The Vampire Diaries Saison 4 Episode 8 – We’ll Always Have Bourbon Street

Ce nouvel épisode met l’accent sur la découverte du lien qui unit et . Partis en Nouvelle Orléans pour trouver une solution à ce problème, les deux frères Salvatore vont passer la journée ensemble, ce qui va leur permettre de s’ouvrir l’un à l’autre. De leur coté, la bande des trois copines se retrouveront pour partager un bon moment entre filles.
L’épisode s’ouvre sur un petit câlin matinal des Delena, sur un fond musical emprunté à Twilight – Fascination (Blue foundation – Eyes on fire)…

Cela faisait un moment que nous n’avions pas eu de confidences sur le passé des deux frères Salvatore, mais après que Damon ait compris le lien qui l’unit à sa chère Elena, et retourné la maison pour remonter quelques souvenirs, les voilà en route pour « Bourdon Street » à la recherche d’une précédente conquête, Charlotte, jouée par Madeline Zima (Californication), et d’une sorcière. Quelques flash-back de leur vie en 1942 alimenteront ce scénario. (Ça sera également l’occasion de retrouver Lexi, très protectrice).

Damon y est montré comme à son habitude un « Bad Guy » égoïste. Mais au final, on découvre (une fois encore) sa nature à se soucier de son frère d’avantage qu’à lui-même. Ce qui en fait un personnage très complexe, et intéressant.

La sorcière qu’ils rencontrent, (fille de celle qu’il avait vue en 1942) explique que sa mère utilisait une sorte de magie appelée « expression » qui va au-delà de la magie noire, et de lui avoir demander de sacrifier 12 personnes n’avait rien à voir avec le lien qu’il souhaitait briser.  Vous avez l’impression que ça concorde avec les actuels événements entre , et Bonnie ??? (On y reviendra).
On y apprend également que le « lien » ne peut exister si la personne n’éprouvait pas de vrais sentiments pour l’autre. Et la version de Tyler qui dit : « le lien n’affecte que les actes, pas les sentiments » le confirme. Oui Elena a toujours ressenti quelque chose pour Damon, et son vampirisme n’a fait que l’accroitre.

En parallèle, les filles s’organisent une petite soirée entre elles d’un ennui mortel ! Caroline y est fortement rabat-joie et plombe l’ambiance (et quelle ambiance !!) Les scénaristes n’ont pas été doués sur ce plan. Heureusement que la soirée va se terminer avec un peu plus d’entrain, avec l’entrée fracassante d’hybrides rebelles. Bonnie utilise alors un peu de magie recouvrée grâce aux conseils de Shane, mais cela ne suffira pas pour le moment. Il s’agit du mode « expression »… aveuglé par ce sexy professeur qui l’encourage et l’aide, Bonnie récupère peu à peu de son pouvoir, malheureusement, on comprend vite qu’il va abuser de sa confiance puisqu’il la manipule.

Tyler justement, voilà qu’il reprend du poil de la bête en s’affirmant comme Alpha auprès des hybrides qu’il tente de libérer du lien qui les unit à Klaus. Ces passages avec ces créatures ne sont pas assez valorisés. Néanmoins, ce huitième épisode remonte le niveau. L’intérêt s’élève à mesure que le professeur Shane insiste auprès de Hayley pour en libérer 12 exactement. En effet, elle a passé un marché avec le prof : 12 hybrides libres contre des informations sur ses origines. On s’apprête donc à voir Hayley trahir Tyler dans les épisodes suivants.

Et pour finir, un plan sur Damon, grave, sérieux. Il veut s’entretenir avec Elena, qui prend les devants en commençant par lui expliquer qu’elle est au courant pour le lien, et qu’elle refuse que leur relation cesse. Leur idylle aura été de courte durée, mais aura-t-elle des chances de perdurer ?

Bref, les points forts de cet épisode auront été d’une part la relation qu’entretiennent les frères Salvatore au fil du temps, les ambiguïtés, leur complicité, leur complexité… D’autre part celle de Damon et Elena, nouvelle et compliquée. Tyler qui s’affirme de plus en plus, et enfin n’oublions pas Shane qui manigance sur plusieurs tableaux, avec Hayley, Bonnie, (et Jeremy, que l’on devrait retrouver plus tard)

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Stephanie T

Cet article a été rédigé par Stéphanie Tosetti-Helck, chroniqueuse séries TV de Critique Film.fr