À la une Critiques de films Drame — 19 janvier 2013
Les Misérables

affiche

Angleterre : 2012
Titre original : -
Réalisateur :
Scénario : Bill Nicholson d’après
Acteurs : , , , ,
Distribution : Universal Pictures International France
Durée : 2h30
Genre : Comédie musicale, Drame
Date de sortie : 13 février 2013

Globale : [rating:2.5][five-star-rating]

L’adaptation américaine d’un musical anglais, lui-même adaptation du célèbre livre ; on se dit non sans raison que le pauvre risque d’être bien dilué dans tout ça. Car en effet s’il y a de très belles chansons et de bons acteurs dans , la mise en scène et le scénario sont assez… pauvres (pas de mauvais jeux de mot).

SynopsisDans la France du 19e siècle, une histoire poignante de rêves brisés, d’amour malheureux, de passion, de sacrifice et de rédemption : l’affirmation intemporelle de la force inépuisable de l’âme humaine. Quand Jean Valjean promet à Fantine de sauver sa fille Cosette du destin tragique dont elle est elle-même victime, la vie du forçat et de la gamine va en être changée à tout jamais.

cosette

Comédie Musicale oui, film non

Être français et aborder version américaine a de quoi faire sourire. Evidemment ce n’est pas une condition suffisante pour avoir lu le livre, loin de là, mais entendre les noms bien franchouillards issus de la culture française dans la bouche d’acteurs américains provoque une certaine hilarité, tant nos façons de penser sont assez diamétralement opposées. Le comble suprême du bon goût aurait été qu’ils s’expriment en plus dans la langue de Molière ; bref passons.

Soyez bien conscients du produit : Les Misérables n’est PAS un film mais une comédie musicale, il pourrait quasiment être une captation du spectacle tant la pauvreté des plans statiques s’enchaînant les uns après les autres sur 2h40 nous fait nous interroger sur la notion même de mise en scène. Certains décors a priori grandioses se révèlent des matte paintings assez affreux à l’exception notable de l’introduction plutôt réussie avec le navire. Pourquoi avoir fait le choix incompréhensible d’utiliser un même fond pour toutes les scènes se déroulant à Paris, donnant l’impression que Notre-Dame est le seul monument de la capitale, tandis que certains décors sentent justement le décor à plein nez (citons la rue barricadée). Il y a parfois une envie de gigantisme de la part de Tom Hopper, qui est étrangement appauvrie par les faits, notamment la mise en scène d’une platitude et d’un conformisme éprouvant, d’autant plus ahurissant que le monsieur a eu un Oscar du meilleur réalisateur pour Le Discours d’un roi. Sans parler d’un scénario en dents de scie ne rendant vraiment pas hommage au matériau pourtant si riche de départ. Et le côté comédie musicale y est pour beaucoup. Contrairement à d’autres qui mélangent chant et dialogue, Les Misérables est constitué à 99% de chansons s’enchaînant les unes à la suite des autres souvent sans transition. En résulte une narration hachée et beaucoup trop théâtralisée pour ce qui est censé être un film ! Sans compter cette emphase d’acteurs récitant leur texte.

Bizarrement – et c’est surement ce qui sauve le film – le côté musical est très réussi, entendez par là la puissance émotionnelle de certaines chansons et l’interprétation « scénique » des acteurs (enfin de certains du moins) suffisamment expressive pour être emporté parfois au détour d’un I dreamed a dream ou d’un On my own. Et il y a quand même une jolie performance d’ en Fantine et d’un plutôt bon en Jean Valjean. Pour le reste c’est tantôt plat (, ) tantôt irritable au possible (, Bonham Carter, Baron Cohen).

À noter que Universal nous a confirmé que le film ne sera distribué qu’en VO, autrement dit rassurez-vous sur ce point vous n’aurez pas M Pokora en Jean Valjean ou Mireille Mathieu en Cosette !

valjean/fantine

 

 

Résumé

La machine à Oscars est en marche et Les Misérables devrait rafler la mise, regroupant ce qui plaît généralement à l’académie. Foncièrement loin d’être un navet, le film reste malheureusement très anecdotique dans son approche, malgré quelques très belles chansons et Anna Hathaway très convaincante.
Image de prévisualisation YouTube

Related Articles

Share

About Author

Nicolas B

Cet article a été rédigé par Nicolas Balazard, Responsable adjoint de Critique Film. Twitter : @NicoBalazard