http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Nécrologie News — 13 octobre 2015
Décès du chef opérateur Jean Badal

AlexandreTraunerBadalEtVintLeJour

Le chef opérateur hongrois est décédé hier. Il était âgé de 88 ans. Badal avait effectué l’essentiel de son travail en France, y collaborant par exemple avec des réalisateurs comme François Leterrier, Jules Dassin et André Cayatte et photographiant son film le plus important en 1967 : de .

QuoiDeNeufPussycat

Né Janos Badal, il avait été le chef opérateur sur quelques films hongrois, avant de s’exiler en France en 1957. Son premier film dans son pays d’adoption était Les Mauvais coups de François Leterrier en 1961. Sous le nom de Jean Badal, il était par la suite en charge de la photo de films aussi variés que L’Education sentimentale de Alexandre Astruc, L’Accident de Edmond T. Gréville, Un roi sans divertissement et La Chasse royale de François Leterrier, Tintin et les oranges bleues de Philippe Condroyer, L’Une et l’autre de René Allio, Les Idoles de Marc’o, La Fiancée du pirate de Nelly Kaplan, ainsi que Playtime de Jacques Tati, avec lequel il avait déjà collaboré sur le court-métrage « Cours du soir ». Pendant les années ’60, Jean Badal s’était également associé à deux productions anglophones : Et vint le jour de la vengeance de Fred Zinnemann et Quoi de neuf Pussycat ? de Clive Donner.

Playtime

La carrière de Jean Badal était aussi prolifique pendant les deux décennies suivantes, au cours desquelles il était le chef opérateur de Jules Dassin (La Promesse de l’aube), Marcel Carné (Les Assassins de l’ordre), Jacques Deray (Un peu de soleil dans l’eau froide), encore François Leterrier (Projection privée et Goodbye Emmanuelle) et Jacques Tati (pour le téléfilm Parade), André Cayatte (Verdict et L’Amour en question), Guillaume Nicloux (Les Enfants volants) et Jean-Pierre Mocky (Ville à vendre).

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles