Test Blu-ray : La Rose de la mer

0
295

La Rose de la mer

France : 1946
Titre original : –
Réalisation : Jacques de Baroncelli
Scénario : Paul Vialar
Acteurs : Fernand Ledoux, Roger Pigaut, Noël Roquevert
Éditeur : Pathé
Durée : 1h26
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 16 août 1946
Date de sortie DVD/BR : 26 juin 2024

Jérôme possède un bateau, La Rose de la Mer, avec son truand d’oncle. Ils naviguent avec une bande de forbans engagés par l’oncle pour saborder le navire et toucher la prime d’assurance. Mais Jérôme n’est pas de cet avis et s’oppose au reste de l’équipage…

Le film

[3,5/5]

En se lançant dans le visionnage de La Rose de la mer, on s’attendait pour être tout à fait honnête à se retrouver devant un « film de péniche », un sous-genre du mélodrame dont les français étaient friands des années 30 jusqu’à la fin des années 50. Il faut cependant admettre qu’avant de se voir restauré par la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et programmé à Cannes Classics 2024, le film de Jacques de Baroncelli était totalement retombé dans l’oubli…

Il se trouve donc que La Rose de la mer n’est pas un film de péniche ; le titre du film fait bien référence à un bateau, mais en réalité, « La Rose de la mer » est un cargo – un vieux rafiot en fin de vie dont les deux propriétaires sont Jérôme, un jeune homme bien sous tous rapports (Roger Pigaut), et son oncle Romain (Fernand Ledoux), qui se trouve être un vieux capitaine aux allures louches, que l’on découvre, dans la séquence d’ouverture, en train de négocier un deal que l’on imagine pas forcément légal.

En réalité, le capitaine compte bien couler son navire et encaisser la prime d’assurance ; en accord avec un industriel véreux, il prétendra transporter des pièces détachées de machines agricoles, alors que sa cale est en fait pleine de briques. Tout son équipage, composé de malfrats et de repris de justice (un « équipage de pirates » selon les mots de son neveu), est au courant, sauf un, un père honnête et sans le sou engagé au dernier moment. La première moitié de La Rose de la mer tient presque du film noir, notamment grâce à la présentation de l’équipage du cargo, composé d’une clique d’acteurs patibulaires qui n’hésitent pas à en rajouter dans leur côté interlope.

Dans sa deuxième partie, La Rose de la mer prend davantage les atours d’un huis-clos et, sans en révéler trop sur les tenants et les aboutissements de l‘intrigue, la découverte d’un passager clandestin fait finalement basculer – de façon assez inattendue – l’ambiance générale de l’intrigue vers le mélodrame. Cependant, le scénario imaginé par Paul Vialar d‘après son roman éponyme (qui avait obtenu le Prix Femina en 1939) reste captivant, et les deux acteurs principaux font le job, même si on pourra trouver que Roger Pigaut conserve un jeu très « théâtral », et qu’il en fait occasionnellement des caisses dans sa composition de héros noble et idéaliste.

Les autres acteurs sont excellents, avec une mention particulière à Fernand Ledoux, tout à fait convaincant, et à Noël Roquevert, qui comme d’habitude s’avère exceptionnel dans la peau d’un marin superstitieux. On notera également que La Rose de la mer développe, par moments, une petite pincée d’humour noir très efficace – un film à redécouvrir !

Le Combo Blu-ray + DVD

[4,5/5]

La Rose de la mer débarque donc aujourd’hui dans une superbe édition Blu-ray sous les couleurs de Pathé, et à cette occasion, le film intègre la déjà très riche collection de digipacks cartonnés « Versions restaurées par Pathé » lancée par l’éditeur il y a quelques années. L’excellent petit film méconnu signé Jacques de Baroncelli bénéficie donc du superbe packaging des titres de la collection, et du traditionnel Combo Blu-ray + DVD qui nous prouve une fois de plus que les équipes de Pathé sont bien déterminées à fournir au consommateur des films présentés comme de « beaux objets » de collection. Le film de Jacques de Baroncelli vient donc tenir compagnie à de nombreuses autres merveilles telles que Les enfants du Paradis de Marcel Carné, Paradis perdu d’Abel Gance, Paris au mois d’août de Pierre Granier-Deferre ou encore, dans un genre assez différent, le sublime Showgirls de Paul Verhoeven.

Côté Blu-ray, la restauration exploitée ici par l’éditeur est tout simplement excellente. Encodé avec soin, le film brille vraiment de mille feux avec un niveau de détails accru et des contrastes ciselés, évitant l’écueil des noirs bouchés ou de l’image « terne » ; les gros plans sur les visages des acteurs impressionnent par leur précision et leur définition. Quelques plans accusent certes de légères baisses de définition, mais l’ensemble est de très bonne tenue. L’image est aussi parfaitement stable et propre, ce qui ajoute à la sensation de qualité visuelle ; de plus, comme le film ne semble pas avoir subi de filtrage numérique, il impose un grain cinéma respecté à la lettre très agréable et naturel, respectueux du matériau d’origine. Côté son, l’éditeur nous propose de redécouvrir La Rose de la mer dans un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 mono, sans souffle ni bruits parasites, au rendu acoustique relativement ouvert et ample. Les dialogues sont parfaitement clairs, la musique perce sans difficulté ni saturation, et la piste est très propre. Du très beau travail !

Côté suppléments, l’éditeur nous propose un retour sur la carrière de Jacques de Baroncelli (7 minutes) assuré, en voix off, par Cécile Dubost. Cette présentation d’un cinéaste méconnu est très intéressante, et sera complétée par une analyse du film (22 minutes), toujours signée Cécile Dubost. Si bien sûr les deux sujets n’évitent pas quelques redondances, il s’agit d’une présentation remarquable et très complète, qui a clairement le mérite de mettre en évidence les qualités d’un cinéaste aujourd’hui totalement – et assez injustement – oublié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici