Test Blu-ray : Bill Doolin le hors-la-loi

0
583

Bill Doolin le hors-la-loi

États-Unis : 1981
Titre original : Cattle Annie and Little Britches
Réalisation : Lamont Johnson
Scénario : David Eyre
Acteurs : Amanda Plummer, Diane Lane, Burt Lancaster
Éditeur : Sidonis Calysta
Durée : 1h37
Genre : Western
Date de sortie DVD/BR : 24 mars 2022

Deux adolescentes, bercées d’histoires de hors-la-loi, décident de partir à leur recherche. Elles croisent le chemin de l’un d’entre eux : Bill Doolin, ombre de lui-même. Leur déception fait place à leur décision de l’aider à échapper à un marshal très entêté…

Le film

[3,5/5]

Sorti courant 1981 aux États-Unis, le film Cattle Annie and Little Britches n’est jamais sorti dans les salles françaises. Cependant, il a été diffusé à la télévision, et en cherchant bien sur le Net, on pourra retrouver des articles évoquant le film de Lamont Johnson sous les titres Winchester et longs jupons et Winchester et jupons courts. Ces deux visions opposées concernant la taille des jupons – autant dire de la vie ! – correspondraient en fait à plusieurs périodes de la vie du film. Lors de ses premières diffusions en France, le film était nommé Winchester et longs jupons. Lors de sa sortie en DVD chez Sidonis Calysta en 2014, le film fut renommé Bill Doolin le hors-la-loi, probablement histoire de souligner que le western, c’est une affaire d’hommes, môssieur – et ce même si le film est essentiellement basé sur deux personnages féminins. Enfin, lors de sa diffusion sur la chaîne de TV CinéClub (aujourd’hui Ciné+ Club) en 2017, la chaîne opta finalement pour un inattendu Winchester et jupons courts, rétrécissant donc la taille des jupons de ses deux héroïnes. Le tissu s’élime, peut-être. D’ici quelques années, au fil des rediffusions, le film deviendra sans doute Winchester et plus de jupons du tout, puis forcément un jour Winchester et sans culotte.

Pour le moment cela dit, Cattle Annie and Little Britches ont toujours leurs culottes. Le film de Lamont Johnson, écrit par David Eyre d’après un roman de Robert Ward, aborde donc une « petite » légende de l’Ouest, à savoir Anna Emmaline McDoulet (1882 – 1978), plus connue sous le nom de Cattle Annie, une célèbre hors-la-loi ayant écumé l’Ouest américain, et généralement associée à Jennie Stevenson, connue sous le nom de Little Britches. La principale intéressée aurait d’ailleurs quasiment pu voir le film de son vivant, puisqu’elle est décédée seulement trois ans avant sa sortie. Le rôle d’Annie était tenu par Amanda Plummer, qui faisait alors ses débuts à l’écran, tandis que le rôle de Little Britches avait été confié à une autre quasi-nouvelle venue, Diane Lane, qui connaîtrait également la gloire quelques années plus tard. Globalement, Bill Doolin le hors-la-loi adopte une approche assez libre de la vie du couple, mais étant donné les doutes et autres questions sans réponses qui entoure les deux hors-la-loi, toutes les extrapolations étaient finalement permises.

Le titre français n’étant pas totalement absurde, le film met notamment en scène la rencontre et l’intégration des deux jeunes femmes au sein du gang de Bill Doolin le hors-la-loi. Ce dernier est incarné à l’écran par Burt Lancaster, âgé de 67 ans à l’époque, alors que le « vrai » Bill Doolin n’avait qu’une trentaine d’années au moment de sa rencontre avec Cattle Annie et Little Britches. Les deux filles sont également beaucoup plus âgées dans le film que dans la réalité : âgée de 23 ans au moment du tournage, Amanda Plummer avait rien de moins que dix ans de plus que la véritable Cattle Annie quand elle intégra les rangs du gang. Le Bill Doolin du film de Lamont Johnson est d’ailleurs un personnage fatigué, qui n’a que peu ou plus d’intérêt à vivre selon la mythologie qu’il s’est créée. Cependant, la foi qu’entretient Cattle Annie vis-à-vis de la légende du personnage ravive un peu le feu. Cependant, après sa capture, le personnage incarné par Burt Lancaster retournera à son fatalisme, et cela sera aux filles d’organiser une mission de sauvetage.

Bill Doolin le hors-la-loi met en évidence la vie difficile de ces jeunes gens vivant en marge du système, et tend, par le biais des séquences prenant place durant la première demi-heure du film, à souligner le fait que choisir une existence de hors-la-loi était finalement une des seules voies qui permettaient pour Cattle Annie et sa comparse d’échapper à une vie de misère et de pauvreté extrême. Comme le dit Annie après l’échec de leur première tentative afin de rejoindre les rangs du gang de Bill Doolin, « Je ne serai pas une femme esclave nègre blanche ! Je préfère brûler comme un feu ! ». Bien entendu, Bill Doolin, le hors-la-loi s’impose également comme une réflexion sur les dernières lueurs du « Far West », ainsi que sur le fossé qui sépare la réalité de l’époque et l’image noble et héroïque conférée à l’Ouest sauvage dans la fiction et les récits du passé, qui nous en proposent une vision enjolivée, presque fantasmée.

Peu connu et souvent mal considéré par les fans de western, Bill Doolin le hors-la-loi est donc finalement bien plus intéressant que sa piètre réputation ne le suggère. Il s’agit d’une aventure très classiquement écrite et interprétée, mais pleine de charme et même d’une certaine légèreté. Le scénario se concentre sur le voyage de ces deux adolescentes courageuses et à l’esprit libre, et le film, habilement réalisé par Lamont Johnson, suit un rythme tranquille, mais ne provoque cependant jamais l’ennui, notamment grâce à l’affrontement à l’écran entre les légendes Burt Lancaster et Rod Steiger.

Le Blu-ray

[4/5]

Après une première édition DVD datant de 2014, Bill Doolin le hors-la-loi s’offre donc aujourd’hui une édition Blu-ray au sein de la collection « Western de légende », et du côté du transfert Haute Définition, c’est du tout bon que nous propose Sidonis Calysta : on ne dénotera pas le moindre petit problème de compression, le piqué est précis et la définition solide, les gammes de couleurs sont globalement bien rendues, de même que les noirs, profonds et jamais bouchés. C’est du trs beau travail. Côté son, la VO comme la VF sont mixées en DTS-HD Master Audio 2.0 d’origine et de belle tenue générale : elles s’avèrent toutes deux équilibrées et dynamiques. Pour autant, on privilégiera la version originale, plus punchy et naturelle que sa petite sœur française.

Du côté de la section suppléments, l’éditeur nous propose tout d’abord la traditionnelle présentation du film par Patrick Brion (12 minutes), qui remettra le film dans son contexte de tournage – les années 80 – puis abordera la carrière du réalisateur Lamont Johnson ainsi que des acteurs du film. On continuera ensuite avec une présentation du film par Jean-François Giré (10 minutes), qui reviendra également sur la carrière de Lamont Johnson, avant d’aborder le film, sa légèreté, les acteurs / actrices du film et la personnalité réelle de Bill Doolin, très éloignée de celle qui nous est présentée dans le film. On continuera ensuite avec un documentaire sur Burt Lancaster (50 minutes), qui reviendra sur la carrière de l’acteur tout en nous proposant quelques informations sur sa vie personnelle. Enfin, on terminera avec un entretien avec Rupert Hitzig, producteur de Bill Doolin le hors-la-loi (5 minutes). Ce dernier y reviendra sur sa volonté de tourner un western centré autour de deux personnages féminins, ainsi que sur l’arrivée de Burt Lancaster sur le projet, en remplacement de John Wayne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici