Test Blu-ray : 30 jours max

0
629

France : 2020
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h29
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 14 octobre 2020
Date de sortie DVD/BR : 31 mars 2021

Rayane est un jeune flic trouillard et maladroit sans cesse moqué par les autres policiers. Le jour où son médecin lui apprend à tort qu’il n’a plus que trente jours à vivre, il comprend que c’est sa dernière chance pour devenir un héros au sein de son commissariat et impressionner sa collègue Stéphanie. L’éternel craintif se transforme alors en véritable tête brûlée qui prendre tous les risques pour coincer un gros caïd de la drogue…

Le film

[4/5]

Le re-retour de la Bande à Fifi

Elle a fait du chemin, la « Bande à Fifi » ! Créée en 2005, la troupe de comiques qui mettait en scène (Fifi), , Reem Kherici, (Juju), Pascal Boisson (Paco) et Patrick Mbeutcha (Patou) est devenue, depuis Babysitting en 2014, une des valeurs sûres de la comédie made in France.

Mieux encore, plusieurs personnalités de la bande sont parvenues à se faire un « nom » en dehors de leurs expériences en groupe : Reem Kherici et ont notamment réussi à monter des projets au cinéma sur leur seul nom, en solo… Même si les copains ne sont jamais bien loin !

est donc le deuxième film réalisé par , trois ans après Épouse-moi mon pote en 2017. A nouveau, il y tient le rôle principal aux côtés de et , avec également de petits rôles réservés à ses complices de la « Bande à Fifi » Reem Kherici et Pascal Boisson, qui incarne ici un rôle de clown/dealer assez amusant.

Références en pagaille

Ambitieux, Boudali choisit donc d’exprimer à l’écran son amour pour le cinéma Hollywoodien, en reprenant avec les codes du cinéma d’action US, qu’il mixe avec certains clins d’yeux à certaines des comédies les plus réussies de la fin des années 80.

Visiblement amoureux du cinéma d’action américain, le cinéaste en herbe se permettra une poignée de références appuyées à quelques-uns des plus grands classiques du genre. On pense bien sûr à Piège de cristal (John McTiernan, 1988), avec la reprise du personnage plongeant d’un étage à un autre en se retenant au tuyau d’un robinet d’incendie. Mais on notera également un hommage évident à Sherlock Holmes (Guy Ritchie, 2009), lors d’une scène durant laquelle déstructure totalement le combat qu’il est sur le point de mener. pousse également la référence jusqu’à reprendre à son actif un des plans les plus mémorables de la carrière de Richard Donner, avec le fameux plan aérien sur le capot de la voiture qui ouvrait L’arme fatale (1987).

Et si l’intrigue de est certes cousue de fil blanc, on ne peut que saluer cette volonté de de soigner sa mise en scène dans le but de signer une bonne comédie qui parvienne également à s’imposer comme un solide petit film d’action. En ce sens, le scénariste / réalisateur fut probablement conforté dans son désir de faire bouger les lignes de la comédie française par le succès de Nicky Larson et le parfum de Cupidon de son ami , qui en 2018 avait finalement d’avantage réussi à nous convaincre dans ses scènes d’action que durant ses scènes de comédie.

Un bon équilibre action / comédie

Cependant, malgré l’ambition affichée par , ne se laisse pas dépasser par l’ampleur de son sujet, et son désir de bien faire se retrouve jusque dans l’équilibre qu’il parvient à conserver entre action et bouffonnerie. Si les cascades, courses poursuites et autres rebondissements musclés rythment clairement le récit, Boudali n’oublie jamais que la véritable nature de son film est le rire, et à ce niveau-là, il n’y a aucun problème : assure le spectacle, mais s’avère également très efficace sur nos zygomatiques.

On rira donc beaucoup, et on ne pourra que saluer l’humilité de lorsque celui-ci ponctue son scénario d’hommages discrets mais bien réels au cinéma des Zucker/Abrahams/Zucker. Ainsi, le passage durant lequel le faux médecin essaye d’étouffer l’indic sur son lit d’hôpital semble clairement un hommage à Y’a-t-il un flic pour sauver la reine (1988), tandis que celui où les flics se déguisent en mariachis est un clin d’œil manifeste à Y’a-t-il un flic pour sauver le président (1991). Deux films qui, probablement, ont en partie forgé l’humour et le sens du gag de , comme sauront également le prouver une poignée de gags non-sensiques absolument imparables qui rythment .

Bravo donc à pour cette sympathique comédie, et saluons la réussite de au box-office : malgré une exploitation contrariée, ayant dû se faire en deux temps et sur des périodes restreintes à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le film a tout de même réussi à réunir 1,14 millions de français dans les salles obscures fin 2020. Gageons qu’en période de « non-confinement », le film aurait probablement attiré un million de spectateurs de plus ! Maintenant, et puisque les membres de la Bande à Fifi semblent tout à la fois emprunts de nostalgie et amateurs de comédie américaine, on les verrait bien s’atteler à un reboot made in France de la saga Police Academy !

Le Blu-ray

[4/5]

Comme c’est quasiment toujours le cas avec les galettes Haute Définition éditées par , le Blu-ray de se révèle rapidement assez sublime dans son genre. Restituant parfaitement la patine visuelle du film, et notamment le contraste entre les tons très différents choisis, en fonction des séquences par et son directeur photo Vincent Richard (Taxi 5, Nicky Larson), le transfert du film est de toute beauté, proposant un piqué précis, accompagné de textures et de couleurs vraiment saisissants. Les noirs sont profonds, l’encodage ne nous réserve quasiment aucune mauvaise surprise, bref c’est une galette HD très soignée. Côté son, la version française est encodée en DTS-HD Master Audio 5.1 : solide, démonstratif, d’un dynamisme absolu, ce mixage fort en basse assure une immersion parfaite, sans fausse note. On notera également que n’oublie pas les cinéphiles qui visionnent leurs films à domicile sans utiliser de Home Cinema, puisque l’éditeur nous propose également un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 plus cohérent si vous visionnez sur un « simple » téléviseur.

Du côté des suppléments, l’éditeur nous propose de nous plonger dans intéressant making of (« 20 minutes max », 20 minutes). Entre les nombreux moments volés sur le tournage, y reviendra sur le tournage de certaines scènes, et notamment sur les scènes d’action de . Certaines anecdotes sont assez drôles, et le scénariste / réalisateur reviendra sur ses intentions avec humour et modestie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici