Test DVD : Tête baissée

2
417

Tête baissée

tete baissée dvd 2Bulgarie, France, Belgique : 2015

Titre original : –
Réalisateur : Kamen Kalev
Scénario : Kamen Kalev, Emmanuel Courcol
Acteurs : Melvil Poupaud, Seher Nebieva, Lidia Koleva
Éditeur : Blaq Out
Durée : 1h40
Genre : Drame, Thriller
Date de sortie cinéma : 14 octobre 2015
Date de sortie DVD : 29 mars 2016

 

Accusé de trafic de fausse monnaie entre la France et la Bulgarie, Samy, un repris de justice, accepte le marché de la police française : infiltrer la mafia bulgare du proxénétisme ! Une mission à très haut risque qui place sur sa route Elka, une jeune prostituée bulgare…

tete baissée 6

Le film

[3/5]

Pour un humoriste moyen (très, très moyen !), il est de bon ton de se moquer des films venant de pays à la production limitée, soutenus, disent-ils, par Télérama et regardés sur Arte par des bobos intellos.  Des films dans lesquels, d’après eux, il ne se passe rien d’intéressant (seul problème : ils ne les ont pas vus !). Il peut arriver qu’un de ces films soit bulgare. Tête baissée est un film bulgare (en coproduction avec la France et la Belgique). Et des choses, il s’en passe ! Et plutôt intéressantes. D’accord, le résumé du film est plutôt simple : un jour, Samy, trafiquant de fausse monnaie entre la Bulgarie et la France, est arrêté en flagrant délit par la police française. Pour éviter la prison, il accepte le marché qu’on lui propose : infiltrer la mafia bulgare du proxénétisme afin de remonter jusqu’au turc qui dirige la filière ! Une mission risquée et qui le devient plus encore lorsque Samy s’entiche d’Elka, une très jeune prostituée bulgare aux origines tsiganes, et qu’il cherche à l’extirper de ce milieu sordide. La vision du film est moins simple et on apprécie souvent l’avantage que présente le DVD par rapport à la vision en salle : la possibilité de revenir en arrière pour refaire le point sur une situation un peu embrouillée. En effet, on est parfois un peu perdu entre la France et la Bulgarie, les faux-monnayeurs et les proxénètes, on passe du bulgare au français en plein milieu d’une conversation, sans oublier le turc, le tsigane et l’anglais, etc.. La vision que donne Kamen Kalev de son pays d’origine est particulièrement sombre : une société post-communiste dans laquelle des laissés pour compte sont prêts à tout pour échapper à ce qui ressemble fort à de la misère, des mères qui vendent leurs filles à des réseaux de prostitution, une mère qui ne va pas jusque là, mais, dans ce cas, c’est sa fille de 14 ans qui propose elle-même à Samy de l’emmener vers une vie sur le trottoir.

tete baissée 1

C’est en 2009 que la Quinzaine des Réalisateurs avait permis de découvrir le réalisateur bulgare Kamen Kalev avec Eastern Plays, un premier long métrage, mi fiction, mi documentaire, à la fois inégal et prometteur. Après The Island, un deuxième long métrage réalisé avec un casting international et qui n’a pas laissé un grand souvenir, Kalev, avec Tête baissée, est revenu à un mélange de fiction et de documentaire, présenté sous forme de thriller et de film social, sans oublier le côté sentimental de la relation qui s’établit entre Samy et Elka. Pour l’écriture du scénarion, Kamen Kalev a travaillé avec Emmanuel Courcol dont on connait le travail auprès de Philippe Lioret (L’Equipier, Welcome, Toutes nos envies). Bulgare diplômé de la FEMIS, Kalev a tourné la plus grande partie de son film en Bulgarie, avec, toutefois, quelques scènes tournées en France et, surtout, un acteur français dans le rôle principal. Melvil Poupaud se tire plutôt bien de son rôle de gangster, un rôle dans lequel on ne l’attendait pas vraiment mais dans lequel la fragilité qu’il apporte arrive à le rendre très attachant et à apporter de la crédibilité au chemin qu’il emprunte vers la rédemption. Quant à Seher Nebieva, choisie parmi un millier de postulantes pour interpréter le rôle d’Elka, ses premiers pas devant la caméra montrent un beau tempérament de comédienne. Et puis, on ne se plaindra pas de faire connaissance avec la musique tchalga, musique bulgare aux influences orientales, même si cela nous vaut, une fois de plus, la scène-bateau de la boite de nuit que les réalisateurs adorent et les spectateurs (certains, du moins !) beaucoup moins.

tete baissée 2

Le DVD

[3/5]

Il n’y a pas grand chose à dire (ou à redire) sur ce DVD édité par Blaq Out. Ne surtout pas se focaliser sur ce qui pourrait apparaître comme un défaut sur un certain nombre de scènes, le côté terne de l’image, sur fond de ciel blafard et d’habitations d’une grande tristesse : cela ne vient pas du transfert, il s’agit d’un choix fait par le réalisateur, afin d’accompagner les côtés glauques et cafardeux de certaines situations. Tant pis pour la promotion du tourisme en Bulgarie ! Par ailleurs, il y a d’autres scènes avec beaucoup de luminosité et une belle photographie. Dans le film, cinq langues sont utilisées : bulgare, français, turc, tsigane et anglais. Le son est disponible en Dolby Digital 2.0 et en Dolby Digital 5.1. Pas de VF, mais un très bon sous-titrage permet de suivre les dialogues sans problème. A noter qu’existe aussi un sous-titrage pour sourds et mal entendants. En fait, peu de différence entre les deux sous-titrages, sauf que, dans le sous-titrage pour sourds et mal entendants, les répliques en français sont bien sûr sous-titrées ainsi que les chansons qui émaillent le film. Comme supplément, le DVD offre une interview de Melvil Poupaud réalisée en anglais (sous-titrée en français !) et d’une durée de 6 minutes. Ce sont surtout ses rapports avec les autres comédiens, non professionnels pour la plupart, qu’évoque le comédien au cours de cet entretien : les points de convergence entre le jeu de Seher Nebieva, qui joue Elka, et son comportement dans la vie ; le fait que sont de vrais voyous qui interprètent les rôles de voyous.

Ce DVD est disponible, entre autre, directement chez Blaq Out.

tete baissée 3

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici