Accueil Tags Mireille Darc

Tag: Mireille Darc

Test Blu-ray : Le diable et les 10 commandements

0
Le diable et les 10 commandements était déjà disponible en DVD sur le territoire français. Le film de Julien Duvivier était en effet sorti en 2005 chez René Château, puis en 2015 chez TF1 Studio. Pourtant, la sortie du film chez Coin de mire Cinéma au sein de la fameuse collection « La séance » constitue un véritable événement. Pourquoi, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que l'éditeur français nous propose non seulement un nouveau master 4K de toute beauté mais aussi et surtout parce que cette version remasterisée est en fait la « version intégrale » du film, visible pour la toute première fois en France !

Test Blu-ray : La chasse à l’homme

0
Sorti sur les écrans en septembre 1964, La chasse à l'homme était déjà, mine de rien, le neuvième long-métrage d'Édouard Molinaro en l'espace de six ans. Et comme sur tous ses films tout au long des années 60, le cinéaste s'avère assez bluffant dans la façon...

Test Blu-ray : Des pissenlits par la racine

0
Des pissenlits par la racine est un film tourné rapidement, à l’économie, par un Georges Lautner pas encore auréolé de ses plus grands succès publics. Pour autant, il se révèle déjà une merveille de précision et de tempo comique, un véritable travail d’orfèvre, nous proposant une harmonie totale et absolue entre la mise en scène de Lautner et l’écriture de Michel Audiard.

Test Blu-ray : Week-end

0
Agressif, tonitruant, souvent ouvertement désagréable dans ses côtés les plus expérimentaux, Week-end est un film mal-aimable, balancé tel un glaviot par Jean-Luc Godard à la face du spectateur. Peut-être pas tout à fait détestable, mais en tous cas sacrément mal embouché, ce film sorti en 1967 est à l'image de l'état d'esprit de Godard au moment où il le tourne : au bord de l'implosion. Week-end est le film du trop-plein pour un réalisateur qui semble en avoir marre de tourner des films à destination du public, et désire changer la société autant que le cinéma. Les deux étant intrinsèquement liés selon lui, comme il l'énonce d'ailleurs clairement dans les dialogues du film, à travers les propos de Jean Eustache. Il faut dire aussi que dans les années 60, le cinéaste franco-suisse tournait frénétiquement, sans s'accorder la moindre pause. Sorti en décembre 1964, Une femme mariée que nous évoquions il y a quelques jours (lire notre article), était son huitième long-métrage. Sorti en décembre 1967, soit trois ans plus tard, Week-end est son quinzième long-métrage. Sept films en l'espace de trois ans, auxquels il faudra ajouter quelques participations à des films collectifs, ça aurait de quoi lessiver n'importe-qui. « Fin de cinéma » annonce-t-il d'ailleurs lors du plan final de son film. Et c'est vrai qu'après Week-end, le cinéma de Jean-Luc Godard ne serait plus jamais le même.

Test Blu-ray : Galia

0
Dans l’esprit du spectateur contemporain, la carrière de Georges Lautner au cinéma est souvent réduite à ses collaborations, très fructueuses il est vrai, avec le scénariste / dialoguiste Michel Audiard. Cependant, l’œuvre de Georges Lautner ne se limite pas à la série de films qu’il a tournés en suivant la musicalité des mots d’Audiard, de Jean-Marie Poiré ou de Francis Veber, avec qui il a également travaillé à plusieurs reprises. Au contraire, on serait même tenté d’affirmer que c’est bel et bien le talent de metteur en scène de Lautner qui a permis de véritablement « transcender » à l’écran les histoires imaginées par ses scénaristes, de les faire exploser et atteindre leur niveau d’excellence, cette harmonie parfaite du fond et de la forme.

Décès de l’actrice Mireille Darc

0
L'actrice française Mireille Darc est décédée avant-hier à Paris. Elle était âgée de 79 ans. Elle sera inhumée vendredi prochain, le 1er septembre au cimetière Montparnasse, après des funérailles à l'église Saint-Sulpice. Une véritable icône du cinéma français populaire des années 1960 et '70, Mireille Darc avait délaissé le grand écran à partir des années '80 en raison de divers problèmes de santé, ne retrouvant son public qu'à partir de la décennie suivante à la télévision.

Test Blu-ray : Elle boit pas, elle fume pas, elle drague...

0
Se basant sur un scénario « prétexte » mélangeant l'humour et le policier, mais qui lui permettra surtout en réalité de se laisser aller à toutes les frivolités et à tous les jeux de mots, Audiard signe une œuvre légère aux dialogues taillés sur mesure pour une équipe de comédiens qu'il connait fort bien, parmi lesquels on retrouvera Annie Girardot, Bernard Blier ou encore Mireille Darc.

Alain Delon : Deux polars 80’s en Blu-ray

1
Dans les années 70/80, le polar français à papa se modifie légèrement : sous l’impact notable du cinéma populaire italien (notamment du néo-polar également appelé poliziesco all’italiana, et même du giallo – voir Peur sur la ville), les films de Belmondo et surtout d’Alain Delon commencent à prendre une tournure nettement plus brutale et sexy, affichant sans complexe des héros aux comportements borderline, n’hésitant pas à appuyer sur la gâchette s’ils considèrent que la personne à l’autre bout du canon l’a mérité.

Test Blu-ray : Fleur d’oseille

0
Suite au succès de Ne nous fâchons pas en 1966, Georges Lautner et Michel Audiard se sont pris au jeu du polar cartoonesque riche en personnages de truands hauts en couleurs et ont livré au public, avec la complicité de leur interprète fétiche Mireille Darc, deux petits polars désopilants que beaucoup considèrent comme le summum de la carrière du trio : le diptyque Fleur d’oseille (1967) / Laisse aller… C’est une valse (1971).

Test Blu-ray : La grande sauterelle

0
Romance mineure convoquant le Pierrot le fou de Godard tourné deux ans auparavant, sans malheureusement en avoir ni la fougue ni le génie. Mireille Darc nous livre sa composition habituelle, les dialogues d’Audiard nous réservent quelques saillies savoureuses et l’ensemble

Test Blu-ray : Le téléphone rose

1
Le téléphone rose est un film trompeur. Si son titre évoque tout naturellement les frasques cinématographiques et libertaires de trublions tels que Claude Berri ou encore Jean Yanne dans les années 70, si le fait de trouver Francis Veber derrière le scénario laissait augurer d'une efficace comédie, il n'en est finalement rien.

Test Blu-ray : La valise

0
Aujourd'hui, avec quarante ans de recul, pour le spectateur habitué aux énormes comédies signées en solo par Francis Veber (La chèvre) ou Georges Lautner (Laisse aller, c'est une valse), ou encore aux farces qu'ils ont signées en duo (On aura tout vu!), La valise manque clairement de la petite étincelle de folie qui aurait été nécessaire pour convaincre à 100% et se placer vers les plus hautes marches du podium.