Test Blu-ray : Fast & Furious 9

0
606

Fast & Furious 9

États-Unis : 2021
Titre original : F9 – The Fast Saga
Réalisation : Justin Lin
Scénario : Daniel Casey, Justin Lin
Acteurs : Vin Diesel, Michelle Rodriguez, John Cena
Éditeur : Universal Pictures
Durée : 2h30
Genre : Action
Date de sortie cinéma : 14 juillet 2021
Date de sortie DVD/BR : 17 novembre 2021

Si Dom Toretto mène une vie tranquille, loin du bitume, auprès de Letty et de leur fils, le petit Brian, ils savent bien tous les deux que derrière les horizons les plus radieux se cachent toujours les dangers les plus sournois. Cette fois, pour sauver ceux à qui il tient le plus, Dom va devoir affronter les démons de son passé. Son équipe se rassemble pour démanteler un complot à échelle mondiale mené par le tueur le plus implacable qu’ils aient jamais affronté, aussi redoutable avec une arme que derrière un volant : Un homme qui n’est autre que le frère désavoué de Dom, Jakob…

Le film

[3,5/5]

Avec neuf films et un spin-off sortis sur les écrans en l’espace de vingt ans, la franchise Fast & Furious a pris le parti de surfer sur le succès, sans jamais réellement laisser au spectateur le temps de reprendre son souffle. Au contraire, beaucoup considéreront que le paysage cinématographique a littéralement été saturé par les aventures motorisées de Dom Torreto (Vin Diesel) depuis 2001, au point qu’un léger sentiment de ras-le-bol puisse s’installer dans l’esprit des spectateurs.

Pour autant, le public et les fans du monde entier répondent toujours présent au rendez-vous testostéroné que leur propose Vin Diesel, et Fast & Furious 9 comme les précédents films de la franchise a cartonné dans les salles obscures, réunissant presque deux millions de français au cinéma et récoltant plus de 715 millions de dollars à l’international, malgré une période post-pandémie de Covid-19 pour le moins difficile.

Plus fort encore : depuis Fast 5 en 2011, la saga Fast & Furious a réussi l’exploit de réconcilier deux publics : celui des fans de grosses cylindrées qui suivaient la saga depuis son premier opus, et celui des amateurs de cinéma d’action spectaculaire, qui se foutent totalement des voitures et des personnages de la franchise mais sont là pour assister aux cascades les plus décomplexées / décérébrées qui soient, et il est vrai que depuis dix ans, la saga Fast & Furious leur en a donné pour leur argent.

Et à ce niveau-là, Fast & Furious 9 bat littéralement tous les records côté gros délire surréaliste, avec une scène d’ouverture nous montrant des voitures défiant toutes les lois de la gravité, et se terminant sur une idée tellement énorme qu’elle mérite à elle-seule le déplacement afin de voir le film. Vous vous souvenez de la fausse bande-annonce à la fin de Machete Kills de Robert Rodriguez, annonçant pour de rire un troisième opus intitulé Machete in Space ? Hé bien les cerveaux malades aux commandes de Fast & Furious 9 l’ont fait : ils ont envoyé – le plus sérieusement du monde – une bagnole dans l’espace ! L’Art de la surenchère dans sa plus pure expression !

Energie et ampleur sont donc au rendez-vous de Fast & Furious 9, qui développe une intrigue plus inepte que jamais, mais donne le change avec des cascades de plus en plus débiles et des scènes d’action absolument démentes. Pour fêter les vingt ans de la saga, le film de Justin Lin multiplie également les personnages : la liste des « anciens » de la saga faisant ici une apparition plus ou moins longue est impressionnante, ce qui forcera les néophytes ou les spectateurs peu impliqués dans l’histoire de la saga Fast & Furious de régulièrement jeter un œil à IMDb ou à Wikipédia pendant le visionnage, histoire de comprendre qui est qui.

Les grandes phrases et la solennité de bazar sont également toujours de la partie, ce qui pourra occasionnellement se montrer agaçant, mais finalement, par contraste avec l’énergie et les montées d’adrénaline provoquées par les scènes d’action, cette tendance à se prendre au sérieux rajoutera un certain charme grotesque à Fast & Furious 9. Un bon moment !

Le Blu-ray

[5/5]

Sans surprise, Fast & Furious 9 débarque au format Blu-ray sous les couleurs de Universal Pictures dans ce qu’on pourra aisément considérer comme la Rolls Royce du support Haute-Définition. Le transfert est littéralement éblouissant, les couleurs sont très chaudes et les contrastes sont poussés dans leurs derniers retranchements. Les blancs ont du punch, les noirs sont profonds, le niveau de détail est excellent et la définition n’est jamais prise en défaut : c’est du grand Art. Ce niveau d’excellence se retrouve également du côté des enceintes : l’éditeur nous propose en effet, en VF ou en VO, deux mixages dynamiquement spatialisés et proposant une immersion de haute volée (la VO en Dolby Atmos, la VF en Dolby Digital + 7.1). Qu’il s’agisse des passages les plus calmes ou des séquences d’action, l’ampleur est redoutable, les basses grondent, les éléments se déchainent littéralement : du très beau travail. La spatialisation jaillit littéralement de chaque haut-parleur, et le caisson de basse ne débande jamais, qu’il s’agisse des bolides lancés à pleine vitesse, des gunfights, des explosions fracassantes ou encore de la musique de Brian Tyler qui vient se greffer par-dessus, on est vraiment en présence d’un Blu-ray de démonstration, à l’ampleur époustouflante.

Du côté des suppléments, on notera tout d’abord que le film nous est proposé dans deux versions : la version « cinéma » (2h23) et la version « Director’s cut » (2h30). Mais Universal Pictures ne s’arrête pas là, et outre un commentaire audio de Justin Lin, nous propose tout d’abord de nous plonger dans un long making of (45 minutes), qui reviendra sur les attentes des fans, les anciens et les nouveaux personnages (avec un focus tout particulier sur les femmes), l’importance des voitures et des scènes d’action, l’élaboration de diverses scènes de combat et d’action ou encore sur l’évolution de la saga au fil des années. On continuera ensuite avec un bêtisier (4 minutes), sur les cascades (8 minutes), sur la notion de « famille » au cœur du film (4 minutes) ou encore un focus sur le personnage de Han (4 minutes) et sur les voitures préférées de John Cena (5 minutes). Enfin, on terminera ce tour du propriétaire très complet avec une journée-type sur le plateau avec Justin Lin (10 minutes).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici