2011, clap de fin : Novembre

0
466
2011, clap de fin : Novembre
2011, clap de fin : Novembre
Incontournables, inévitables Intouchables

Le 1er, l’une des voix des Parapluies de Cherbourg s’éteint. Christiane Legrand avait interprété plusieurs fois des chansons pour les besoins des musiques de films composées par son frère Michel. Outre aux Les Parapluies…, elle avait également prêté sa belle voix aux Demoiselles de Rochefort et Peau d’Ane de Jacques Demy et à la superbe musique de François de Roubaix sur Les Aventuriers de Robert Enrico.

Le 2, sort le phénomène de l’année, Intouchables. Cette histoire drôle et touchante menée par François Cluzet et Omar Sy, tous deux excellents, a déjà dépassé La grande vadrouille et Les Visiteurs. Un sujet sociétal qui fédère tous les publics, n’est-ce pas là finalement le grand défi que s’est toujours lancé le cinéma, quoi qu’en disent certains pisse-froid d’Outre-Atlantique qui n’ont pas hésité à taxer le film de racisme ? Dans un autre registre mais bourré d’humanisme également, La source des femmes de Radu Mihaileanu (auteur du Concert) ne réalise pas le score qu’il méritait. Avec 550 000 entrées, on peut parler d’un relatif échec. L’incroyable histoire de Winter le Dauphin coule à pic en ne dépassant pas les 170 000 entrées en France. Guère mieux loti, Forces spéciales qui se prend un monumental tir dans la presse dépasse à peine les 200 000. Cette histoire d’otage des talibans en Afghanistan menée par Diane Kruger et Benoît Magimel n’était-elle pas arrivée un peu trop tôt au cinéma ?

Intouchables
Intouchables
Huppert/Poelvoorde : un des « couples » de l’année

Le 9, quelques grosses pointures débarquent sur les écrans mais seront toutes sévèrement mises à mal par le phénomène Intouchables. Philippe Lioret avec Toutes nos envies peine à franchir des 300 000 spectateurs, très en dessous des ses scores habituels. Isabelle Huppert et Benoît Poelvoorde s’en tirent mieux devant la caméra d’Anne Fontaine et Mon pire cauchemar sera vu par près de 750 000 personnes venues assister aux empoignades de cet improbable couple. La pandémie vue par Soderbergh entouré d’une pléiade de comédiens (Damon, Cotillard, Fishburne, Winslet) fera moins bien avec 650 000 adeptes de cette Contagion. On ne choisit pas sa famille réunit le duo des Visiteurs mais le spectateur ayant, lui, le droit de choisir ses films, ne répondra pas présent à cette daube sidérale. Le film « réalisé » par Clavier se prend un four mérité.

Twilight - Chapitre 4
Twilight - Chapitre 4

Le 16, le quatrième volet de la série pour teenagers Twilight démarre un parcours triomphal qui le propulsera à plus de 3,5 millions de visiteurs. Avec Les Neiges du Kilimandjaro, Robert Guédiguian, toujours entouré de ses fidèles collaborateurs, va réchauffer les cœurs de plus d’un demi-million de spectateurs. Même si le film pousse un peu trop le bouchon du mélo, un rendez-vous avec ce généreux cinéma ne se rate pas. Le retour de Mathieu Kassovitz (L’ordre et la Morale)en France, après deux inepties tournées aux States, n’est pas salué à la hauteur des ambitions louables du cinéaste qui ressort le dossier de la grotte d’Ouvéa dans un film tendu et admirablement mené. En seconde semaine, le score s’écroule et le bilan n’affichera même pas 250 000 spectateurs. Le thriller domestique La femme du Vème malgré Kristin Scott Thomas et Ethan Hawke fait un bide absolu, achevant sa course bien avant les 50 000 entrées. Clémence Poésy, les yeux rivés vers le ciel dans l’attente d’un improbable salut divin sur l’affiche de Jeanne captive ne ravira que quelques poignées de spectateurs égarés. Malmené par la critique, le film se plante. Brad Pitt, pourtant secondé par l’excellent Philip Seymour Hoffman, prend une retentissante claque au box-office avec son Stratège qui peine à trouver 100 000 spectateurs. On est loin des cartons habituels du comédien. Même déconfiture pour Tomer Sisley qui, bien qu’entouré de Julien Boisselier et de la nouvelle idole des plateaux Joey Starr, ne fera pas grimper sa Nuit blanche au-delà des 50 000 fans.

Mélanie Laurent sur tous les fronts

Le 17 s’éteint Pierre Dumayet. Journaliste, il avait également produit et écrits quelques films et téléfilms. On retiendra surtout son scénario du film d’André Cayatte Mourir d’aimer qui avait offert à Annie Girardot un de ses plus beaux rôles au cinéma.

Le 20 novembre disparaît Robert Party. Spécialisé dans les seconds rôles au cinéma alors qu’il a mené une remarquable carrière théâtrale, il était apparu dans une quarantaine de films parmi lesquels Chiens perdus sans collier de Delannoy, Le Charme discret de la bourgeoisie de Buñuel, Traitement de choc de Jessua, Le Serpent, I comme Icare et 1000 milliards de dollars de Verneuil et Les Fantômes du chapelier de Chabrol.

Le 22 disparaît Yvon Marciano, scénariste et réalisateur de courts métrages régulièrement récompensés à travers le monde. Il avait également écrit un des rôles les plus troublants de la courte carrière de Marie Trintignant, Le cri de la soie.

Les Adoptés
Les Adoptés

Le 23, Intouchables entame sa quatrième semaine d’exploitation qui marquera la visite du 10 000 000ème spectateur. Face à cette déferlante, L’art d’aimer parvient toutefois à flirter avec les 200 000 spectateurs, score honorable pour Emmanuel Mouret. Le cinéaste, absent devant la caméra (bien lui en a pris) a su s’entourer d’une pléiade de comédiens (Ascaride, Depardieu fille, Cluzet, Stoecker, Godrèche) qui n’est pas étrangère à ce succès. Malgré une grosse campagne de pub, Mélanie Laurent peine à trouver un public pour Les Adoptés, qu’elle a écrit et réalisé. Trois films, le festival de Cannes et un album très décrié : n’a-t-elle pas été trop présente ? Dommage car son film restera un des meilleurs de 2011. En revanche, près de 400 000 spectateurs vont venir voir Les immortels, film d’action se déroulant sous la Grèce Antique. Un score pas titanesque mais confortable. Justin Timberkake embarqué dans l’univers d’Andrew Nicol (Bienvenue à Gattaca, Simone) va attirer un million de fans dans un film (Time Out) pourtant peu digne de son réalisateur. Brett Ratner, quant à lui, ne franchira pas les 200 000 entrées avec Le Casse de Central Park où il réunit Ben Stiller et Eddie Murphy. Score minable pour l’auteur de Dragon rouge, deux Rush Hour et un X men. Sorti quelques semaines avant les vacances, Mission : Noël Les aventures de la famille Noël se taille un beau succès avec près de 700 000 jeunes fans. De son côté, Jean-Jacques Annaud s’englue dans son Or noir. Cette charge contre le capitalisme qui en utilise pourtant toutes les ficelles pour son exploitation n’attirera guère plus de 200 000 Français. La sauvage nature de la Norvège ne séduira pas non plus le public hexagonal qui boude le pourtant formidable Révoltés de l’Ile du Diable. Enfin, le film d’animation franco-belge Le tableau épingle 160 000 spectateurs.

Besson et Depp boivent la tasse

Le 27, l’auteur sulfureux des Jours et les nuits de China Blues, La Putain et Tommy s’éteint à l’âge de 84 ans. Son goût pour les sujets décadents l’avait quelque peu éloigné des circuits de distributions trop balisés.

Le Chat potté
Le Chat potté

Le 30, l’animation fait encore fureur avec Le Chat potté qui fera miauler de plaisir 2.5 millions de personnes. La pègre attire encore du monde également et Les Lyonnais se paye un beau succès avec un million d’aficionados pour ce film pourtant moyen d’Olivier Marchal. Score qu’est loin d’atteindre Luc Besson avec sa Lady, portrait de la dissidente birmane Aung San Suu Kyi, le film risquant de stopper sa course à peine franchi le demi-million d’entrées. Bide aux USA, bide en France, le nouveau Johnny Depp ne séduit nulle part : Rhum express ne franchit pas les 100 000 entrées. Un score à flanquer une sacrée gueule de bois aux distributeurs.

<– Voir le dossier :  2011, clap de fin : Octobre

Voir le dossier :  2011, clap de fin : Décembre –>

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici