Accueil Tags Sylvester Stallone

Tag: Sylvester Stallone

30 films inédits en salles à redécouvrir pendant le #confinement

0
Alors que l'on en a encore au minimum pour trois semaines de confinement, la devise est plus que jamais claire : #RestezChezVous – détendez-vous, faites l'amour, lisez, regardez des films. Pour ce qui nous concerne, regardez des films et lisez-nous, surtout. Depuis plus d'un mois maintenant, les cinémas sont fermés en France, alors c'est cinéma à la maison pour tout le monde.

Test Blu-ray : Le flic de Beverly Hills – L’intégrale

0
Si elle était disponible au format Blu-ray en France ainsi que d’autres pays d’Europe depuis 2012, la trilogie du Flic de Beverly Hills restait à ce jour inédite aux États-Unis dans sa totalité : en effet, seul le premier film de la saga, signé par Martin Brest en 1984, était disponible en Haute-Définition sur le territoire américain. Histoire de fêter dignement l’arrivée de la totalité de la franchise aux USA, les trois films ont donc bénéficié de tout nouveaux transferts, remasterisés en 4K pour l’occasion. De quoi assurément foutre votre ancienne édition à la poubelle, ou vous en servir pour caler un meuble, n’est-ce pas ? Cette ressortie est également l’occasion de redécouvrir la saga, plus de 35 ans après la sortie du premier épisode, et éventuellement de revoir votre jugement sur celle-ci. On ne peut également s'empêcher de penser que Paramount a pu lancer cette restauration comme une façon de tâter le terrain concernant l'hypothétique mise en chantier d'un quatrième épisode de la saga – véritable arlésienne dans le sens où Le flic de Beverly Hills 4 est régulièrement annoncé en développement puis repoussé depuis une quinzaine d'années... On ne désespère pas de le voir un jour débarquer sur grand écran, même si après l'excellent Dolemite is my name en 2019, on commence à se dire qu'il y a de fortes chances que le film voie le jour directement sur Netflix.

Test Blu-ray : Rambo – Last blood

0
Avec Rocky Balboa en 2006, Sylvester Stallone, alors âgé de 60 ans, avait orchestré le début d’un changement radical dans son image. Si les amateurs de gros bourrinage sans âme avaient alors crié au chant du cygne geignard et mou, le film avait été à l’époque quasi-unanimement encensé par la critique internationale, et s’était également offert un joli succès public. On avait alors pensé que Sylvester Stallone aurait dès lors tenté d'entamer une nouvelle carrière, plus humble, plus sensible, au cœur de laquelle il questionnerait son statut d'icône et le mettrait en balance avec son propre vieillissement, comme l'avait fait Clint Eastwood au détour de quelques chefs d'œuvres. C'était mal connaître le bonhomme, qui respecte son public et sait ce qu'il lui doit, qui a préféré aborder ce retour à l’humain à travers plusieurs films de « transition », ne le mettant plus forcément en vedette, mais privilégiant une idée de famille, de transmission d’une génération à une autre – des thématiques que l’on retrouvera en filigrane dans des films tels que la série des Expendables, des Évasion et bien sûr dans la saga Creed, qui prendrait le relais de celle consacrée à Rocky.

Test Blu-ray : La taverne de l’enfer

0
Porté par le succès critique et commercial de Rocky (1976), ce « petit film » auquel personne ne croyait, regardé de haut par les géants d'Hollywood et qui remporterait rien de moins que trois Oscars, Sylvester Stallone se lance en 1978 dans le grand bain : celui de la mise en scène. L'acteur choisit donc avec La taverne de l'enfer de porter à l'écran un autre scénario qu'il a lui-même écrit, aux accents très autobiographiques. Probablement influencé par la réussite de Clint Eastwood, qui parvenait déjà depuis presque une dizaine d'années à organiser par lui-même l'édification de sa propre mythologie, Stallone a fait le choix ambitieux de suivre le destin de trois frères enchaînant les combines dans le petit monde du sport clandestin du New York des années 1940.

Test Blu-ray : Évasion 3 – The Extractors

4
S’il ne s’agissait certainement ni de la série B la plus honteuse de l’année, ni de la carrière de Sylvester Stallone, ce dernier a eu la dent dure sur les réseaux sociaux à l’encontre d’Évasion 2 : Le labyrinthe d'Hadès, qu’il a récemment qualifié de « plus qu’horrible » (« beyond awful »). Il est vrai que le petit film de Steven C. Miller, avec lequel nous avions été relativement indulgent lors de sa sortie en Blu-ray / DVD l’année dernière, s’est vu attribuer une notre cumulée de 3.8/10 sur le site de référence IMDb, ce qui est loin de figurer parmi les meilleures notes de la filmographie de Sly. L’acteur plaçait donc tous ses espoirs dans Évasion 3 : The extractors, réalisé par son complice de toujours John Herzfeld. Une quinzaine de jours après sa sortie en vidéo aux États-Unis, Évasion 3 débarque aujourd’hui en France ; à ce jour, sa note sur IMDb n’est pas beaucoup plus glorieuse, le film culminant à 4.4/10, sur la base des votes de 3365 cinéphiles du monde entier.

Test Blu-ray : Creed II

1
La saga Rocky fut initiée en 1976 par John G. Avildsen et Sylvester Stallone, avec un film ayant remporté rien de moins que trois Oscars dont celui du meilleur film. En un peu plus de 40 ans, la saga du boxeur incarné par Stallone a par la suite donné naissance à huit films, développant plus ou moins toujours le même schéma narratif, celui que l’on nomme communément celui de l’underdog, mot anglais signifiant « outsider », et qui s’adaptera à tous les récits mettant en scène des challengers désignés comme ayant forcément perdu d’avance, qui finiront malgré tout par réussir à remporter la victoire. Au cœur de la franchise Rocky cependant, il y a un film qui divise sérieusement les fans, et se voit souvent qualifié de vilain petit canard ou de maillon faible : il s’agit de Rocky IV (Rokikat’).

Critique : Creed II

0
Certains mythes sont éternels. Au cinéma, cette phrase n'est pas nécessairement vraie, puisque, par sa nature même d'art populaire, la survie au fil du temps de ces mythes fondateurs est soumise aux aléas de modes et aux changements dans la perception difficiles à prévoir. Ainsi, l'engouement actuel pour tout ce qui touche à l'univers des super-héros peut rapidement tomber en désuétude, une fois que l'air du temps sera passé à autre chose, tout comme les classiques d'antan jouissent d'une réputation vénérable à distance, puisqu'ils ne sont plus tellement regardés par les jeunes générations.

Test Blu-ray : Évasion 2

0
Les temps sont durs pour les durs à cuire des années 80/90 ; si une poignée de héros musclés sont parvenus à tirer leur épingle du jeu tout au long de l’ère du vidéo-club triomphant (et même pour certains au début de l’avènement du DVD), bien peu d’« action stars » de la grande époque ont en revanche réussi à survivre à l’époque du Blu-ray et du cinéma dématérialisé. Bien sûr, la plupart d’entre eux continuent à tourner malgré l’adversité, affrontant à grands coups de tatanes et de gunfights des centaines de « bad guys » en provenance de Russie, du Moyen-Orient ou des pays de l’Est : Arnold Schwarzenegger tourne de moins en moins, délaissant de plus le genre qui a fait sa gloire, Steven Seagal et sa doublure continuent leur exploration de Sofia et de Budapest, de même que Jean-Claude Van Damme et Dolph Lundgren, qui semblent depuis quelques années avoir pris le parti de tourner ensemble de façon régulière. Le problème est que si leurs nouveaux films font régulièrement leur apparition sur les plateformes de VOD, les amateurs de DTV « old school » sur support physique pleurent toutes les larmes de leur corps : les derniers opus des films de stomb’ des héros de leur adolescence ne sortent malheureusement plus des masses en DVD et Blu-ray.

Critique : Les Gardiens de la Galaxie 2

0
Trois ans après, James Gunn revient avec la suite de Les Gardiens de la Galaxie. Le casting reste le même : Chris Pratt (Star-Lord), Dave Bautista (Drax) et Zoe Saldana (Gamora) reviennent, présents à l'écran, et Bradley Cooper et Vin Diesel prêtent toujours leurs voix à Rocket Racoon et (Baby) Groot. Deux petits nouveaux s’ajoutent à la bande, et pas des moindres, Kurt Russell dans le rôle de la planète Ego et Sylvester Stallone devient Stakar, personnage qui devrait réapparaître dans de prochains films Marvel Studios. Après la claque qu’était le premier opus, comment James Gunn a-t-il appréhendé cette suite ?

Cannes 70 : les poids lourds de Hollywood débarquent sur la...

0
70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des...

Bilan : les acteurs & actrices qui ont fait 2016

0
C'est une grande actrice française qui a vécu une belle année qui arrive en tête de notre classement des meilleurs interprètes de l'année. Remarquée...

Les Anniversaires de la semaine 27 / 2016

1
Voici la liste des personnalités du cinéma qui célébreront un anniversaire important pendant cette semaine, entre le 4 et le 10 juillet 2016 :