http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Nécrologie News — 04 juin 2018
Décès du décorateur Michael Ford

Le décorateur anglais est décédé le 31 mai. Il était âgé de 90 ans. Dans les années 1980 et ’80, Ford avait assuré la décoration de productions aussi prestigieuses que trois James Bond, deux films de l’univers Star Wars, le premier Indiana Jones et surtout l’incontournable . Il avait gagné deux Oscars, pour Les Aventuriers de l’Arche perdue et le film de James Cameron.

Après avoir principalement travaillé pour la télévision dans les années ’70, notamment pour des séries à succès comme « L’Aventurier », « Chapeau melon et bottes de cuir » et « Cosmos 1999 », Michael Ford avait créé ses premiers décors pour un film majeur en 1980, pour l’épisode V de Star Wars L’Empire contre-attaque Irvin Kershner. Il allait enchaîner rapidement sur le film d’aventures emblématique Les Aventuriers de l’Arche perdue de Steven Spielberg, l’épisode suivant de Star Wars de Richard Marquand, ainsi que le fantastique de Walter Murch, de Barry Levinson, les deux James Bond avec Timothy Dalton, Tuer n’est pas jouer et de John Glen, et de Steven Spielberg. Dans les années ’90, il avait également collaboré à La Prise de Beverly Hills de Sidney J. Furie, Noël chez les Muppets de Brian Henson, Nostradamus de Roger Christian, le premier James Bond avec Pierce Brosnan de Martin Campbell, Titanic de James Cameron – Oscar du Meilleur Film en 1998 – et Wing Commander de Chris Roberts.


Michael Ford a été nommé à quatre reprises à l’Oscar des Meilleurs décors : pour L’Empire contre-attaque, Les Aventuriers de l’Arche perdue, Le Retour du Jedi et Titanic. Il l’avait gagné deux fois, en 1982 pour Les Aventuriers de l’Arche perdue et en 1998 pour Titanic, aux côtés de son fidèle collaborateur, le chef décorateur Peter Lamont.

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles