Cannes 2021 : le palmarès

0
781

© 2021 Valery Hache / AFP / Festival de Cannes Tous droits réservés

Après près de deux semaines de frénésie estivale du côté de la Croisette, la 74ème édition du Festival de Cannes s’est terminée avant-hier soir avec l’annonce de son palmarès. Animée par la maîtresse de cérémonie Doria Tillier, la soirée a vu un nouveau sacre du cinéma français, grâce à la Palme d’or décernée à Titane de Julia Ducournau. Sur la scène du Grand Théâtre Lumière, des remettants aussi prestigieux que Sharon Stone, Oliver Stone, Valeria Golino, Andrea Arnold, Rosamund Pike, Lee Byung-hun et Adèle Exarchopoulos se sont succédés. Le réalisateur italien Marco Bellocchio y a reçu une Palme d’or honorifique des mains de son confrère et compatriote Paolo Sorrentino.

Le jury sous la présidence du réalisateur américain Spike Lee était composé de la réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop (Atlantique), de la chanteuse franco-canadienne Mylène Farmer, de l’actrice américaine Maggie Gyllenhaal (Frank), de la réalisatrice autrichienne Jessica Hausner (Little Joe), de l’actrice française Mélanie Laurent (Mia et le lion blanc), du réalisateur brésilien Kleber Mendonça Filho (Bacurau), de l’acteur français Tahar Rahim (Désigné coupable) et de l’acteur sud-coréen Song Kang-ho (Parasite).

C’est donc une onzième Palme d’or que Titane vient remporter pour le cinéma français, à la suite, ces dernières années, de Entre les murs de Laurent Cantet en 2008, de La Vie d’Adèle de Abdellatif Kechiche en 2013 et de Dheepan de Jacques Audiard en 2015. Surtout, il s’agit seulement de la deuxième récompense suprême cannoise gagnée par une réalisatrice, après la Palme d’or de Jane Campion pour La Leçon de piano en 1993, à l’époque ex æquo avec Adieu ma concubine de Chen Kaige. Enfin, c’est la première Palme d’or depuis The Tree of Life de Terrence Malick en 2011 à déjà être projetée dans les salles obscures françaises au moment de son sacre.

Si tout va bien, l’édition anniversaire du Festival de Cannes, la 75ème, aura lieu du mardi 10 au samedi 21 mai 2022.

Un héros de Asghar Farhadi / Grand Prix © 2021 Andreas Rentz / Getty Images / Festival de Cannes Tous droits réservés

Palme d’or : Titane (France) de Julia Ducournau

Grand Prix : Un héros (Iran) de Asghar Farhadi, sortie française le 22 décembre et Compartiment 6 (Finlande) de Juho Kuosmanen, sortie française le 3 novembre (ex æquo)

Prix de la mise en scène : Leos Carax pour Annette

Prix du scénario : Drive my car par Ryusuke Hamaguchi et Oe Takamasa, sortie française le 18 août

Prix du jury : Memoria (Thaïlande) de Apichatpong Weerasethakul, sans date de sortie en France et Le Genou d’Ahed (Israël) de Nadav Lapid, sortie française le 15 septembre (ex æquo)

Prix d’interprétation féminine : Renate Reinsve dans Julie en 12 chapitres, sortie française le 13 octobre

Prix d’interprétation masculine : Caleb Landry Jones dans Nitram, sans date de sortie en France

Renate Reinsve / Prix d’interprétation féminine © 2021 Andreas Rentz / Getty Images / Festival de Cannes
Tous droits réservés

Palme d’or du court-métrage : Tous les corbeaux du monde (Hong Kong) de Tang Yi

Mention spéciale : Le Ciel du mois d’août (Brésil) de Jasmin Tenucci

Caméra d’or : Murina (Croatie) de Antoneta Alamat Kusijanovic, sans date de sortie en France [Quinzaine des réalisateurs]

Prix de la Commission Supérieure Technique de l’artiste-technicien : La Fièvre de Pétrov (Russie), sortie française le 1er décembre – Vladislav Opeliants (chef opérateur)

Prix de la Commission Supérieure Technique de la jeune technicienne de cinéma : Mi iubita Mon amour (France), sans date de sortie en France Armance Durix (monteuse de son)

Palme d’or d’honneur à Marco Bellocchio © 2021 Christophe Simon / AFP / Festival de Cannes Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici