Critique Express : Double foyer

Pas sûre à 100% de pouvoir réaliser un ou plusieurs autres films, Claire Vissé n'a pas pu s'empêcher de raconter toutes les histoires qui lui tenaient le plus à cœur avec le résultat qu'aucune de ces histoires n'est vraiment traitée en profondeur.

Critique Express : Nuit noire en Anatolie

Voilà un film qui permet à Özcan Alper, son réalisateur, de prendre place parmi les grands réalisateurs turcs du 21ème siècle, aux côtés de  Nuri Bilge Ceylan et de Semih Kaplanoğlu

Critique : Sans jamais nous connaître

Sans jamais nous connaître UK, USA, 2023Titre original : –Réalisateur : Andrew HaighScénario : Andrew HaighActeurs : Andrew Scott ; Paul Mescal ; Claire FoyDistributeur...

Critique Express : 20 000 espèces d’abeilles

A l'issue de ce film, on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi Estibaliz Urresola Solaguren, la réalisatrice, a attendu que se soient écoulées 95 minutes pour aborder "pour de bon" ce qui semble pourtant être le véritable sujet du film, l'histoire d'une petite fille de 8 ans née dans le corps d'un garçon.

Critique : Le Bonheur est pour demain (Brigitte Sy)

Dans les années 1990, une fasciantion différente émanait-elle du monde des gangsters, ce mythe qui n'avait pas encore été sacrifié sur l'autel de toutes sortes de luttes idéologiques ? Par conséquent, est-ce qu'un hommage nostalgique à ces hors-la-loi fait sens trente ans plus tard, sans pour autant en tirer quelque conclusion rétrospective que ce soit ?

Critique : Un coup de dés

Quand on établit la liste des meilleurs réalisateurs français, ce n'est très probabalement pas à Yvan Attal qu'on pense le premier. Et pourtant, toutes proportions gardées, il accomplit depuis le début du siècle un parcours derrière la caméra des plus respectables. En désormais huit longs-métrages, il se pose sans la moindre fanfaronnade en observateur de la société française.

Critique : Iron Claw

0
Le catch est souvent une histoire de famille. Des Anoa’i en passant par les Hart, de nombreux clans ont marqué l’histoire de la discipline. Mais aucuns n’est aussi tristement célèbre que les Von Erich.

Critique : Argylle

En matière de films d'espionnage, le haut du panier est constitué soit de spectacles à l'élégance luxurieuse et à la capacité d'adaptation bluffante en fonction des époques, bref de l'univers James Bond, soit de plongées moins étincelantes dans la grisaille quotidienne d'un métier sans gloire, croisées ces dernières années chez Tomas Alfredson (La Taupe) et Steven Spielberg (Le Pont des espions).

Critique : La Salle des profs

Les Oscars du meilleur film international sont souvent l’occasion de découvrir des formes efficaces venues du monde entier. La surprise est d'autant plus grande quand le film est aussi original que cette “Salle des profs”, représentant l’Allemagne cette année.

Critique : Green Border

De la poignée de films sortis récemment et ayant comme thème l'arrivée et l'accueil des migrants en Europe, "Green Border" est peut-être le plus fort et le plus passionnant.

Critique : Amelia’s Children

En termes de films d'horreur, mieux vaut savoir le moins possible sur les revirements de l'intrigue et les séquences les plus choquantes, afin d'en tirer une jouissance maximale. On va donc tenter de vous dévoiler le moins d'éléments du scénario de Amelia's Children, le premier long-métrage que Gabriel Abrantes a réalisé seul, six ans après le déjà très curieux Diamantino.

Critique : Le Dernier des juifs

Avec un titre pareil, le premier long-métrage de Noé Debré s'est d'emblée mis dans une position provocatrice. Car peu importe le contexte de l'actualité géopolitique, le fait d'aborder la communauté juive en France et ailleurs s'accompagne toujours de son lot de polémiques rarement constructives.

Derniers articles

Critique : La vie de ma mère

Emotion, rires, rares sont les films qui, dans ces deux domaines, en donnent autant aux spectateurs !

César 2024 : le palmarès

0
Extrêmement chargé en remises de prix de cinéma en tout genre, le week-end qui vient de se terminer s'était ouvert vendredi, le 23 février, avec la 49ème cérémonie des César, à L'Olympia à Paris. Placée sous la présidence de l'actrice et réalisatrice Valérie Lemercier, elle a été animée pour la deuxième année de suite par un groupe de maîtresses et maîtres de cérémonie.

Critique : L’Empire

Sans jamais nous connaître FR, 2024Réalisateur: Bruno DumontScénario : Bruno DumontActeurs : Lyna Khoudri, Anamaria Vartolomei, Camille Cottin, Fabrice LuchiniDistributeur : ARP SélectionGenre : Comédie...

Test DVD : Déserts

Étonnant et ambitieux, Déserts nous propose un curieux mais très attachant mélange des genres, slalomant entre l’histoire d’amour tragique et la comédie absurde, le tout nous étant amené dans un contexte social très particulier...

Critique Express : Madame de Sévigné

Un film dont l'action se déroule au 17ème siècle mais qui, sur de nombreux points, semble tout à fait contemporain.