2011/2012 : une année en séries télé

0
134

L’arrivée des beaux jours signifie pour nous, avide dévoreur de séries télé, la fin de l’année 2011/2012. Et avec elle, son immanquable bilan. Le festival de Cannes étant désormais terminé, nous avons voulu remettre nous aussi nos palmes avec un palmarès un peu particulier. L’occasion de revenir sur les moments forts, les déceptions et les surprises de cette année.

Palme du comeback réussi : CSI : Las Vegas saison 12

Le retour des Experts est si incroyable que c’est toute la saison qui mérite cette récompense. D’aucuns pensaient, après le fiasco Lawrence Fishburne, que la série était tout simplement finie. Le recrutement, improbable sur le papier, de Ted Danson a permis de ressusciter la série moribonde et de la hisser à un niveau jamais vu depuis le départ de Grissom (saison 9). Son duo avec Elisabeth Shue (engagée cette année également) a permis d’insuffler une nouvelle dynamique bien amenée et particulièrement réussie.

 

Palme du comeback raté : pour

On attendait avec ardeur  le retour de la célèbre tueuse de vampires, absente des écrans depuis la fin de la série culte qui l’a faite connaître et c’est sans doute à cause de cette impatience que la déception a été grande. Présenté comme une série haletante jalonnée de rebondissements incroyables, s’est finalement noyé dans trop de retournements, précipitant ainsi la série dans une invraisemblance confinant au ridicule. Après des débuts corrects, les audiences se sont effondrées ne laissant d’autres choix à la chaîne, CW, que d’annuler .

 

Palme du meilleur final : Castle

Après une saison bien terne composée pour sa plus grande partie d’épisodes de remplissage, la série a su se rattraper grâce à son final exceptionnel. Efficace, intense et incroyablement satisfaisant, ce dernier épisode a enchanté (et le mot est sans doute faible) les fans assidus de Beckett et Castle ; le duo s’étant enfin déclarer leur amour. La beauté et l’intensité de leur premier baiser n’est que la juste récompense de ces quatre années de tension amoureuse où le jeu du chat et de la souris entre les deux personnages principaux a rythmé la série.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=8w6RzzL0Un8[/youtube]

 

Palme du pire final : House

Les dernières saisons nous avaient mis sur la voie et cet ultime épisode nous le confirme : il était grand temps que House s’arrête ! Intitulé « Everybody dies », ce dernier chapitre de la série laissait supposer une conclusion bien plus palpitante que ce final tiède et sans grand intérêt. Si l’on sourit à voir certains personnages partis depuis plus ou moins longtemps (Cameron, Thirteen -n°13- Masters), on ne peut que rager du retournement de situation inutile et abscons faisant office de fin. C’est peu dire que l’on attendait mieux de David Shore, le créateur de la série, qui a écrit et réalisé ce dernier épisode.

 

Palme de la meilleure nouveauté sitcom :

Les aventures loufoques de Tessa et de son père, New-Yorkais pure souche débarquant à Chastwin banlieue irréelle peuplée de personnages haut-en-couleur, ont su faire mouche. Chaque épisode est sujet à des répliques cultes et à des situations insensées que l’on garde à l’esprit pendant longtemps. Mention (très) spéciale au personnage de Dalia interprété par Carly Chaikin.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=D77OdnsCT7E[/youtube]

Trailer de la série

 

Palme de la meilleure nouveauté dramatique :

Lorsque le sergent Nicolas Brody retourne de ses huit années de captivité, tout le monde le prend pour un héros. Tout le monde sauf Carrie Mathison, agent de la CIA bipolaire, certaine que le soldat prépare un attentat contre les Etats-Unis. La série soignée et intelligente est le grand coup de poing de cette année notamment grâce à la prestation hallucinante de Claire Danes (Carrie Mathison). Performance qui lui a très justement valu un Golden Globe en janvier 2012.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=q4-KYAWPKzY[/youtube]

 

Palme du meilleur numéro musical : 1001 nights – (Saison 1 – épisode 12 : Publicity)

Présenté injustement et de manière plutôt simpliste comme un nouveau , est une série clairement destinée aux adultes. Bien plus travaillée que sa soi-disante consoeur adolescente, nous plonge dans les coulisses d’une comédie musicale fictive, Bombshell, sur la vie de Marylin Monroe. Les numéros originaux (comme 1001 nights, formidable numéro Bollywood) se disputent aux reprises souvent très bien choisies et nous donne l’occasion de découvrir le talent d’actrice/chanteuse/danseuse de , finaliste d’American Idol saison 5.  

La vidéo du numéro n’étant pas disponible, voici sa musique :

Trailer de la série

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=k_Uu5ccfYB4[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici