Test DVD : Le monde secret des Emojis

0
911

Le monde secret des Emojis

 
États-Unis : 2017
Titre original : The Emoji movie
Réalisation : Tony Leondis
Scénario : Tony Leondis, Eric Siegel
Acteurs (VO) : T.J. Miller, James Corden, Anna Faris
Éditeur : Sony Pictures
Durée : 1h23
Genre : Animation
Date de sortie cinéma : 18 octobre 2017
Date de sortie DVD : 19 février 2017

 

 

Au sein de l’appli de messagerie, la cité de Textopolis fourmille d’activité : c’est là que vivent tous les émojis, chacun porté par l’espoir d’être choisi par l’utilisateur du téléphone… Dans ce monde, chaque émoji ne possède qu’une seule expression faciale. Seul Bof, un émoji exubérant né sans aucun filtre, dispose de multiples expressions. Rêvant désespérément de devenir « normal », pareil aux autres émojis, Bof demande de l’aide à son meilleur ami, Tope-Là, et à la célèbre casseuse de codes, Rebelle. Tous trois s’embarquent dans une « app-venture » épique d’appli en appli, passant d’un monde fou et amusant à l’autre, à la recherche du code qui accomplira le rêve de Bof. Mais un terrible danger menace bientôt le smartphone. Le destin de tous les émojis repose désormais sur les trois amis. À eux de sauver leur monde avant qu’il ne soit effacé à jamais…

 

 

Le film

[3/5]

Peut-être le public français ne s’en est-il pas rendu compte, surtout si l’on considère l’accueil relativement chaleureux qu’il lui a réservé en 2017 avec un peu plus de 742.000 entrées dans les salles obscures, mais il semblerait que Le monde secret des Emojis soit un film mal aimé. Le petit dernier de chez Sony Pictures Animation a en effet rencontré un accueil extrêmement négatif de la part des critiques professionnelles américaines, obtenant un taux d’approbation de 9 % sur le site Rotten Tomatoes, sur la base de 108 critiques collectées, et une moyenne de 2,7/10. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 12/100, pour 26 critiques collectées. Sur le site IMDb, sa moyenne calculée sur la base de presque 36.000 votants ne dépasse pas, à ce jour, la note de 3/10. De mémoire de cinéphile, on a rarement vu un film d’animation s’en prendre autant plein la gueule.

Naturellement, Le monde secret des Emojis a également remporté plusieurs « récompenses » aux Razzie Awards (qui désignent chaque année les pires acteurs, scénaristes, musiciens, réalisateurs et films produits par l’industrie cinématographique), dont celles du pire film, pire scénario et pire réalisateur de l’année 2017.

Paradoxalement, et malgré cette déferlante unanime de critiques négatives, le film de Tony Leondis a déjà remporté 230 millions de dollars à travers le monde, explosant largement son budget estimé à environ 50 millions. En revanche, sentant un peu le vent tourner, Sony n’a pour le moment pas encore annoncé de suite, et dans le même ordre d’idées, malgré son beau succès en salles, ne débarquera finalement en France que sur support DVD, faisant l’impasse sur un Blu-ray qui, on le suppose, se serait pourtant probablement bien vendu (dans les limites évidentes fixées par le marché de la vidéo physique en France).

Mais qu’en est-il du film, me demanderez-vous ?

Force est de constater que le film s’adresse à une « cible » en particulier : les enfants. Ainsi, tout dans Le monde secret des Emojis est pensé et marketé afin de répondre aux attentes d’un public d’enfants et d’adolescents, et se révélera assez « excluant » pour les parents. Pas que ces derniers ne soient pas « armés » intellectuellement pour suivre une intrigue se déroulant intégralement dans un smartphone et faisant largement la publicité à telle ou telle appli (Facebook, YouTube, Instagram, Twitter, Spotify, Dropbox, les jeux Candy Crush et Just Dance…), mais peut-être justement parce qu’ils le sont un peu trop, et verront d’un mauvais œil toute cette pub détournée à destination de nos têtes blondes. Peut-être également parce que, comme quelques autres films avant lui (on pense par exemple à Baby Boss), le film de Tony Leondis s’adresse vraiment quasi-exclusivement à un public d’enfants, par ses thématiques et son humour, qui ne fera à coup sûr jamais sourire les plus de 12 ans. Néanmoins, et pour l’avoir visionné en compagnie d’enfants de 3 et 8 ans, on ne pourra nier que sur son public cible, le film fait vraiment un carton plein, déchaînant leur imagination au-delà de toute limite raisonnable, et faisant écho à des applis et autres matériaux connectés faisant désormais partie de leur quotidien. Et qu’importe finalement si Le monde secret des Emojis paraîtra probablement périmé (voire même carrément incompréhensible) pour les générations futures : l’essentiel est bien qu’aujourd’hui et maintenant, le film atteint complètement son objectif : divertir les enfants.

 

 

Le DVD

[4,5/5]

Côté DVD, la galette du Monde secret des Emojis éditée par Sony Pictures fait le boulot sans le moindre problème. L’image respecte pleinement la photographie lumineuse et colorée du film, et s’avère bien sûr proposée dans son format d’origine respecté. La définition est exemplaire, sans le moindre problème de compression ou autre pétouille technique ; l’éditeur, rôdé au support DVD depuis quelques années maintenant, compose de manière très habile avec les qualités et les défauts d’un support en définition standard. Côté son, l’éditeur nous propose soit le film à la fois en VF ou en VO au choix en Dolby Digital 5.1 nous proposant un mixage bien enveloppant et très dynamique. Aussi, si le film par lui-même n’appelle pas forcément à la démonstration technique, l’ensemble s’avère particulièrement plaisant durant ses nombreuses séquences musicales, plus immersives que jamais.

Du côté des suppléments, Sony Pictures nous propose, outre les traditionnelles bandes-annonces, une poignée de featurettes permettant à l’équipe et aux membres du casting vocal original reviendront sur leurs ambitions et leur enthousiasme sans faille autour du film. On poursuivra avec une scène coupée non finalisée revenant sur les origines du personnage de Rebelle, et le reste des suppléments disponibles sur la galette seront d’avantage destinés aux enfants : un petit sujet de danse en mode « tuto » pour bouger son corps sur le rythme endiablé de la musique du film, un tuto « dessin » afin d’apprendre à dessiner les personnages de Gene et Caca (pas évident si vous ne disposez pas d’une tablette graphique à 4000 euros mais juste d’une feuille et d’un crayon) et, last but not least, le très amusant court-métrage Puppy ! qui s’impose comme un prélude à Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses, qui sortira dans les salles françaises le 18 juillet.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici