Downton Abbey Saison 3 Episode 4

La qualité de l’épisode précédent nous avait laissé espérer un retour en force de la série. Malheureusement, ce chapitre touffu et maladroit parvient à annihiler toutes nos attentes. Une déception.

L’humeur est au plus bas à Downton. est désespérée de ne plus recevoir de courrier de son mari. Ethel (), obligée de se prostituer pour subvenir aux besoins de son fils, décide de le confier à ses beaux-parents afin de lui assurer un avenir serein. Branson et Sybil doivent fuir l’Irlande suite à une protestation qui a tourné au drame – et dont le jeune homme est en partie responsable – et se réfugient au château.

Les épisodes se suivent et…se ressemblent. À l’exception du chapitre précédent, cette saison de semble se perdre dans des histoires trop nombreuses aux intérêts inégaux. Si était parvenu, lors de la première saison, à trouver un bon équilibre entre le nombre important de personnages et la profondeur des histoires, ce n’est ici malheureusement plus le cas.

Submergé par un casting de plus en plus important, le créateur de la série n’arrive plus à fournir des scénarios suffisamment maîtrisés pour permettre à chaque personnage de s’épanouir correctement. Ainsi, et autrefois drôles et amoureux sont devenus des étrangers froids et distants. Les bons mots de Violet – élément hautement contributif au succès de la série – sont devenus d’une platitude désolante et toutes les relations jadis réussies : /, Mary/Anna semblent avoir été totalement éludées.

La médiocrité de ce quatrième épisode ne s’arrête pourtant pas là en se concentrant sur des histoires peu passionnantes – le retour d’Ethel – ou totalement irritantes –  l’entêtement de Branson à vouloir défendre ses opinions politiques mettant en péril la vie de sa femme enceinte -.

Cet épisode marquant la moitié de cette , on en vient à se demander comment Downton Abbey pourrait revenir à un niveau acceptable pour une série de cet acabit.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Marina

Cet article a été rédigé par Marina Leggiero, Responsable séries de Critique Film.