« The Killing » Saison 2 Episode 1 et 2

0
551

Une très grande déception pour les deux premiers épisodes de la deuxième saison de « The Killing », diffusés dimanche soir sur AMC. La fin de la première saison nous avait laissé sur l’arrestation de Darren Richmond et sur la possibilité que certains policiers travaillant sur l’affaire « Rosie Larsen », soient corrompus. Une très bonne fin qui en a surpris plus d’un. Mais que s’est-il passé entre la première et la deuxième saison? Les personnages nous reviennent lents, mous et sans conviction. Les actions, quand il y en a, sont très brèves et n’aboutissent à rien de concret. 

Lors de la saison précédente, Sarah Linden reçoit un coup de téléphone alors qu’elle est dans l’avion pour rejoindre son futur mari. Elle apprend alors que les caméras de surveillance du pont d’où provient la photo qui accuse Richmond, ne fonctionnaient pas le jour où la photo a été prise. De l’autre côté de la ville, Richmond se fait tirer dessus par Belko Royce (ami de Stan Larsen).
On reprend alors le cours de l’histoire, Sarah quitte l’avion avec son fils et rejoint son capitaine pour trouver une explication logique à tout ça. Quant à Richmond il est entre la vie et la mort. Holder de son côté interroge Belko.

On est tout de suite mis au courant des agissement de Holder et de son collègue Gil. Sauf qu’il ne se passait pas exactement ce que l’on pensait. Holder ne serait-il qu’un pion dans cette histoire de corruption? Je dois admettre que cette approche est intéressante. Il se rend compte qu’il a été manipulé et que Sarah est au courant des fausses preuves, mais celle-ci fait tout pour éviter son collègue.

Par contre, Sarah, que ce passe t-il avec ce personnage. Tellement déterminée dans la première saison, qu’elle parait endormie ici. Elle poursuit son enquête sur l’affaire Larsen après avoir compris que Richmond n’était pas le véritable tueur, que ce n’était qu’un coup monté, mais elle se retrouve seule, ne sachant plus à qui faire confiance. C’est sur que ça ne laisse pas de grandes opportunités d’évolution au personnage, mais un peu d’action n’aurait pas été de trop.

De l’action on risque d’en avoir grâce à Stanley, le père de Rosie, qui revient à ses mauvaises anciennes habitudes à la fin de l’épisode. Il risque de devenir un obstacle à la police en faisant cavalier seul.

En bref, un début trop vague, la réapparition du sac à dos de Rosie Larsen devant la porte d’entrée des Larsen est amenée comme un cheveu sur la soupe, les dialogues sont vides et l’intrigue tourne en rond.

AMC c’est peut-être précipitée en nous proposant 2 épisodes en une seule soirée. Pour ma part, l’envie de terminer un épisode n’avait jamais été aussi grande que devant 1h30 de la saison 2 de « The Killing ». J’espère vraiment que la suite de la saison va remonter un peu le niveau, car la série américaine semble perdre pied face à l’oeuvre originale danoise, de Søren Sveistrup, qui avait marqué les esprits.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici