Décès du réalisateur Lewis Gilbert

0
139

Le réalisateur anglais est décédé le 23 février dernier à Monaco. Il aurait eu 98 ans ce jour. Connu surtout pour avoir réalisé trois aventures de James Bond, avec Sean Connery, ainsi que L’Espion qui m’aimait et avec Roger Moore, il avait également été responsable de deux films majeurs dans la filmographie de Michael Caine : et L’Éducation de Rita.


Dans sa jeunesse un acteur occasionnel dans des films d’avant-guerre comme Le Divorce de Lady X de Tim Whelan et Mademoiselle Crésus de Thornton Freeland, Lewis Gilbert avait commencé à tourner des courts-métrages documentaires à partir de la fin des années 1940. Il était passé au long-métrage peu de temps après, avec des productions britanniques au budget modeste comme Scarlet Thread avec Laurence Harvey, Cosh boy avec Joan Collins et Les Bons meurent jeunes avec Gloria Grahame. C’est alors le genre à la mode du film de guerre qui allait lui porter chance et lui apporter un certain prestige, grâce aux épopées guerrières The Sea shall not have them avec Michael Redgrave, Vainqueur du ciel et avec Kenneth More, Agent secret S.Z avec Paul Scofield et La 7ème aube avec William Holden. En parallèle, il avait de même tourné des thrillers (L’Assassin s’était trompé avec Dirk Bogarde), des comédies (L’Admirable Crichton avec Kenneth More et Un si bel été avec Danielle Darrieux) et des films d’aventure (Visa pour Hong Kong avec Curd Jürgens et Orson Welles et avec Alec Guinness).


C’est en 1966 que Lewis Gilbert allait tourner son premier film marquant à travers la comédie de mœurs Alfie Le Dragueur avec Michael Caine et Shelley Winters, Prix spécial du jury au Festival de Cannes et un phénomène culturel des deux côtés de l’Atlantique, qui allait propulser son réalisateur et sa vedette sur le devant de la scène internationale. Gilbert allait en profiter pour tourner l’année suivante les cinquièmes aventures de James Bond, incarné alors pour une dernière fois tout à fait provisoire par Sean Connery, dans On ne vit que deux fois. Loin de devenir le cinéaste attitré de l’univers de 007, il signait cinq films plutôt mineurs pendant les dix ans avant ses retrouvailles avec l’agent secret par excellence, dont Les Derniers aventuriers avec Bekim Fehmiu, Sept hommes à l’aube avec Timothy Bottoms et Seven nights in Japan avec Michael York. Puis vint donc un coup double de spectacles estampillés James Bond, désormais sous les traits de Roger Moore, avec L’Espion qui m’aimait et Moonraker.


Le contraste n’aurait pas pu être plus saisissant avec le film suivant de Lewis Gilbert, la comédie sociale cinglante L’Éducation de Rita avec Michael Caine et Julie Walters. Le réalisateur avait tenté de répéter la recette de la femme issue d’un milieu défavorisé qui se découvre des talents insoupçonnés loin de chez elle six ans plus tard, en 1989, à travers avec Pauline Collins. Parmi ses derniers films, on peut citer la comédie musicale avec Liza Minnelli, le film d’épouvante Haunted avec Aidan Quinn et la comédie familiale Before you go avec Julie Walters. Enfin, Lewis Gilbert avait également produit douze de ses propres films et participé à l’écriture du scénario de certains d’entre eux.


Lewis Gilbert a été nommé à l’Oscar du Meilleur Film en tant que producteur de Alfie Le Dragueur en 1967. Le même film lui avait de même valu une nomination aux Golden Globes en tant que Meilleur réalisateur. Il a été nommé à quatre reprises aux BAFTAs et avait gagné en 1984 celui du Meilleur Film pour L’Éducation de Rita. Ses confrères américains de la Directors Guild l’avaient nommé deux fois dans les années ’60, pour Coulez le Bismarck et Alfie Le Dragueur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici