Accueil Tags Jean Gabin

Tag: Jean Gabin

Critique : Le Sang à la tête

0
Au plus tard au milieu des années 1950, Jean Gabin était devenu la figure paternelle à la fois par excellence et par défaut du cinéma français. Ses rôles ne variaient alors plus tellement jusqu'à la fin de son illustre carrière, vingt ans plus tard.

Test Blu-ray : Le diable et les 10 commandements

0
Le diable et les 10 commandements était déjà disponible en DVD sur le territoire français. Le film de Julien Duvivier était en effet sorti en 2005 chez René Château, puis en 2015 chez TF1 Studio. Pourtant, la sortie du film chez Coin de mire Cinéma au sein de la fameuse collection « La séance » constitue un véritable événement. Pourquoi, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que l'éditeur français nous propose non seulement un nouveau master 4K de toute beauté mais aussi et surtout parce que cette version remasterisée est en fait la « version intégrale » du film, visible pour la toute première fois en France !

Test Blu-ray : Maigret voit rouge

0
Troisième et dernier film de la trilogie « Maigret » interprétée par Jean Gabin, Maigret voit rouge est malheureusement le moins bon de la série. Que les choses soient claires : il s'agit d'un bon petit film, typique du cinéma policier français des années 60, c'est à dire sous influence de « série noire » et de romans de gare type SAS – le film met en effet en scène les rapports teintés de politique et de diplomation entre forces de police françaises et américaines.

Test Blu-ray : Maigret et l’affaire Saint-Fiacre

0
Une des particularités de Maigret et l'affaire Saint-Fiacre est de construire son intrigue policière autour d'un crime sans « arme du crime » : le mode opératoire du tueur se base en effet sur la diffusion d'une fausse nouvelle publiée par un journal régional, qui provoquera un arrêt du cœur chez la victime

Test Blu-ray : Maigret tend un piège

0
Le scénario de Maigret tend un piège prend le parti de mettre le psychopathe incarné par Jean Desailly au centre du film, en mettant en avant son impuissance et un jeu assez fort de tensions sexuelles. La femme du criminel, Yvonne (Annie Girardot), y est donc présentée comme ayant une liaison avec un gigolo nommé « Jo »

Vu sur OCS : Le Baron de l’écluse

0
On ne peut que regretter amèrement que le cinéma français contemporain ne dispose plus d'un grand acteur populaire de la carrure de Jean Gabin ! Alors que sa filmographie d'après-guerre ne comporte quasiment plus de chefs-d'œuvre de l'avant-garde du cinéma français, elle est riche en rôles taillés sur mesure pour ce comédien hors normes.

Test DVD : L’affaire Dominici

0
Grand artisan du cinéma populaire français, Claude Bernard-Aubert, également connu sous le nom de Burd Tranbaree entre 1976 et 1983, était un adepte de la frontalité, d’un cinéma net et direct, ne s’embarrassant pas de précautions intellectuelles et ne tournant pas autour du pot… comme le sous-entend clairement sa carrière de quelques années dans le cinéma X, qui ont par ailleurs ruiné sa carrière dans le cinéma traditionnel.

Test Blu-ray : Trois classiques de Julien Duvivier

0
Quelques mois après une ressortie dans les salles ayant fait grand bruit dans le cœur de tous les cinéphiles, trois films importants de la carrière de Julien Duvivier, à savoir La belle équipe, La fin du jour et Voici le temps des assassins arrivent le 1er juin dans de superbes combos DVD / Blu-ray sous les couleurs de Pathé

Critique : Voici le temps des assassins

5
C’est au cœur de Paris, hébergeant encore au milieu des années 1950 le tohu-bohu du marché des Halles, que démarre cette histoire hautement mélodramatique dont les pieds d’argile sont habilement cachés par la mise en scène très fluide de Julien Duvivier. En effet, Voici le temps des assassins n’est pas du tout le genre de film à nous impressionner grâce à la substance dramatique de son scénario.

Critique : Le Quai des brumes

1
Avant même que la hache de la censure ne s’abatte sur le cinéma français au moment de l’occupation, il n’était nullement permis de montrer tout et n’importe quoi. Un film comme Le Quai des brumes avait fait alors les frais du filtre de ce qu’il était convenable d’énoncer, notamment en termes de styles de vie peu recommandables, jugés à l’époque comme « sales ».

La Cinémathèque Française au printemps 2016

2
La Cinémathèque Française a désormais un nouveau directeur général : Frédéric Bonnaud, qui succède à Serge Toubiana. La transition s’est faite sous le signe de la continuité, même si le nouveau maître des lieux n’a pas vraiment convaincu jusqu’à présent dans sa gestion d’une crise sociale autour du statut et des conditions de travail du personnel d’accueil, héritée de son prédécesseur.

Test Blu-ray : Sous le signe du taureau

0
Marquant les retrouvailles entre Gilles Grangier, Michel Audiard et Jean Gabin, Sous le signe du taureau (à ne pas confondre avec Anna, ma petite dernière de six mois, qui quant à elle est toujours placée Sous le signe du rototo d’après-biberon) est un film très inhabituel, très éloigné du genre de prédilection du trio : le public s’attendait à un film policier teinté de comédie, il se retrouve avec un essai politique ni drôle ni vraiment immersif, ce qui explique sans doute sa faible performance au box-office français à sa sortie en 1969.