Test Blu-ray 4K Ultra HD : Rocky IV

0
2409

Rocky IV

États-Unis : 1985
Titre original : –
Réalisation : Sylvester Stallone
Scénario : Sylvester Stallone
Acteurs : Sylvester Stallone, Talia Shire, Dolph Lundgren
Éditeur : MGM / Warner Bros.
Durée : 1h31
Genre : Drame, Sport
Date de sortie cinéma : 22 janvier 1986
Date de sortie DVD/BR : 29 mars 2023

Rocky Balboa est champion du monde de boxe poids lourd, mais il doit faire face à un nouveau challenger : Drago, un combattant qui a le soutien de l’Union soviétique. Rocky se prépare à un combat très intense, dans lequel il doit non seulement se défendre mais aussi défendre l’honneur de son pays…

Le film

[5/5]

La saga Rocky fut initiée en 1976 par John G. Avildsen et Sylvester Stallone, avec un film ayant remporté rien de moins que trois Oscars dont celui du meilleur film. En un peu plus de 40 ans, la saga du boxeur incarné par Stallone a par la suite donné naissance à neuf films, développant plus ou moins toujours le même schéma narratif, celui que l’on nomme communément celui de l’underdog, mot anglais signifiant « outsider », et qui s’adaptera à tous les récits mettant en scène des challengers désignés comme ayant forcément perdu d’avance, qui finiront malgré tout par réussir à remporter la victoire. Au cœur de la franchise Rocky cependant, il y a un film qui divise sérieusement les fans, et se voit souvent qualifié de vilain petit canard ou de maillon faible : il s’agit de Rocky IV (Rokikat’).

Pur produit de l’ère Reagan, Rocky IV (1985) est en effet un film binaire, mettant en scène deux boxeurs que tout oppose : d’un côté le gentil Rocky Balboa, garant des valeurs familiales et de l’American Way of Life, et de l’autre le russe Ivan Drago (Dolph Lundgren), véritable machine à tuer qui sera d’ailleurs responsable de la mort d’Apollo Creed, une des grandes figures de la saga Rocky. Entraîné par des scientifiques qui testent sur lui toutes sortes de stéroïdes et de technologies de pointe, Drago n’a plus d’humain que l’apparence : il est un véritable robot, auquel Dolph Lundgren prête ses traits et son jeu très influencé par celui d’Arnold Schwarzenegger dans Terminator (1984).

Face à ce Dolph Lundgren totalement déshumanisé, au cœur du clan Balboa, tout n’est qu’amour et valeurs positives, et même l’entraînement de Rocky avant son combat en Russie marquera sa volonté de tourner le dos à la technologie et de retourner à la terre, puisqu’il se mitonnera un entraînement archaïque à l’ancienne en Sibérie au cœur d’une nature sauvage, qui lui fournira d’ailleurs tous les outils nécessaires. Mais Rocky IV va un peu plus loin encore : en opposition aux russes chez qui la technologie n’est synonyme que de froideur et de déshumanisation, Balboa et ses amis (Adrian, Paulie et Duke) quant à eux se révéleront même capables de susciter des sentiments chez les machines, puisque le petit robot ménager offert à Paulie au début du film (et prétexte à de très nombreux gags) finira carrément par tomber éperdument amoureux de lui.

Vous l’aurez compris : Rocky IV / Rokikat’ est un pur film des années 80, très influencé par les productions Cannon. De fait, et malgré son immense succès dans les salles, la critique dénoncera les excès de caricature, le style « clippesque » et surdécoupé du film (764 plans en 91 minutes, quand le premier film ne comptait que 272 plans en 120 minutes de métrage), ses incohérences ou encore son idéologie anti-communiste décomplexée. Sans surprise, Rokikat’ sera nommé neuf fois aux Razzie Awards, et deviendra de fait l’opus le plus mal-aimé de la saga, créant deux clans parmi les amateurs de la saga Rocky : d’un côté ceux qui le rejettent, voyant en Rocky IV l’antithèse du film original signé John G. Avildsen, et ceux qui, trouvant sans doute que le schéma narratif classique de l’underdog ne réserve plus aucune surprise au spectateur, l’adorent et le considèrent comme le meilleur film de toute la franchise. RokikaaaaaaaaaAAAAaaat’ !!!!!!

Le Blu-ray 4K Ultra HD

[4/5]

Après Rocky et Rocky II le mois dernier, c’est aujourd’hui au tour de Rocky III et Rocky IV de connaître les joies d’une sortie au format Blu-ray 4K Ultra HD en France, sous les couleurs de MGM et Warner Bros. Et ces nouveaux transferts 2160p nous proposent des présentations 4K parmi les plus naturelles et les plus impressionnantes que l’on ait pu voir à ce jour pour des titres de catalogue. Par ailleurs, il va sans dire que ces nouveaux transferts représentent manifestement un put*** de pas de géant technique par rapport aux versions Blu-ray des deux films, qui dataient de 2009. La restauration est étonnante, avec une nette amélioration du niveau de détail et des couleurs. Les textures et la stabilité de l’image sont solides, les contrastes sont plus fins et la technologie HDR modifie certaines scènes de manière subtile mais perceptible. La granulation argentique de l’ensemble a été précieusement préservée, du début à la fin du film, et on ne trouvera aucun signe de réduction du bruit ou de l’aspect épais du grain cinéma. Bref, cette nouvelle présentation 4K de Rocky III et Rocky IV proposera aux nostalgiques de retrouver le film dans des conditions identiques – voire même supérieures – à celles vécues dans les salles lors des présentations originales.

Évidemment, c’est encore plus vrai dans le cas de Rocky IV, parce qu’il s’agit de l’épisode le plus tape-à-l’œil de la série d’un point de vue visuel, et c’est ici que le HDR10 fait véritablement des merveilles. On notera par ailleurs qu’en complément du film tel qu’on le connaissait jusqu’ici, MGM et Warner Bros nous proposent de découvrir un montage entièrement repensé par Sylvester Stallone et annoncé comme un « Ultimate Director’s Cut ». Le film, renommé Rocky IV – Rocky vs. Drago, affiche une durée augmentée de trois minutes. Parmi les changements les plus évidents apportés par Sylvester Stallone, on notera que le format de l’image a été resserré, passant du 1.85 au Scope 2.35, et que la palette de couleurs est légèrement plus froide que celle de la version cinéma. Quelques passages sont nettement plus désaturés qu’auparavant – voire même, dans le cas de certains flashbacks, entièrement en noir et blanc. Ces modifications apportent à Rocky IV une tonalité plus sombre, et les fans inconditionnels du film depuis 1985 pourront avoir du mal à s’y adapter.

Côté son, les deux films bénéficient des mixages DTS-HD Master Audio 5.1 recyclés des éditions Blu-ray de 2009 : les mixages sont efficaces, et la spatialisation de l’ensemble en VO est fine et bien pensée. Les mixages en VF sont proposés en Dolby Digital 5.1, et s’avèrent un peu datés ; ces versions françaises raviront néanmoins les amateurs de doublage 80’s, notamment grâce aux voix d’Alain Dorval, Serge Sauvion, Jacques Dynam et Med Hondo.

On ajoutera par ailleurs que le Blu-ray 4K Ultra HD de Rocky IV édité par Warner Bros. France et MGM nous est proposé dans un très beau Steelbook aux couleurs du film.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici