Les Neiges du Kilimandjaro

0
112
Les Neiges du Kilimandjaro

Les Neiges du Kilimandjaro Les Neiges du Kilimandjaro

France : 2011
Titre original : Les Neiges du Kilimandjaro
Réalisateur :
Scénario : Robert Guédiguian
Acteurs : , ,
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 1h47
Genre : Drame, Romance
Date de sortie : 16 novembre 2011

Globale : [rating:3][five-star-rating]

Robert Guédiguian, après quelques « infidélités » fort réussies du reste (le splendide notamment), revient à Marseille avec un film débordant d’humanité. Dégoulinant même, hélas. Too much is too much et cette fois, on déplore, qu’en dépit de son inexpugnable fidélité à ses convictions, il soit allé un peu trop loin dans un pathos mièvre. Mais le dialogue et l’interprétation sauvent la mise.

Synopsis : Michel, la cinquantaine, est représentant syndical de son entreprise frappée par un plan de licenciement. Il décide le moyen le plus démocratique selon lui pour désigner les vingt personnes qui resteront sur le carreau : le tirage au sort. Son nom tombe au milieu de 19 autres, parmi lesquels celui d’un jeune désœuvré qui vit dans une cité et élève seul ses deux frères. Ce dernier va se venger…

Les Neiges du Kilimandjaro

Un petit Guédiguian

Marseille, ville de tous les départs, de toutes les promesses de voyage… Son mistral qui rend un peu zinzin, son pastis, ses parties de cartes. Guédiguian est à la cité phocéenne ce que Woody Allen fut à New York : viscéralement attaché à cette ville dont il a situé la majorité de ses films, il l’a filmée sous toutes ses coutures. Un poil idyllique dans , écrasée de lumière pour mieux y planter le décor d’un abominable drame dans (son meilleur film à ce jour), un tantinet ouvrière dans

Dans ce nouvel opus, Marseille incarne un personnage à part entière. Il y est question de navires, de voyages, de chansons exotiques. Mais la crise étant passée par là, il y est surtout question de rêves de navires, de fantasmes de voyages que l’on vivra par procuration en regardant par exemple un bateau de papier se laisser porter par le courant de l’eau coulant dans un caniveau. Poétique et cruel à la fois, ce plan aussi léger que suggestif pourrait sortir tout droit d’un film de René Clair, l’homme au et .

Les Neiges du Kilimandjaro

Hélas, cette légèreté, que l’on avait pu applaudir dans A l’attaque notamment tend ici à s’effacer derrière une préjudiciable propension à l’empathie comme seule arme de séduction. De nombreuses scènes tout autant que le final (étonnamment christique venant d’un communiste avéré…) plombent le propos, le rendant plus lénifiant qu’engagé. Si le discours politique demeure en filigrane, il n’est pas toujours bien intégré dans toute la composante humaine de la narration.
Tout cela est d’autant plus dommage que le cinéaste demeure sincère dans ses convictions politiques et ses colères humanistes. Menant avec toujours autant d’allant son intrigue, qui navigue entre polar et conte, constat sociétal et comédie, maîtrisant avec toujours la même aisance les ruptures de rythme et dirigeant toujours aussi brillamment ses comédiens, il passe à quelques encablures du grand film. C’est donc un petit Guédiguian que cet opus au titre qui promet de la hauteur mais reflète surtout la mièvrerie de la chanson qui l’a inspiré…

Résumé

La cuvée 2011 du père de Marius et Jeannette peine à convaincre par trop de bons sentiments dans une histoire qu’un traitement plus rude aurait rendue plus réaliste et politiquement plus crédible. Restent toutefois la « famille » Guédiguian devant sa caméra et son art du dialogue qui fait mouche assez souvent.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=43yjSWAl3nw[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici