parajumpers ugo jacket the windows 7 ultimate product key you typed is invalid for activation parajumpers web store parajumpers ugo jacket canada goose jacket edmonton canada goose youth price
Critiques de films Thriller — 12 octobre 2013
Prisoners

prisoners_affiche

États-Unis : 2013
Titre original : -
Réalisateur :
Scénario : Aaron Guzikowski
Acteurs : , , , ,
Distribution : SND
Durée : 2h33
Genre : Thriller
Date de sortie : 09 octobre 2013

Globale : [rating:4][five-star-rating]

Énième thriller évoquant un enlèvement d’enfants ou petite pépite ?  suscite un fort engouement et provoque une attente considérable en rassemblant au générique quelques-uns des acteurs les plus brillants de leur génération et un réalisateur de talent. Deux ans plus tôt, s’était attaqué avec brio à l’adaptation de la pièce choc de Wajdi Mouawad, Incendies. Pari risqué qui s’est avéré être une belle réussite. Réussite qu’il réitère avec . 

SynopsisDans la banlieue de Boston, deux fillettes de 6 ans, Anna et Joy, ont disparu. Le détective Loki privilégie la thèse du kidnapping suite au témoignage de Keller, le père d’Anna. Le suspect numéro 1 est rapidement arrêté mais est relâché quelques jours plus tard faute de preuve, entrainant la fureur de Keller. Aveuglé par sa douleur, le père dévasté se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants disparus. De son côté, Loki essaie de trouver des indices pour arrêter le coupable avant que Keller ne commette l’irréparable… Les jours passent et les chances de retrouver les fillettes s’amenuisent…

Prisoners_Jake_Gyllenhaal

Une atmosphère oppressante

L’hiver et une banlieue morne comme décor. Il n’en fallait pas plus pour donner le ton du film qui se veut oppressant dès les premières minutes tant la menace se ressent, tant chaque détail, menant parfois sur de fausses pistes, annonce l’inévitable. Dès le début du long-métrage,  instaure une atmosphère anxiogène, amplifiée par les couleurs froides de l’hiver et par la musique lancinante qui ponctuera le film. La caméra, également, devient un instrument créateur d’angoisse, avançant parfois lentement, stable et déterminée, vers un point précis, comme si elle devenait le regard inquiétant de la personne qui représente la menace. Pendant un peu plus de deux heures et demi, cette inquiétude ne faiblira pas une seconde, Denis Villeneuve parvenant à nous mener dans une aventure labyrinthique, où l’on avance doucement, mais où chaque pas peut mener sur une fausse piste. De bout en bout, les avancées de l’enquête et les divers revirements de situations tiennent le spectateur en haleine et le suspense bien dosé qui ne souffre pas de la longueur du métrage fait de Prisoners un thriller captivant. Tout est réfléchi, dosé, maîtrisé au point où l’on se laisse porter par l’histoire sans chercher à la démêler. L’enquête progresse à tâtons, mais jamais la tension ne se relâche grâce à la richesse de l’intrigue, des personnages et à certaines scènes d’une intensité émotionnelle incroyable. Pour tous ces instants et pour cette fin magistrale, Prisoners et d’ores et déjà culte.

Prisoners_duo

Des personnages complexes

Plusieurs noms ont défilé pour interpréter Keller Dover, le père de la petite Anna. Léonardo Dicaprio ou Michael Fassbender avaient été pressentis pour le rôle avant que le choix de Denis Villeneuve ne s’arrête sur l’ex Monsieur Wolverine, . Un choix judicieux, car l’acteur livre une prestation sans faute, toute en nuances, soulignant la complexité du caractère de Keller Dover. Car c’est aussi en cela que Prisoners est une vraie réussite : Denis Villeneuve attache une attention particulière à ses personnages, très travaillés, et à leur psychologie. Le film s’attarde sur chaque protagoniste, l’évolution de leur état d’esprit, leurs pulsions, leurs réactions face à cette terrible épreuve qui se transforme progressivement en course contre la montre pour sauver les deux fillettes. A mesure que les heures et les jours défilent, chaque protagoniste réagit à sa façon, ressent différentes émotions allant de la rage à  la dépression en passant par une sorte de résignation teintée de désespoir. Parfois, l’acharnement à vouloir retrouver les fillettes les conduit à vouloir faire justice eux même au risque de franchir certaines limites. Jusqu’où aller pour sauver ceux que l’on aime, voilà l’une des questions que soulève Prisoners.

Face à ces familles en proie au désarroi, campe avec brio un inspecteur de police méticuleux et consciencieux qui reste lui aussi très humain, cédant parfois à des accès de colère incontrôlés. Cependant, la palme de l’interprétation revient à qui, bien que moins visible que les deux précédents acteurs, interprète un Alex Jones énigmatique et déconcertant. A la fois inquiétant et paraissant inoffensif, l’acteur parvient à laisser le spectateur dans le doute sur son implication dans l’histoire.

En confiant ces rôles à des acteurs remarquables, en travaillant à ce point ses personnages et en les enfermant dans leurs réactions extrêmes, Denis Villeneuve a sublimé son film pour en faire l’un des meilleurs thrillers de l’année.

Prisoners_Hugh_Jackman

 

Résumé

Denis Villeneuve avait déjà frappé très fort avec Incendies. Avec Prisoners, il réitère l’exploit de livrer un film choc, très axé sur la psychologie des personnages face à une situation douloureuse. Maîtrisé de bout en bout, Prisoners joue à merveille avec le suspense et chaque détail est travaillé méticuleusement pour plonger le spectateur dans une atmosphère anxiogène et glaciale.  Prisoners est un thriller haletant et captivant, il ne lui manque qu’un petit quelque chose pour le rendre vraiment époustouflant.
Image de prévisualisation YouTube

Related Articles

Share

About Author

Claudine

Cet article a été rédigé par Claudine Jonard, Rédactrice de Critique Film.