Test DVD : Disparue en hiver

0
375

Disparue en hiver


France : 2015
Titre original : –
Réalisateur : Christophe Lamotte
Scénario : Christophe Lamotte, Pierre Chosson
Acteurs : Kad Merad, Lola Créton, Géraldine Pailhas
Éditeur : France Télévisions Distribution
Durée : 1h37
Genre : Thriller, Drame
Date de sortie cinéma : 21 janvier 2015
Date de sortie DVD/BR : 1 juin 2015

 

 

Daniel est un ex-policier reconverti dans le recouvrement de dettes. La cinquantaine solide, il effectue son « sale boulot » sans émotion, ni affect… Un jour d’hiver, sur le parking d’un routier, il se fait aborder par Laura, une fille de 18 ans qui lui demande de la raccompagner. Il accepte. En chemin, elle lui propose « ses services » contre de l’argent. Furieux, Daniel l’éjecte de sa voiture. Le remords et la violence de sa réaction le poussent à faire demi-tour et à revenir sur ses pas, mais Laura a disparu…

 

 

Le film

[4,5/5]

Sous l’impulsion des deux chefs d’œuvre de Guillaume Nicloux que sont Une affaire privée et Cette femme-là, respectivement sortis en 2002 et 2003, est né il y a quelques années une nouvelle race de polars post-modernes français, très influencés par la série noire, mariant des personnages cassés par la vie évoluant dans des milieux interlopes. De ces intrigues glauques baignant dans une noirceur abyssale et désespérée naissait une nouvelle forme de thrillers, comptant à ce jour quelques représentants prestigieux. Outre les deux films de Nicloux cités plus haut, on pense par exemple à Edy de Stéphan Guérin-Tillié (2005), ou encore au sublime Poupoupidou de Gérald Hustache-Mathieu (2011).

Disparue en hiver fait partie de cette nouvelle vague de polars très noirs et contemplatifs. S’il est certes un peu moins réussi que les deux films de Nicloux auxquels il fait souvent penser, le film de Christophe Lamotte sait néanmoins imposer sa patte. Dés sa première séquence, le cinéaste parvient à imposer son personnage principal avec une subtilité remarquable. Kad Mérad, dans un rôle à contre-emploi de loser brisé par la vie, promène son visage de Droopy aux côtés d’un casting en tous points remarquable, la musique et l’ambiance sont oppressantes à souhait, et le film se permet même de régulièrement quitter les rails du réalisme forcené pour nous emmener au cœur de séquences fantasmées et/ou oniriques très réussies.

 

 

Le DVD

[4/5]

Il est amusant de constater que tous les polars évoqués dans les paragraphes précédents restent encore à ce jour inédits sur support haute définition : malgré leurs qualités formelles exceptionnelles et leur statut de films « cultes » pour certains d’entre eux, ces films sont très éloignés de toute logique « commerciale », et ne bénéficient donc logiquement pas des joies du support Blu-ray. Disparue en hiver ne fera pas exception à la règle, l’éditeur France Télévisions Distribution ne pouvant prendre le risque de se risquer à la HD, le film de Christophe Lamotte sortira uniquement sur support DVD.

Un DVD en tous points parfait par ailleurs : l’éditeur, rompu à l’encodage en définition standard depuis de nombreuses années, nous livre ce qui se fait de mieux en la matière. Définition, couleurs, contrastes, piqué, gestion des noirs : la galette s’avère irréprochable, dans les limites évidentes d’un encodage en SD bien sûr. Côté son, le Dolby Digital 5.1 se révèle rapidement riche et enveloppant, participant pleinement à l’immersion du spectateur dans le film. Côté suppléments, on trouvera une bande-annonce du film.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici