Test Blu-ray : Sept morts sur ordonnance

0
356

 
France, Allemagne, Espagne : 1975
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h45
Genre : Thriller
Date de sortie cinéma : 3 décembre 1975
Date de sortie DVD/BR : 5 septembre 2017

 

À dix ans d’intervalle, deux chirurgiens renommés se retrouvent sous l’emprise du professeur Brézé. Dix ans plus tôt, le premier s’était donné la mort après avoir abattu sa famille…

 

 

Le film

[3,5/5]

Sec, brutal et sans concession, fait partie d’une petite vague de films français qui, au milieu des années 70, n’avaient pas peur de s’attaquer aux faits divers les plus sordides, et surtout à en faire des films violemment « à charge », dérangeants parce qu’ils prennent pied dans une réalité sociale presque palpable, et en disent long sur le fonctionnement des institutions du pays. Mais si L’affaire Dominici (1973) ou Le pull-over rouge (1979) mettaient à mal les rouages de la justice, et son scénariste (lauréat du prix Goncourt 1964 pour L’état sauvage) s’attaquent au suicide d’un chirurgien s’étant produit dans les années 1960 à Reims et démêlent l’écheveau jusqu’à la découverte d’une réalité bien peu reluisante.

Porté par les prestations impeccables de , et , s’avère un drame psychologique étouffant, développant une tension remarquable, et dressant une image assez abjecte de la bourgeoisie française. Mais cette férocité parfois réjouissante chez Claude Chabrol prend dans le film de un écho tragique : celui de la réalité d’un pays où tout semble régi par le pouvoir et l’argent, et qui laisse malheureusement s’installer un climat de violence sociale que tout un chacun a probablement pu ressentir à un moment dans sa vie.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Disponible au sein des rangs de la collection « Passion Cinéma » de , s’offre donc un lifting HD sur galette Blu-ray, et le résultat se révèle tout à fait probant. Présenté au format 1.66 respecté, en 1080p, avec la VF encodée en DTS-HD Master Audio mono d’origine, le film de bénéficie donc d’une cure de jouvence salvatrice. Le grain argentique est préservé, ce qui n’empêche pas la définition et le piqué de se montrer d’une belle précision. Les couleurs sont naturelles, et les contrastes se montrent nets et francs. Un beau transfert.

Du côté des bonus, a chargé son spécialiste Jérôme Wybon de retrouver quelques images d’archive que tout le monde avait oublié (deux amusants sujets diffusés sur les antennes locales de FR3 Auvergne en 1975), et de les articuler autour d’un entretien avec (1928-2016), qui s’avère assez intéressant.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici