Même leurs Palmes sont partagées, Coppola avec Volker Schlöndorff pour Le Tambour, Fosse avec Akira Kurosawa pour Kagemusha.

Sexe, Mensonges et VidéoSailor et Lula et Barton Fink, trois palmes d’or américaines consécutives (de 1989 à 1991) se contentent elles-aussi de maigres citations. Quant à La Leçon de piano, elle gagne la Palme d’or en 1993 mais aux Oscars, c’est Steven Spielberg qui l’emporte avec La Liste de Schindler.

En 1994, Pulp fiction emporte la palme tout en finesse avec le doigt d’honneur (bien mérité) offert par à l’assemblée peu satisfaite de son sacre avant de se retrouver nommé à l’Oscar du meilleur film l’année suivante. Néanmoins, il ne remportera pas cet honneur hollywoodien, l’Académie lui préférant Forrest Gump. Même manque de chance deux ans plus tard pour le  de Mike Leigh qui, a brillé au Festival de Cannes avant d’apercevoir l’Oscar sans l’avoir en 1997. Ce qui arrivera également en 2002 pour le film Le Pianiste de Roman Polanski qui, malgré sa palme, se prend une dérouillée par les talons aiguilles du duo sexy et jazzy de Chicago de Rob Marshall (Oscar du meilleur film en 2003). La malédiction continue sur le délicieux Amour de Michael Haneke en 2012, lui aussi reparti bredouille. Mais Roman Polanski comme Michael Haneke se consolent avec le César du meilleur film.

Parfois, c’est l’inverse qui se produit comme en 2011 avec  qui ne repart de la croisette qu’avec la palme Dog (prix décerné aux chiens animés ou réels dans les films) et le prix d’interprétation masculine pour Jean Dujardin avant de briller aux Oscars (cinq prix dont meilleur film et meilleur acteur) et aux César (meilleur film et actrice notamment).

Côté César, les lauréats ont encore moins de chance… et pour cause, il n’y a pas que des films de chez nous qui emportent la célèbre palme d’or, du coup le choix des César est plus restreint, si ce n’est dans la catégorie Meilleur film étranger. Rares sont donc les gagnants de la croisette qui brillent également au théâtre du Châtelet. Il faudra d’ailleurs attendre 1987 pour voir un lauréat aux César :  de Maurice Pialat remporte la palme d’or mais se fait coiffer au poteau par Au revoir les enfants de Louis Malle aux César.

Même sort en 2006 pour L’Enfant des frères Dardenne, battu par De mon battre son cœur s’est arrêté de Jacques Audiard, en 2009 pour Entre les murs de Laurent Cantet, pas suffisamment fort face à Séraphine de Martin Provost (César du meilleur film), puis en 2016 avec  de Jacques Audiard, les votants préférant (ouf) Fatima de Philippe Faucon. À l’inverse le film Elle de Paul Verhoeven emporte le césar du meilleur film et accessoirement celui de la meilleure actrice pour Isabelle Huppert ainsi qu’une tonne de nominations dans le monde, jusqu’aux Oscars. La palme d’or était revenue à Moi, Daniel Blake de Ken Loach.

Toutefois, même si Palme d’or ne rime pas à tous les coups avec Oscar et César, le festival de Cannes a toujours eu du flair, et les films sélectionnés se retrouvent chaque année dans les « tops » de fin d’année et les autres différentes cérémonies nationales (BAFTA, prix Lumières, European Film Awards…) Quels que soient les concurrents de cette année, on sait que Cannes les mettra en orbite pour le reste de la saison, et que cette 70e édition donnera une nouvelle fois le ton. Il nous tarde de les découvrir et qui sait, peut-être de les suivre jusqu’au théâtre du Châtelet, puis à Los Angeles.

Cynthia Hamani de Ecran Noir

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
La Rédaction