http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
DVD — 31 janvier 2019
Test Blu-ray : Lukas

 
France, Belgique : 2018
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : , Julien Leclercq
Acteurs : Jean-Claude Van Damme, ,
Éditeur :
Durée : 1h22
Genre : Thriller
Date de sortie cinéma : 22 août 2018
Date de sortie DVD/BR : 26 décembre 2018

 

Un ancien garde du corps qui enchaine les petits boulots de sécurité dans des boites de nuit pour élever sa fille de 8 ans se retrouve contraint de collaborer avec la police. Sa mission: infiltrer l’organisation d’un dangereux chef de gang flamand…

 


 

Le film

[4/5]

Sorti discrètement dans les salles à la fin de l’été 2018, Lukas marque la rencontre de deux solides artisans du cinéma de genre. Devant la caméra, on trouvera bien-sûr Jean-Claude Van Damme, vieux briscard du cinéma d’action international, aujourd’hui âgé de 59 ans, qui prête ici sa gueule marquée, burinée, ravinée par le temps et les excès à un personnage taciturne, violent, brisé par la vie. La quête de rédemption du personnage est peut-être aussi un peu celle de l’acteur, qui tourne beaucoup moins qu’avant, et dont un film retrouve enfin – pour la première fois depuis 2012 – le chemin des salles obscures. Derrière la caméra, on retrouve avec plaisir Julien Leclercq, réalisateur de l’excellent Braqueurs en 2016, et dont on ressent à nouveau le style sec et brutal ; en outre, le cinéaste est allé rechercher et Sami Bouajila, qui jouaient déjà tous les deux dans le film de 2016.

Tout comme celle de Braqueurs, l’intrigue de Lukas s’avère linéaire, directe, sans fioritures inutiles. Van Damme y incarne un personnage fatigué et taciturne, uniquement retenu au monde des vivants par le fil ténu qui le relie à sa fille. En un peu moins d’une heure vingt, le film va à l’essentiel, non sans nous proposer en chemin deux séquences mémorables : un entretien d’embauche sous forme de grosse baston dégénérée, permettant à l’acteur belge de prouver qu’il en a encore sous le capot, et un extraordinaire plan-séquence de plus de cinq minutes suivant, caméra à l’épaule, Van Damme infiltrant un labo de crack pour enlever un chimiste. Bien sûr, comme les films précédents de Julien Leclercq, Lukas n’est pas parfait et comporte encore quelques défauts, telles qu’une tendance à proposer des dialogues un peu trop « écrits » donnant parfois l’impression d’être récités par les acteurs – en particulier par Sami Bouajila, le jeu de Jean-Claude Van Damme étant, d’une façon étonnante, d’une justesse et d’une fébrilité absolument remarquables. Une belle réussite.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Le film n’ayant réuni qu’un peu plus de 57.000 spectateurs en France sur un circuit de 162 salles, on ne s’attendait pas forcément à voir débarquer Lukas en Blu-ray, et encore moins à le voir arriver sous les couleurs de Sony Pictures, éditeur relativement rare en ce qui concerne les productions européennes. Néanmoins, le fait de retrouver le film de Julien Leclercq sous la bannière de Sony ne pouvait que nous mettre en joie : après tout, le géant japonais est tout de même l’inventeur du format Blu-ray, et nous propose aujourd’hui de (re)découvrir Lukas dans un écrin numérique épatant, rendant clairement hommage aux qualités formelles du film : encodage 1080p, définition sans accroc, piqué précis… À part un léger grain en basse lumière, il n’y a rien à redire, c’est un très beau boulot de la part de Sony. Côté son, le film est proposé dans deux mixages DTS-HD Master Audio 5.1 et tous deux s’avèrent dynamiques, immersifs et parfaitement clairs : excellent ; à priori, on aurait tendance à affirmer que c’est Jean-Claude Van Damme lui-même qui a assuré son doublage dans les séquences du film tournées en anglais.

Du côté des suppléments, Sony Pictures nous propose tout d’abord un making of d’un peu moins de quinze minutes, conçu comme une compilation de « moments volés » sur le tournage, sans interventions de l’équipe. On y découvrira un Jean-Claude Van Damme assidu et d’une étonnante modestie, et un Julien Leclercq plus énergique que jamais ; les mentions écrites lors des extraits du tournage du plan-séquence nous apprendront également que ce dernier dure rien de moins que 5 minutes 35, et a nécessité 37 prises. Enfin, la traditionnelle bande-annonce du film fermera la section.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles