Accueil Tags Kurt Russell

Tag: Kurt Russell

Critique : New York 1997 & Los Angeles 2013

1
Parmi les collaborations cinématographiques les plus fructueuses, difficile de ne pas avoir en tête l’entente quasi-fusionnelle unissant John Carpenter et Kurt Russell et qui aura donné des films désormais étiquetées comme œuvres cultes. L’on se demande ainsi si l’ironie n’est pas malicieuse lorsque l’iconoclaste Big John édifie malgré lui une icône, Snake Plissken, dont la moue bougonne sera passée d’un écran (le cinéma) à un autre (le jeu vidéo)1 ? De New York 1997 à Los Angeles 2013, 15 années de séparation2 qui n’atténuent pas la verve esthétique et discursive d

Test Blu-ray : Once upon a time… in Hollywood

0
En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus

Cannes 2019 : Once upon a time … in Hollywood

0
Le film commence : après un faux reportage sur le plateau d'une série western, on se retrouve plongé en plein dans le Hollywood de 1969. Léonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, et dans des plus petits rôles, Al Pacino et Kurt Russell. On s'attendait à une fresque flamboyante sur le monde du cinéma, au tournant d'une époque ; c'est dire si nous avons été surpris.

Test Blu-ray : Fast & Furious 8

0
A l’image des James Bond qui, eux, peuvent se targuer d’une tradition encore plus longue et prestigieuse, Fast & furious a su créer la somme de tout ce qui compte à un moment donné dans le domaine de l’action époustouflante, tout en s’appuyant sur quelques personnages emblématiques et des budgets plus que conséquents, garants quasiment infaillibles d’un succès planétaire au box-office. Le principe du balayage tout inclusif – aussi opportuniste soit-il – fait donc une fois de plus mouche dans Fast & furious 8, un film d’une efficacité jamais prise en défaut, qui ravira tous les fans de la série sans pour autant trop dérouter les passagers plus sporadiques de ces virées endiablées.

Critique : Les Gardiens de la Galaxie 2

0
Trois ans après, James Gunn revient avec la suite de Les Gardiens de la Galaxie. Le casting reste le même : Chris Pratt (Star-Lord), Dave Bautista (Drax) et Zoe Saldana (Gamora) reviennent, présents à l'écran, et Bradley Cooper et Vin Diesel prêtent toujours leurs voix à Rocket Racoon et (Baby) Groot. Deux petits nouveaux s’ajoutent à la bande, et pas des moindres, Kurt Russell dans le rôle de la planète Ego et Sylvester Stallone devient Stakar, personnage qui devrait réapparaître dans de prochains films Marvel Studios. Après la claque qu’était le premier opus, comment James Gunn a-t-il appréhendé cette suite ?

Preview Brimstone

0
Le Western, genre quelque peu déserté par les studios Américains durant quelques décennies, hormis lorsque des cinéastes sincèrement amoureux du genre tels que Kevin...

Un premier accord entre la Fox et Marvel Studio !

0
Même si à l'heure actuelle Marvel Studio domine intégralement le box office mondial, certains droits cinématographiques des personnages de Stan Lee et consorts appartiennent...

Helen Mirren, reine des bolides

1
Autre interprète de la reine Elizabeth Ier, dans une minisérie réalisée par Tom Hooper, Helen Mirren annonce qu'elle rejoint la distribution de Fast &...

Ces deux dernières semaines sur la planète ciné (15 juin 2016)

1
The Nightingale sera le prochain film de l'australienne Jennifer Kent dans un registre différent de son très réussi Mr Babadook : «Il ne s'agit...

Test Blu-ray : Les 8 salopards

1
Si le Quentin Tarantino des années 90 semble avoir définitivement disparu, recyclant, plus de vingt ans après Pulp fiction, ses gimmicks d’écriture d’une façon apparaissant aujourd’hui comme un peu mécanique, voire même « forcée » (moins fluide, plus vulgaire). Néanmoins, il faut tout de même admettre que ses films se suivent et nous proposent toujours de sacrés beaux morceaux de péloche. Combien de cinéastes seraient en effet capables de signer des films de trois heures ne distillant pas le moindre sentiment d’ennui pour le spectateur ?

Test DVD : Bone tomahawk

0
Comme sa sélection au festival de Gérardmer en début d'année pouvait le laisser deviner, Bone tomahawk n'est pas tout à fait le western traditionnel auquel on pourrait s'attendre. Ça commence comme un western, ça a le goût, l'odeur et les images d'un western tout ce qu'il y a de plus classique pendant un peu plus d'une heure

News de la planète ciné 2016, semaines 1 – 2

1
Au programme de cette salve de news en bref : Alex Garland, Emma Stone, Ryan Coogler et Sylvester Stallone, Luc Besson et Valerian, Fanny...