Accueil Tags Ernest Borgnine

Tag: Ernest Borgnine

Test Blu-ray : La ferme de la terreur

0
Parmi les Masters of Horror portés au pinacle par toute une armée de cinéphiles depuis une quarantaine d’années, le plus contesté est sans le moindre doute Wes Craven. N'ayant jamais développé – de son propre aveu – la moindre attirance pour le cinéma d'horreur, le cinéaste était de fait régulièrement considéré comme un réalisateur opportuniste et démago. Pour autant, Craven a su marquer l’Histoire du cinéma fantastique en donnant naissance – dans la douleur – à Freddy Krueger, l’un des boogeymen les plus marquants et les plus rentables des années 80/90.

Critique : New York 1997 & Los Angeles 2013

1
Parmi les collaborations cinématographiques les plus fructueuses, difficile de ne pas avoir en tête l’entente quasi-fusionnelle unissant John Carpenter et Kurt Russell et qui aura donné des films désormais étiquetées comme œuvres cultes. L’on se demande ainsi si l’ironie n’est pas malicieuse lorsque l’iconoclaste Big John édifie malgré lui une icône, Snake Plissken, dont la moue bougonne sera passée d’un écran (le cinéma) à un autre (le jeu vidéo)1 ? De New York 1997 à Los Angeles 2013, 15 années de séparation2 qui n’atténuent pas la verve esthétique et discursive d

Test Blu-ray : Sunday in the country

0
Ces voyous sont venus ici pour échapper à la police, ils sont prêts à tout. Ils nous auraient tué tous les trois et pris la voiture si je n'avais pas tué le premier. (…) J'ai toujours su protéger ce que je possédais moi-même. J'ai jamais eu besoin de personne

Test DVD : Dans la gueule du loup

0
La vraie saveur d'une collection telle que la « Collection Film Noir » initiée par Sidonis Calysta courant 2016 ne se mesure pas tellement aux chefs d’œuvres unanimement reconnus comme tels qu'elle va inévitablement proposer au fil de ses vagues successives, mais bel et bien dans la (re)découverte de véritables petites perles oubliées, que le temps a outrageusement classé parmi les œuvres « mineures » du genre, mais qui se révéleront finalement, soixante ans plus tard, tout à fait surprenantes, voire même parfois plus convaincantes que d'autres films nettement plus réputés.

Test DVD : L’homme de nulle part

0
S’il n’a jamais atteint tout à fait la réputation d’un John Ford ou d’un Howard Hawks, Delmer Daves demeure tout de même un des plus grands cinéastes ayant œuvré dans le genre du western ; redécouverte après redécouverte (on remercie d’ailleurs chaleureusement les éditeurs français de régulièrement nous proposer de revoir ces pépites des années 50), ses films s’imposent le plus souvent comme de totales réussites, ayant bien mieux vieilli que beaucoup de leurs contemporains du colt sur celluloïd. L'homme de nulle part en est un nouveau parfait exemple ; unique et original, le film de 1956 slalome entre les genres et les ambiances avec une classe folle.

Test Blu-ray : L’empereur du Nord

0
Excessif et souvent amusant, L’empereur du Nord met en scène le face à face entre deux personnages (auquel viendra régulièrement se greffer un troisième larron) qui, durant la grande dépression des années 30 aux Etats-Unis, se livrent une lutte sans merci aux relents absurdes afin de préserver leur honneur, seule chose qui leur reste et les définit en tant qu’hommes au cœur d’une époque troublée où ils se voient obligés de « survivre », à la manière d’animaux sauvages.

Cannes 70 : La Palme d’or rime-t-elle nécessairement avec Oscars et...

0
70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des...

Test Blu-ray : Barabbas

0
Tourné en 1961, Barabbas constitue la contribution de Richard Fleischer au péplum, et plus particulièrement au péplum « religieux », réinterprétant quelques passages de la Bible, très en vogue à la fin des années 50. Le film de Fleischer s’inscrit donc dans la grande tradition de films tels que Les dix commandements (Cecil B. DeMille, 1956) ou encore Ben-Hur (William Wyler, 1959). S’il a probablement un peu moins marqué les mémoires que ses deux aînés, Barabbas n’en demeure pas moins un indispensable et époustouflant spectacle, ambitieux à la fois dans sa narration et dans sa mise en scène.

Test DVD : Nom de code – Oies sauvages

0
Nom de code : Oies Sauvages fait partie de ces films de guerre décomplexés, enchainant séquences guerrières et explosions avec une belle et plaisante régularité et dans une ambiance badass et bon enfant, proche du comic-book. Affichant un casting international assez prestigieux (Lee Van Cleef , Ernest Borgnine , Klaus Kinski, Mimsy Farmer, une série de « gueules » mémorables), le film nous propose un scénario « prétexte » à toutes sorties de scènes d’action, dont la plus mémorable ne se situe pas dans la « jungle » mais au début du film, en ville, et met en scène une course-poursuite en voiture pas piquée des hannetons, tournée à base de maquettes et de modèles réduits et pour tout dire assez énorme et, il faut bien l’admettre, hilarante. Présenté en scope, s’avère un petit plaisir coupable, un divertissement généreux, pas crédible pour deux sous mais jouissif et très attachant.

L’acteur oscarisé Ernest Borgnine est décédé

0
Oscarisé pour son émouvante prestation dans Marty, Ernest Borgnine s'est éteint dimanche soir à l'âge de 95 ans, annonce son agent.