Kung Fu Nanny

0
275
Kung Fu Nanny avec Jacky Chan

Kung Fu Nanny

USA : 2009
Titre original :
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , Amber Valletta,
Distribution : Metropolitan FilmExport
Durée : 1h34
Genre : Action, Comédie
Date de sortie : 7 juillet 2010

Globale : [rating:1][five-star-rating]

Quand Jackie Chan cachetonne avec Brian Levant, le spectateur peut sortir son oreiller. Après Baby-Sittor, après Maxi Papa, voici une toute nouvelle comédie d’action familiale à déconseiller de toute urgence !

Synopsis : Qui aurait pu deviner que sous l’apparence très banale de Bob se cachait un super agent de la CIA ? Personne, et surtout pas sa petite amie, Gillian, pour qui Bob est prêt à renoncer à ses activités secrètes. Mais avant, il lui reste une mission, et pas la plus facile : il doit se faire accepter par les trois enfants de la jeune femme… Lorsque Gillian est soudain obligée de s’absenter plusieurs jours, Bob propose de garder les enfants, espérant parvenir à se rapprocher d’eux. Mais quand l’un des enfants télécharge par erreur un code top secret, l’ennemi juré de Bob, un terroriste russe nommé Poldark, passe à l’attaque, forçant Bob à jongler entre sa vie d’espion et de potentiel beau-père. L’ultime mission de Bob s’annonce la plus périlleuse d’entre toutes…

Kung Fu Nanny

Jackie Chan aux États-Unis, ça a commencé avec le rigolo où il dévoilait clairement à l’Occident ses talents de comique-cascadeur, ça s’est ensuite mal passé. Enchainant les navets sans scénario où le pitre chinois était handicapé par des productions américaines sans saveur, on a pu le voir dans de jolies bouses comme , Le Médaillon, ou encore Le Royaume interdit. Il a pourtant un temps cessé de cachetonner Outre-Atlantique pour se re-consacrer à des productions plus ambitieuses et surtout bien de chez lui (les excellents et ). Mais en 2010, force est de constater que l’appel d’Hollywood a eu encore une fois raison de lui…

Le pire film de Jackie Chan a un nom

On croyait les Américains avides de billets verts et prêts à tout pour en obtenir, on ne les pensait pas aussi stupides. Sans aucune pensée négative envers le peuple ricain, il faut admettre qu’ils n’ont pas loupé leur coup pour le dénommé Kung Fu Nanny qui commence avec une grossière intro mettant en scène des extraits de quelques films de la star chinoise (Opération Condor, Rush Hour 1 et 2, Le Smoking) afin de nous mettre dans le bain du scénario : Jackie est Bob, un agent secret de la CIA qui vit de folles aventures partout dans le monde et cache sa réelle identité à sa petite amie américaine de vingt ans de moins. Ces extraits opportunistes servent donc de mini-flashbacks expliquant le métier de notre intrépide héros (du jamais vu).

Bien décidé à prendre enfin sa retraite, le gentil Bob va devoir faire des pieds et des mains pour s’occuper des trois turbulents enfants de sa dulcinée qui n’apprécient guère le quinquagénaire Chinois ultra-coincé arborant grosses lunettes, chemises ringardes et possédant un bon gros balai dans le rectum. L’agent en couverture est patient quand il s’agit de lui mener la vie dure. Mais le sommes-nous autant, nous autres pauvres spectateurs ébahis devant un tel navet ? Passé cet environnement américain typique propre aux comédies U.S. où les adultes ne voient le mal nulle part et où les situations les plus improbables peuvent devenir réalité, l’intrigue principale démarre enfin quand l’un des mioches a téléchargé de la musique illégalement et que l’un de ses téléchargements est en fait un document secret recherché par des Russes.

Kung Fu Nanny avec Jacky Chan

Jackie, mais que fais-tu ?

Au programme : des méchants pas gentils, des traitres à tous les coins de rue et de l’action molle du genou où la star asiatique fait le strict minimum pour amuser les gamins que les cruels parents n’auraient jamais montré un vieux film de Chan. Hop, on joue avec une chaise et on l’a fait vriller ! Hop hop, le coup classique de l’échelle ! Hop hop hop, le sbire fait un petit saut, tombe parterre et par conséquent s’évanouie ! Badabim, le méchant de l’histoire (Magnús Scheving, de la série « Bienvenue à LazyTown », un cabotin comme on en fait plus) sait aussi faire du kung fu ! J’en passe et des meilleures, les scènes d’action étant digne d’un bon vieux téléfilm ringard.

Celui qui avait fait rêver dans seize ans plus tôt se fourvoie ici une nouvelle fois, affrontant des espions russes (encore ? décidément ils sont partout ces buveurs de vodka !) et des agents-doubles adolescents, le tout entre quelques gags infantiles et une grimace pour la route. Il faut également éviter de montrer toute goutte de sang au jeune public, créer des rebondissements bien bien prévisibles et instaurer une petite morale comme « Télécharger c’est pas bien mais c’est pas non plus la fin du monde ».

Brian Levant n’avait jamais brillé pour sa finesse ni son efficacité (, La Course au jouet) mais réussit à chaque fois à faire mouche auprès du jeune public. Le film est donc une réussite pour les bambins avides de films avec agents secrets nouvelle génération, action soft et humour approprié. Les plus grands ne rigoleront jamais, ne s’éclateront pas non plus et bailleront à toutes les scènes tandis que les fans de Jackie Chan auront raison de blâmer une fois de plus l’acteur.

Résumé

Un film d’espionnage ultra-familial qui ne plaira qu’aux enfants de bas âge avec ses méchants pathétiques, ses dialogues niais et ses quelques scènes d’action jackiechaniesques vues et re-revues.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=j6DXX3A9YYQ[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici