DVD — 11 juin 2019
Test Blu-ray : Dragons 3 – Le monde caché

:

 
États-Unis : 2019
Titre original : How to train your dragon – The hidden world
Réalisation : Dean DeBlois
Scénario : Dean DeBlois
Acteurs (VO) : , ,
Éditeur :
Durée : 1h44
Genre : Animation
Date de sortie cinéma : 6 février 2019
Date de sortie DVD/BR : 12 juin 2019

 

Harold est maintenant le chef de Berk au côté d’Astrid et , en tant que dragon, est devenu le leader de son espèce. Ils réalisent enfin leurs rêves de vivre en paix entre vikings et dragons. Mais lorsque l’apparition soudaine d’une Furie Eclair coïncide avec la plus grande menace que le village n’ait jamais connue, Harold et sont forcés de quitter leur village pour un voyage dans un monde caché dont ils n’auraient jamais soupçonnés l’existence…

 


 

Le film

[4/5]

Développé par Joseph Campbell dans son livre « Le héros aux mille et un visages » paru en 1949, le concept du monomythe (monomyth) avance l’idée que tous les mythes du monde racontent essentiellement la même histoire, dont ils ne seraient que des variations. Campbell y exposait donc une « structure universelle » en cinq grandes étapes qui composent le voyage initiatique du héros. L’américain Christopher Vogler a subdivisé l’ensemble en douze étapes destinées au cinéma dans A Practical Guide to the hero with a thousand faces ainsi que ainsi que dans son ouvrage « The writer’s journey : Mythic structure for storytellers and writers ». Des sagas telles que Star Wars, Harry Potter, Le seigneur des anneaux ou encore Dragons suivent plus ou moins à la lettre la structure narrative mise en évidence par Campbell.

Dragons 3 : Le monde caché conserve cette structure narrative tout en y ajoutant quelques nouvelles thématiques, telles que l’affrontement contre un nouveau méchant, toujours un peu plus dangereux que le précédent, la romance entre dragons, la migration de masse et l’évolution/émancipation. Censé mettre un terme à la franchise animée basée sur la série de livres pour enfants « Comment dresser votre dragon ? » de Cressida Cowell. L’histoire progresse tout en restant fidèle à son style, et en proposant comme toujours un équilibre absolument parfait entre action, humour et émotion.

Le temps et le fait de « grandir » sont plus que jamais au cœur de Dragons 3 : Le monde caché, qui trouve son âme dans une notion émouvante de coming of age. Poussés par les circonstances, les personnages évoluent vers une meilleure compréhension du monde mais également d’eux-mêmes : ainsi, Harold se retrouve obligé d’assumer pleinement son statut de leader lorsqu’un grand danger vient menacer le mode de vie de Berk. Astrid lui donne la confiance nécessaire pour prendre – avec audace parfois – les bonnes décisions, aussi bien pour son peuple que vis à vis de son dragon Krokmou, éperdument amoureux. La question de l’amour et de l’épanouissement personnel sont donc au centre du récit, en plus du danger qui plane sur les héros du film.

Et si au final Dragons 3 : Le monde caché est peut-être un peu moins mémorable et immersif que le volet précédent, c’est sans doute parce que Dean DeBlois, aux commandes de la franchise depuis le premier épisode, a souhaité mettre en avant cette idée d’évolution dans la vie de ses personnages, qui s’avère littéralement déchirante après trois films et presque dix ans passés à leurs côtés. De ce fait, le méchant du film, Grimmel, ne s’avérera pas particulièrement mémorable : le film suit un déroulement sans surprise, comme si DeBlois n’avait pas voulu « écraser » ses personnages avec un grand méchant qui leur volerait la vedette. Malheureusement, c’est aussi ce manque d’enjeux réels et de noirceur qui rend le film moins fort sur le plan dramatique et émotionnel.

Cependant, le voyage en ces terres viking revisitées vaut toujours tout à fait le déplacement : l’ultime (?) volet de la saga Dragons reste à 100% spectaculaire et dynamique, d’autant que le film s’avère toujours aussi riche en images littéralement superbes, que cela soit dans les décors ou la représentation des dragons, plus que jamais visuellement époustouflante.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Comme toujours avec les galettes Haute Définition des films d’animation édités par Dreamworks Animation, l’éditeur nous livre sur ce Blu-ray de Dragons 3 : Le monde caché un travail littéralement irréprochable sur l’image et le son. Tout est tout simplement magnifique : la définition nous permet de savourer chaque couleur et chaque détail, de s’ébahir devant les prouesses techniques que nous livrent les animateurs de chez Dreamworks. L’image est une merveille de textures et de piqué, révélant chaque détail de l’image avec une clarté et une définition littéralement sidérantes. L’image est claire, et le transfert révèle également une palette de couleurs extraordinaire et – n’ayons pas peur des mots – absolument enchanteresse. Un rendu visuel vraiment très impressionnant. Niveau son, la VO s’offre un mixage en Dolby Atmos (11.1.8 !), qui sera, faute de matériel adéquat, décodé dans un Dolby TrueHD 7.1 aux dimensions épiques : l’immersion est optimale pour le spectateur, la spatialisation joue la carte de l’ambiance, de l’efficacité et de la finesse : une pure démo acoustique. De son côté, la VF ne bénéficie « que » d’un mixage Dolby Digital + (7.1), tonitruant et proposant également une immersion du tonnerre. Autant dire qu’en termes de grand spectacle, ce Blu-ray de Dragons 3 : Le monde caché tient toutes ses promesses : vivacité, spatialisation, immersion sonore : tout est mis en œuvre pour emporter le spectateur dans un tourbillon d’effets qui filent d’un canal à l’autre avec aisance, puissance et finesse. On en est encore complètement décoiffés.

Côté suppléments, les bonus présents sur la galette proposeront au spectateur une expérience très intéressante et relativement complète. On passera rapidement sur le commentaire audio de Dean Deblois, scénariste et réalisateur, Bradford Lewis, producteur, et Simon Otto, responsable de l’animation des personnages : cette piste nous propose en effet un tour du propriétaire très complet de la conception et de la mise en images du long-métrage, mais elle sera à réserver aux anglophones confirmés, car uniquement disponible avec des sous-titres… anglais ! On continuera ensuite avec deux amusants courts-métrages signés Dreamworks Animation : Bilby (2018) et Bird Karma (2018). On notera par ailleurs que ces deux excellents courts animés n’ont aucun rapport direct avec la saga Dragons.

Retour à Dragons 3 : Le monde caché avec une douzaine de minutes de scènes coupées, incluant également une ouverture alternative. Toutes sont présentées dans leur « jus », c’est à dire non finalisées, et sont toutes disponibles avec des introductions optionnelles du scénariste / réalisateur Dean Deblois.

On continuera ensuite avec deux sujets estampillés « Brave Wilderness » et signés Nathaniel « Coyote » Peterson, spécialiste de la faune : ce dernier mettra en évidence les influences du monde réel (oiseaux, chauves-souris, etc) sur la conception des dragons du film. Les similitudes sont illustrées par des extraits : c’est captivant !

Le reste des suppléments est composé de featurettes, dans l’ensemble très courtes. On commencera avec des sujets dédiés au doublage, aux nouveaux personnages introduits par le film et aux acteurs de la trilogie, qui évoquent avec une certaine émotion leur expérience sur la franchise. Dans Les chroniques du mouton dragon, Harold reviendra sur les moutons et les dangers auxquels ils sont exposés dans le monde de Berk. On aura également droit à un petit sujet très visuel consacré aux nouveaux dragons du film, on reviendra sur la croissance des différents personnages au fil des longs-métrages de la trilogie, ainsi que sur le méchant, Grimmel, et sur New Berk, la nouvelle patrie de la tribu Viking. On terminera enfin avec un sujet dédié à la conception graphique des dragons au cours de la série (« Dessiner des dragons »).

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles