Accueil Tags ESC Éditions

Tag: ESC Éditions

Test Blu-ray : Charlie – Firestarter

0
Au sein de la longue liste de romans écrits par Stephen King durant les années 80, Charlie ne fait certainement pas partie de ceux ayant le plus marqué la culture populaire. Pourtant, ce roman s'est bel et bien vendu à des centaines de milliers d’exemplaires à travers le monde depuis sa parution en 1980 (1984 en France), comme la plupart des autres romans de King d'ailleurs. L'oubli (tout relatif) dans lequel cet ouvrage est retombé au fil des années est probablement lié au fait qu'il ne s'agisse pas ouvertement d'un récit d'horreur, contrairement à la plupart des classiques de l'écrivain sortis dans les années 80 (Simetierre, Ça, Christine, Misery...). Charlie se classe en effet d'avantage dans la catégorie du thriller surnaturel, permettant surtout au romancier de signer un grand roman paranoïaque, très critique à l'encontre des manipulations gouvernementales visant à prendre le contrôle de la vie des citoyens américains ; pouvoir, mensonges et trahisons sont donc au c?ur du récit. Bien sûr, une poignée d'éléments fantastiques sont également présents : télékinésie, pyrokinésie et pouvoir mental puissant sont donc au menu. Il est d'ailleurs très probable que Charlie ait été une source d'inspiration pour David Cronenberg sur Scanners, qui sortirait environ un an après la publication du roman ; Cronenberg rendrait néanmoins à César ce qui lui appartient en signant en 1983 l'adaptation cinématographique de Dead Zone, autre roman de King se basant sur des idées similaires.

Test DVD + Blu-ray : La maison qui tue

0
Dans "La maison qui tue", on fait le tour des sujets de prédilection du cinéma fantastique : la figure de cire, l'enfant maléfique, le mythe de Dracula et, surtout, la maison maléfique qui sert de fil conducteur.

Test Blu-ray : Les contes aux limites de la folie

0
Sous l’impulsion de la firme britannique Amicus Productions, et suite au succès rencontré par des films tels que Le train des épouvantes (1965), Le jardin des tortures (1967) ou La maison qui tue (1971), le film d’horreur à sketches a eu, quelques années durant, le vent en poupe, au point même que certaines sociétés de production n’étant pas foncièrement familières avec le genre se soient lancées dans l’aventure le temps d’un film ou deux. Produit par Norman Priggen pour World Film Services (après une série de films aux côtés de Joseph Losey), distribué par Paramount Pictures, Les contes aux limites de la folie (1973) apparaît donc comme un projet sorti de nulle-part, et s’avère d’autant plus remarquable qu’il impose une ambiance et une liberté de ton qui détonent complètement avec ses contemporains dans le genre horrifique.

Test Blu-ray : Le caveau de la terreur

0
Sur le papier, Le caveau de la terreur est donc l’adaptation « officielle » de plusieurs histoires tirées des publications EC Comics Tales from the crypt et The vault of horror, créées par Al Feldstein et William M. Gaines dans les années 50 ; le titre original du film est d’ailleurs The vault of horror. Mais d’une façon assez amusante, aucune des histoires adaptées par le scénariste Milton Subotsky n’est en réalité issue de The vault of horror ; sur les cinq sketches, quatre sont adaptés d’histoires publiées dans Tales from the crypt, et le cinquième est l’adaptation d’une bande dessinée originellement publiée dans Shock SuspenStories, un autre comic book créé par Feldstein et Gaines.

Test Blu-ray : The Blob – Danger planétaire

0
A l'image de ses héros adolescents, incarnés à l'écran par Steve McQueen (28 ans) et Aneta Corsaut (25 ans), The Blob – Danger planétaire est un film qui se cherche : à mi-chemin entre la comédie potache et le film de science-fiction, le ton du film oscille volontiers, sans jamais se fixer réellement. Un film en pleine crise d'adolescence en quelque sorte ! Avec ses gamins jouant les caïds, faisant des courses de voitures et défiant l'autorité pour épater les filles, le film ne renie pas son héritage : les références à La fureur de vivre, tourné trois auparavant, sont clairement affichées, même si bien sûr, l'idée de Irvin S. Yeaworth Jr. n'est sûrement pas de pointer du doigt le mal-être de la jeunesse mais plutôt tout simplement de la divertir au Drive in du coin, en présentant au cœur du film des jeunes cool entourés d'adultes tous aussi abrutis les uns que les autres. C'est également ce que suggère la musique du générique de début du film, qui est très loin d'être anxiogène mais plutôt jazzy swing mmmh bop, et même franchement choubidou bidou bop.

Test Blu-ray : Le train des épouvantes

0
Le train des épouvantes est, d’entrée de jeu, porté par la présence au générique de Peter Cushing et Christopher Lee, les deux acteurs les plus puissamment emblématiques de la Hammer. Le script de Milton Subotsky a l’habileté et l’intelligence de proposer au spectateur cinq petits récits fantastiques, articulés autour d’un groupe de personnages à bord d’un train, et des prédictions délivrées par le personnage du Dr. Shreck, incarné par Peter Cushing. Le rythme de l’ensemble est donc rapide, et il n’y aura littéralement pas moyen de s’ennuyer ou de trouver le temps long, d’autant que le tout est littéralement sublimé par le talent de metteur en scène de Freddie Francis, grand créateur de formes devant l’éternel (qu’il évolue au poste de metteur en scène ou à celui de directeur photo), qui s’impose définitivement comme l’un des cinéastes ayant le plus marqué le cinéma fantastique britannique de son empreinte visuelle époustouflante. Son habileté à travailler sur la profondeur de champ s’avère le plus souvent extrêmement payante, et donne au film une originalité visuelle assez épatante.

Test Blu-ray : Inferno

0
S’il ne nous viendrait pas naturellement à l’esprit l’idée de comparer les œuvres de Dario Argento et Lucio Fulci, le calendrier des sorties vidéo en cette fin d’année 2018 nous aura permis de redécouvrir quasiment dos à dos leurs films sortis durant l’année 1980, Inferno et L’au-delà. Ainsi, si les points de convergence entre les deux films avaient pu échapper au spectateur les ayant découverts à des périodes différentes à l’ère de la VHS triomphante, il nous parait aujourd’hui difficile de ne pas dresser de passerelles formelles et thématiques entre ces deux monuments de l’horreur italienne.

Test Blu-ray : Bajirao Mastani

0
"Bajirao Mastani" est un spectacle total à même de réunir tous les publics, du cinéphile pur et dur à l’amateur de fresques historiques pleines d’action en passant par les passionné(e)s de films romantiques

Test DVD : Du haut de la terrasse

0
Une incursion dans le monde de la grande bourgeoisie américaine des années 50/60 qui montre l'importance du "qu'en dira-t-on" qui interdit le divorce et tolère l'infidélité, qui décortique les relations de pouvoir basées sur le compte en banque et qui met à nu les différences entre les hommes et les femmes en ce qui concerne leurs motivations dans l'existence.

Test Blu-ray : Hellraiser – La trilogie

0
La saga cinématographique Hellraiser est complètement vampirisée par l'image de Pinhead, le chef charismatique des « cénobites », portiers de l'Enfer à tendance sado-maso qui hantent le film de Clive Barker. Il faut dire aussi que l'image de ce personnage menaçant vêtu de cuir, arborant un crâne et un visage entièrement recouvert de clous a durablement marqué les mémoires : le cliché d'exploitation imaginé par Clive Barker pour illustrer l'affiche de son premier film sera d'ailleurs recyclée sur quasiment toutes les affiches des films de la saga, et illustre aujourd'hui le coffret Blu-ray Hellraiser – La trilogie ou Hellraiser : Trilogy I-II-III édité par ESC Éditions en association avec L'Atelier d'images.

Test DVD : Morituri

1
"Morituri" est un des premiers films américains, voire même le tout premier, à raconter un épisode de la deuxième guerre mondiale en le situant du côté allemand.

Test Blu-ray : Mateo Falcone

0
Pour les spectateurs qui savent s'écarter des schémas classiques du cinéma, il y a la récompense, la vision d'un film aux images splendides, au son très travaillé, un film qui aborde le phénomène de la violence et celui de l'honneur de façon presque abstraite.