DVD — 26 novembre 2018
Test Blu-ray : Les indestructibles 2

 
États-Unis : 2018
Titre original : Incredibles 2
Réalisation :
Scénario : Brad Bird
Acteurs (VO) : Craig T. Nelson, ,
Éditeur :
Durée : 1h58
Genre : Animation, Fantastique
Date de sortie cinéma : 4 juillet 2018
Date de sortie DVD/BR : 9 novembre 2018

 

 

Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique…

 

 

Le film

[4/5]

« 2004 : une famille de super-héros débarquait sur nos écrans. Quatorze ans après, elle est de retour dans Les Indestructibles 2 et n’a pas vieilli, l’histoire reprenant là où elle s’était achevée avec le Démolisseur…

Considérés comme responsables des nombreux dégâts occasionnés par leurs combats contre leurs adversaires aux desseins funestes, les super-héros sont désormais hors-la-loi. Bob Parr, sa femme Hélène, leurs enfants et leur ami Frozone n’ont donc plus le droit de se servir de leurs pouvoirs, ou sinon, c’est la prison ! Winstor Deavor, mécène millionnaire et amateur éclairé de leur sacerdoce, leur propose d’agir en secret afin de préparer l’opinion publique à leur retour. Une série de sabotages menés par un certain Hypnotiseur va leur permettre de se faire remarquer, pour le meilleur, si possible.

Encouragés à ne rien faire par les officiels, Les Indestructibles n’ont rien perdu de leur vocation héroïque et vont devoir agir dans l’ombre. Habitué à être sur le devant de la scène, le père doit désormais assumer le quotidien. Il a, en effet, été prié de se mettre en retrait et de céder sa place de leader à son épouse, considérée comme plus précautionneuse avec le mobilier urbain, pour redorer leur image. Pourtant, pas de conflit, la transition se fait en douceur. Contrainte de se rendre sur divers lieux de combats, elle le laisse s’occuper des enfants et de la maison. À lui de gérer l’impétuosité constante de son fils Flèche, les atermoiements amoureux de l’élastique Violet, sa fille adolescente, mais surtout la découverte par le bébé Jack-Jack de ses multiples pouvoirs au potentiel destructeur.

 

 

Les réseaux sociaux comme cible

Avec légèreté et sans asséner de lourdes leçons de morale, le réalisateur se livre à une dénonciation discrète sur l’importance accordée aux apparences au détriment de la vérité et à la dimension hypnotique des médias et des réseaux sociaux. La dénonciation de ces dérives et de l’emprise des images sur l’intellect de la population aurait pu être un peu plus profonde, mais le message passe néanmoins.

 

 

De l’humour et de l’amour

Le cœur de cette suite reste avant tout la dynamique familiale de ce groupe de super-héros plus unis que bien d’autres de leurs « collègues », les Avengers par exemple, pour ne citer qu’eux. L’humour des situations et des dialogues, la qualité de la direction artistique (autant les décors inventifs que l’animation elle-même) et les combats spectaculaires assurent le spectacle. La nouvelle base de l’équipe ressemble presque à l’antre d’un méchant de James Bond, l’intrigue ressemblant d’ailleurs parfois à une aventure de l’agent 007. En version française, on reconnaît notamment les voix de , (qui remplace Lorie dans le rôle de Violet) et d’Amanda Lear, qui double à nouveau Edna Mode, la créatrice des costumes si identifiables. »

Critique de notre rédacteur en chef Pascal Le Duff.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

C’est naturellement sous les couleurs de Disney – PIXAR que Les Indestructibles 2 pointe aujourd’hui le bout de son nez super-héroïque sur galette Blu-ray : ça sera là l’occasion pour ceux qui ne l’ont pas vu au cinéma de découvrir le film, tandis que les 5,7 millions de spectateurs français l’ayant déjà découvert dans les salles obscures seront plus que probablement ravis de la revoir encore et encore en Haute Définition dans la chaleur douillette de leur « Home Sweet Home ». Et comme d’habitude avec les Blu-ray édités par Disney, le rendu a été tout particulièrement soigné, aussi bien du côté du son que de l’image. Visuellement, cette édition nous propose une véritable claque visuelle, avec une présentation particulièrement nette et précise du film, avec des couleurs qui pètent et des contrastes nickel. Le transfert 1080p des Indestructibles 2 est en effet bluffant de précision, avec un piqué et un niveau de détail assez époustouflant ; les couleurs sont éclatantes (ces costumes flashy !) et naturelles, préservant pleinement l’esprit du film. Qu’il s’agisse des plans d’ensemble ou de détail, tout est parfait. Contrastes et niveaux de noirs sont également impressionnants de profondeur, et le transfert semble exempt de toute trace de bruit, fourmillements, banding ou tout autre écueil numérique. Un sans faute donc. Côté son, on commencera avec le mixage français qui, soyons honnête, sera celui que choisiront de regarder 95% des acquéreurs du Blu-ray français des Indestructibles 2. La VF est donc proposée dans un mixage Dolby Digital+ 7.1 qui s’avère ultra-spectaculaire : parfaitement enveloppant, dynamique et vraiment punchy, avec des effets multidirectionnels dans tous les coins ; comme d’habitude avec la branche française de Disney, la VF a donc bénéficié d’un beau soin éditorial, loin d’être reléguée au rôle de « parent pauvre » sonore ne bénéficiant pas des joies de la Haute Définition audio. La version originale quant à elle est proposée, au choix, soit dans un mixage DTS-HD Master Audio 7.1 soit dans un mixage DTS-HD High Resolution Audio 5.1. Dans les deux cas, l’ampleur et le dynamisme sont au rendez-vous, le film n’étant d’ailleurs aucunement avare en passages explosifs, ces deux mixages proposent une spatialisation littéralement renversante, époustouflante, qui ravira autant les petits que les grands.

Dans la section suppléments, outre un commentaire audio du réalisateur Brad Bird avec les superviseurs d’animation Dave Mullins, Alan Barillaro, Tony Fucile et Bret Parker (VOST), on trouvera le court-métrage Pixar traditionnellement destiné à être projeté au cinéma avant le film (même si malheureusement beaucoup de cinémas en France ne prennent même plus la peine de le projeter). Il s’agit de Bao (Domee Shi, 2018), illustration du « syndrome du nid vide » à la fois très jolie, amusante et poétique. Après ces huit minutes de bonheur, on pourra se replonger dans un deuxième court-métrage, celui-ci étroitement lié aux Indestructibles 2 puisqu’il raconte au spectateur la nuit de « babysitting » assurée par Edna Mode : Tata Edna (Ted Mathot, 2018) se concentre donc sur la confrontation très riche en gags entre Edna et Jack-Jack, le bébé aux innombrables pouvoirs. Mais ce n’est pas tout car les plus grands pourront se plonger dans un formidable portrait de Brad Bird, enregistré pendant la conception et le tournage du film. En l’espace d’un peu moins de vingt minutes, il nous permettra de découvrir un des cinéastes les plus dynamiques et créatifs qui soient. On terminera enfin avec les traditionnelles bandes-annonces.

 

Visuels ©2018 Disney•Pixar. All Rights Reserved.


 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *