Test Blu-ray : Fleur d’oseille

0
262

Fleur d’oseille

 
France : 1967
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : , Georges Lautner, , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h50
Genre : Comédie, Policier
Date de sortie cinéma : 22 septembre 1967
Date de sortie BR : 28 octobre 2015

 

 

Un truand, recherché pour avoir commis un hold-up, est abattu par la police. Sa maîtresse, Catherine, qui vient d’accoucher, se rend dans une maison de filles-mères. Elle y reçoit la visite de la police, des complices de son ami et d’une bande rivale, tous à la recherche du magot. Catherine affirme ne rien savoir, pourtant, à une autre pensionnaire, elle confie que la cachette existe. Se sentant menacées, les deux femmes partent à la recherche des millions…

 


 

Le film

[4,5/5]

Suite au succès de Ne nous fâchons pas en 1966, Georges Lautner et Michel Audiard se sont pris au jeu du polar cartoonesque riche en personnages de truands hauts en couleurs et ont livré au public, avec la complicité de leur interprète fétiche Mireille Darc, deux petits polars désopilants que beaucoup considèrent comme le summum de la carrière du trio : le diptyque Fleur d’oseille (1967) / Laisse aller… C’est une valse (1971). Partant d’un postulat de départ relativement similaire (« trouver le magot ! »… et de préférence, avant les autres), les deux films s’avèrent en effet deux trésors de créativité et d’humour, le genre de délire qui donne réellement ses lettres de Noblesse au cinéma populaire des années 60/70. Gloire donc à Gaumont, qui après nous avoir permis de redécouvrir Laisse aller… C’est une valse l’année dernière, se décide enfin à sortir Fleur d’oseille sur format Blu-ray !

Remettons rapidement Fleur d’oseille dans son contexte : en 1967, Georges Lautner enchainait les succès populaires depuis quelques années déjà, mais était encore bien loin de se reposer sur ses lauriers de réalisateur. Au contraire, à l’approche de la fin des années 60 (mai 68 n’allait pas tarder à faire tomber toutes les barricades des esprits bourgeois), le cinéaste tentait encore beaucoup de choses avec sa caméra : jusqu’au milieu des années 70, son cinéma expérimenterait à foison des formes nouvelles, pensait ses axes de prise de vue avec malice, et s’avère encore étonnant de nos jours, cinquante ans plus tard, dans ses multiples audaces formelles. Même topo pour Audiard, qui était vraiment au top de son Art et multipliait les scénarios durant la décennie des 60’s (rien de moins que 44 entre 1960 et 1970) et nous livre avec Fleur d’oseille un florilège de moments de bravoure d’écriture dont lui-seul était capable.

Côté casting, les amateurs des films de la bande à Lautner ne seront pas dépaysés, avec la présence au générique de Mireille Darc, Anouk Ferjac, Renée Saint-Cyr, ou encore Paul Préboist. Ajoutez à cela une horde de truands tout droit sortis des Fous du volant et incarnés par Frédéric de Pasquale (« Pierrot la veine »), Dominique Zardi (« Jeannot le tondu »), Marcel Gassouk (« Roule à plat »), Roger Mailles (« Le motard »), Bob Sissa (« Le musicien »), Pierre Rosso (« Dany le valseur ») et Albert Podavini (« Freddy la fiotte »), et vous obtiendrez donc cette Fleur d’oseille, un des trésors inestimables de la filmo de Georges Lautner et Michel Audiard.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Disponible chez Gaumont au sein de la dixième vague de sa collection « », Fleur d’oseille s’offre donc un lifting HD sur galette Blu-ray, que l’éditeur propose au prix tout doux de 12,99€.

Aussi bien côté image que côté son, le master proposé par l’éditeur est de bonne tenue ; le film est proposé au format 2.35:1 respecté et encodé en 1080p. Les séquences en basse lumière sont certes moins incisives que les autres, le piqué est un peu en dents de scie et certains plans affichent de légères baisses de définition, mais l’ensemble demeure très satisfaisant. Le mixage audio est proposé en DTS-HD Master Audio mono d’origine, clair et sans souffle : parfait !

Côté suppléments, Gaumont recycle la présentation du film par Georges Lautner, déjà disponible sur le DVD du film édité en 2009. Lautner y revient en substance sur les points communs réunissant Fleur d’oseille et Laisse aller… C’est une valse et sur leurs conclusions imposées par la maison Gaumont. Peu conscient d’avoir signé avec ce film un des tous meilleurs de sa longue carrière, il qualifie Fleur d’oseille de « connerie ». Intéressant !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici