Festivals News — 13 juin 2018
Festival Lumière 2018 : les premières infos

10 ans déjà !

2018, les 123 ans du Cinématographe Lumière et de son premier film La Sortie d’usine. Les 36 ans de l’Institut Lumière. Les 23 ans de la réhabilitation du Hangar du Premier-Film. Les 58 ans de Thierry Frémaux … Le temps passe vite nous direz-vous, à la vitesse Lumière soulignerons certains. Après Clint Eastwood, Milos Forman, , , , , Martin Scorsese, Catherine Deneuve et Wong Kar-Wai, célèbrera les 10 ans d’un festival devenu le rendez-vous des cinéphiles lyonnais, et des cinéphages des quatre coins du monde.

La conférence de presse d’annonce du prix Lumière a eu lieu dans la magnifique salle principale de l’Institut Lumière. 269 places occupées par des journalistes, des élus, des programmateurs, des exploitants, relayant contre le mur du fond l’équipe de l’Institut Lumière au complet venue soutenir un Thierry Frémaux revigoré après son long séjour cannois. Car quel est plus grand plaisir que de retourner, après une période mouvementée, dans sa ville de cœur pour présenter au monde la naissance d’une nouvelle programmation ?
C’est dans une ambiance électrique, et étouffante (nous ne remercions pas nos collègues venus équipés de leur radiateur portable !) que la conférence a été lancée.

En une heure et demie, le directeur de l’Institut Lumière a fait le tour de … seulement un tiers de la programmation ! Une dixième édition, ça se mérite, il faudra donc patienter jusqu’à septembre pour la programmation définitive, et tenter en vain de rassembler les quelques éléments qui apparaitront de ci, de là. Un conseil : ne vous fiez pas aux rumeurs car le programme est bien gardé !

Nous allons néanmoins vous satisfaire ici en vous livrant ce qui a d’ores et déjà été annoncé.

Jane Fonda

Prix Lumière 2018, une rétrospective se centrera sur l’œuvre de notre impétueuse blonde. Vous l’avez sans doute vue dans Barbarella, mais l’avez-vous vue dans Les Félins, La Ronde, On achève bien les chevaux ou encore  ? Si ce n’est pas le cas, vous avez donc tout à découvrir de cette actrice, cette productrice, et cette militante féministe active et engagée, ancien symbole de la lutte contre la guerre du Vietnam. (Cette gymnaste aussi, ne l’oublions pas !)

 

King Hu

Hommage à qui a fait exploser cette bombe cinématographique des français, la rétrospective King Hu retracera non seulement la filmographie du réalisateur, mais aussi l’histoire d’une culture riche, mystérieuse, et ancestrale. Le Festival Lumière n’est pas un festival de cinéma, c’est le festival de tous les cinémas, cette année encore l’Asie aura droit à ses instants de gloire sur grand écran.

Henri Decoin

Après Marcel Carné et Julien Duvivier, Henri Decoin sera mis à l’honneur lors de la traditionnelle rétrospective sur le cinéma français. L’occasion de revoir des chefs-d’œuvre tels que et Razzia sur la schnouff et d’autres pépites étrangement moins célèbres telles que L’Affaire des Poisons (avec en bonus la radieuse Danielle Darrieux).

Liv Ullmann

Une invitation a été faite à Liv Ullmann, actrice fétiche et muse du cinéaste . En plein centenaire du réalisateur, Liv nous fera l’honneur de sa présence pour accompagner quelques-unes (ci ce n’est toutes !) des plus grandes œuvres de l’homme qui aura scénarisé une grande partie de sa vie. C’est avec une hâte bien peu dissimulée que nous attendons la projection sur grand écran de Persona et de Cris et chuchotements.

Richard Thorpe

nous fait ici cadeau d’un bien inestimable : les copies 35mm des films de Thorpe, léguées à l’Institut Lumière. Les projectionnistes s’étonnent d’une si rare qualité de pellicule, celles-ci ayant été conservées dans de parfaite condition. Nous ne citerons pas les 200 films et quelques composant la filmographie de ce fou du cinéma, et nous nous contenterons ici d’attendrons l’annonce des œuvres qui seront présentes dans sa rétrospective.

Catherine Hessling et le muet

Pour la première fois à Lyon, une rétrospective rendra hommage à l’épouse et muse de Jean Renoir. Sous un regard d’une clarté sidérante, un minois attendrissant, et une vivacité renversante, Catherine Hessling a su charmer en quelques minutes les spectateurs présents. Profitons-en pour remercier Thomas Valette, le talentueux monteur de l’Institut Lumière, qui part son formidable travail renouvelle chaque année le pari d’émouvoir des salles entières. Cette héroïne du cinéma muet sera accompagnée de et de Max Linder (qui fera l’objet d’une attention toute particulière car sa défunte fille a légué tout le patrimoine cinématographique Linder à l’Institut).

Troisième femme de la programmation, Muriel Box s’inscrira en octobre dans la grande lignée des femmes cinéastes. Nous explorerons ici son rapport à l’Angleterre des années 50, en collaboration avec le festival de San Sebastian.

Toute une foule d’autres évènements nous attend pour cette dixième édition : la projection en 70mm de 2001 : l’Odyssée de l’espace, la nuit à la Halle Tony-Garnier, la grande projection jeune public, les venues de Catherine Frot, Bernard Lavilliers, Camelia Jordana…

proposera également un workshop autour de son travail, cette toute nouvelle formule prendra forme au cours des semaines à venir.

Et, un prix sera créé en l’honneur de Pierre Rissient.

Vous restez sur votre faim ? Parfait ! Attendez découvrir la suite.

Articles semblables

Partage

Auteur

Clara Sebastiao