Test DVD : L’affaire Dominici

0
482

L’affaire Dominici

 
France, Italie, Espagne : 1973
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h41
Genre : Drame, Policier
Date de sortie cinéma : 7 mars 1973
Date de sortie DVD : 20 juin 2017

 

 

Une famille de touristes anglais est massacrée sur une route de Provence. Une enquête est ouverte au terme de laquelle Gaston Dominici, qui habitait une ferme toute proche, est condamné à mort…

 

 

Le film

[4/5]

Grand artisan du cinéma populaire français, , également connu sous le nom de Burd Tranbaree entre 1976 et 1983, était un adepte de la frontalité, d’un cinéma net et direct, ne s’embarrassant pas de précautions intellectuelles et ne tournant pas autour du pot… comme le sous-entend clairement sa carrière de quelques années dans le cinéma X, qui a par ailleurs eu raison de ses tentatives afin de percer par la suite dans le cinéma traditionnel.

L’affaire Dominici est le parfait exemple de cet état d’esprit : concis, cynique, sans concession – on est clairement en présence d’un film « à charge » revenant sans prendre de gants sur le plus gros fiasco de la justice française des années 50. Ainsi, l’intervention face caméra d’Emile Pollack, le « vrai » avocat de Gaston Dominici, en fin de métrage, ne fera qu’enfoncer le clou d’un film s’imposant comme un véritable brûlot.

Documenté, quasi-documentaire, formellement brut de décoffrage (à l’image de son ton général), le film de condense donc en une centaine de minutes des années de procédures abusives et de dysfonctionnements aberrants qui mèneront à la condamnation d’un homme dont la culpabilité n’a jamais été prouvée. Porté par la prestation extraordinaire de , L’affaire Dominici s’avère un film radical, fort, et même émouvant lors de certains passages. Une belle réussite.

 

 

Le DVD

[4/5]

C’est qui nous propose aujourd’hui de redécouvrir L’affaire Dominici, dans la nouvelle vague de sa « collection Cinéma ». La galette proposée par l’éditeur nous offre le film au format cinéma 1.66 respecté. Le master du film est en bonne forme, la définition et le piqué sont irréprochables, et rendent justice à la photo du film, signée Ricardo Aronovich. Côté son, le film est mixé en Dolby Digital 2.0 mono d’origine est d’une belle clarté, sans souffle ni craquements disgracieux.

Du côté des suppléments, on trouvera un passionnant entretien avec , qui revient sans langue de bois sur le tournage du film et ses relations avec . On notera cela dit que la filmographie du cinéaste apparaissant à l’image en début d’interview occulte évidemment tout la partie « porno » de sa carrière.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici