Test Blu-ray : L’homme qui valait des milliards

0
1937

L’homme qui valait des milliards

 
France, Italie : 1967
Titre original : –
Réalisateur : Michel Boisrond
Scénario : Michel Boisrond, Michel Lebrun
Acteurs : Frederick Stafford, Raymond Pellegrin, Peter van Eyck
Éditeur : Gaumont
Durée : 1h26
Genre : Action, Thriller, Aventures
Date de sortie cinéma : 1 septembre 1967
Date de sortie Blu-ray : 6 avril 2016

 

 

Jean Sarton, faux repris de justice mais véritable agent du Trésor américain, s’évade de prison en compagnie de Novak, ancien collabo. Deux hommes les recueillent mais exigent que leur soit dévoilée la cachette des milliards de faux dollars fabriqués par les nazis que Novak a dérobés…

 

 

Le film

[4/5]

Même si elle n’aura été que de courte durée (deux films et puis c’est tout), la collaboration entre Michael Boisrond –réalisateur– et Frederick Stafford –acteur– aura donné naissance à deux excellents films d’aventures. En effet, un an à peine après avoir enchanté le monde avec Atout cœur à Tokyo pour OSS 117 (un des meilleurs opus de la saga des années 60), le duo se retrouvait déjà en 1967 sur l’affiche de L’homme qui valait des milliards.

Malgré son titre qui évoque à nos oreilles la série des années 70 mettant en scène Lee Majors dans le rôle du colonel Steve Austin, L’homme qui valait des milliards est en réalité un polar orienté espionnage / aventure du meilleur tonneau. Si le film apparaîtra aujourd’hui forcément un peu suranné –voire même désuet– à certains spectateurs, il n’empêche que le tout est emballé avec soin, et s’avère suffisamment nerveux et formellement « spartiate » (point de dérives colorées et/ou psychédéliques à l’horizon, des rebondissements solides) pour construire un suspense efficace lors de certaines séquences. Si bien sûr Boisrond concède à l’exotisme de rigueur dans le genre à l’époque (la dernière demi-heure se déroule au Maroc), L’homme qui valait des milliards garde son excellent niveau jusqu’à son dénouement et demeure encore aujourd’hui, soit presque cinquante ans après son tournage, un excellent divertissement, rythmé, solidement réalisé et toujours efficace. Un film à (re)découvrir, assurément.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Disponible chez Gaumont au sein de la quatorzième vague de sa collection « Blu-ray découverte », L’homme qui valait des milliards s’offre donc un lifting HD sur galette Blu-ray, que l’éditeur propose au prix tout doux de 14,99€.

Aussi bien côté image que côté son, le master proposé par l’éditeur est de bonne tenue ; le film est proposé au format Scope 2.35:1 respecté et encodé en 1080p. Le piqué est en dents de scie, mais s’offre parfois une précision redoutable, quand certains plans (tels que le générique de début) accusent tout de même le poids des années. Le grain cinéma est plus ou moins présent selon les séquences (sur certains plans, l’éditeur semble avoir eu la main un peu lourde sur le réducteur de bruit), en revanche couleurs et contrastes semblent avoir été tout particulièrement soignés. L’ensemble est donc globalement très satisfaisant, et d’autant plus recommandé que le film est une excellente surprise. Rien à redire non plus sur le mixage audio, proposé en DTS-HD Master Audio mono d’origine, clair et sans souffle.

Côté suppléments, Gaumont nous propose un sujet documentaire issu des archives de l’INA (un peu moins de cinq minutes), comprenant des courts entretiens avec Raymond Pellegrin, Frederick Stafford et Michel Boisrond.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici