Critique : Love is Strange

0
629
John Lithgow et Alfred Molina

love is strange afficheLove is Strange

Etats-Unis, 2013
Titre original : –
Réalisateur : Ira Sachs
Scénario : Ira Sachs, Maurício Zacharias
Acteurs : Alfred Molina, John Lithgow, Marisa Tomei
Distribution : Pretty Pictures
Durée : 1h38
Genre : Drame
Date de sortie : 12 novembre 2014

Note : 3,5/5

Deux hommes en couple depuis 40 ans sont soudain confrontés à la perte de leurs repères. Porté par les belles prestations de John Lithgow et Alfred Molina, le nouveau long-métrage d’Ira Sachs raconte une simple histoire d’amour heurtée par les aléas de la vie.

love is strange 01

Synopsis : Ben et George vivent ensemble depuis 39 ans et la loi leur permettant enfin de le faire, ils ont décidé de se marier. Leur bonheur vacille dès le retour de leur voyage de noces car George, professeur de musique dans une école catholique, est licencié sans préavis à cause de leur union désormais officialisée alors que pourtant la nature de leur relation était connue de tous. N’ayant plus que la retraite de Ben comme revenus réguliers, ils doivent revendre leur bel appartement à New-York et en attendant de trouver un nouveau logement, vont vivre séparés chez des proches.

John Lithgow et Alfred Molina
John Lithgow et Alfred Molina

Un bonheur remis en question par une précarité inattendue

Ira Sachs, le réalisateur de Keep the lights on, récit autobiographique d’une douloureuse rupture, nous raconte une histoire d’amour presque banale entre deux hommes d’un certain âge qui ont vécu heureux sans réel accroc pendant près de quarante ans et vont connaître une précarité inattendue alors qu’ils pensaient être protégés dans leur vie bourgeoise établie. La profondeur de leur affection, un exemple pour les autres, ne les protégera pas de cette crise soudaine. John Lithgow et Alfred Molina forment un couple auquel on croit tout de suite, le premier accusant le poids des ans et le deuxième plus jeune et encore dans la vie active. Leur relation est observée avec délicatesse et lorsqu’ils marchent dans la rue, le vieux couple reste pudique. Ils se tiennent légèrement à l’écart, n’affichent pas leur affection. Ils sont d’une génération discrète, prudente aussi peut-être, même sans cacher qui ils sont.

love is strange 00

Ben, reconverti en peintre amateur, se retrouve dans la famille de son neveu où il partage un lit superposé avec leur fils adolescent et George chez un couple d’amis policiers gays qui font la fête tous les soirs. L’ironie dans cette situation est que l’un est retraité dans une maison où l’on travaille, l’autre travaille encore et vit dans une maison trop bruyante… Ils ne peuvent se voir que par intermittence, chaque moment volé ensemble est comme une parenthèse enchantée à ce qui est la première séparation de leur vie en commun. Pourtant ils ne se plaignent pas et subissent en silence et lorsqu’ils peuvent se retrouver, l’affliction de leur éloignement ressort avec d’autant plus de douleur. La joie de John Lithgow (Ben) lorsqu’il reçoit la visite inattendue d’Alfred Molina (George) fait alors exploser à nos yeux et à ceux de leurs hôtes la pénibilité de leur détresse.

John Lithgow et Charlie Tahan
John Lithgow et Charlie Tahan

La fragilité d’une intimité

Ce qu’aucun d’eux ne réalisait est la difficulté de passer autant de temps avec des gens de sa famille car, comme le dit Ben, l’on découvre soudain des choses que l’on préférerait ignorer. Partager son intimité pour ceux qui accueillent, renoncer à ses habitudes pour les invités est une chose difficile et aucun ne s’en tire vraiment bien. La validité de ceux qui nous relie aux autres repose sur une part d’ignorance des choses les plus intimes et de la possibilité de vivre à son propre rythme.

Marisa Tomei
Marisa Tomei et Darren Burrows

L’intrusion, même consentie, sans date limite crée un malaise d’autant plus grand que Ben se retrouve malgré lui au sein d’une famille qui vit des moments de crise, avec un mari souvent absent pour son travail et qui n’écoute ni son fils ni son épouse qui souffre de sa perte d’intimité. Kate, l’épouse du neveu de Ben est jouée par Marisa Tomei touchante dans sa détresse de ne plus pouvoir travailler en paix, avec les bavardages incessants de son oncle remettant en cause bien malgré elle la belle déclaration qu’elle fit le soir de leur mariage sur cette relation si parfaite. Apprécié de tous, il se montre maladroit, ignorant la gêne de son hôtesse qui ne peut pas se concentrer pour travailler (elle est écrivain), pourtant la scène est drôle grâce au côté gentiment bougon de Ben qui évoque sa propre incapacité à peindre lorsque quelqu’un est présent dans le même appartement et ne se rend pas compte de sa gêne à elle. Avec le recul de l’explosion de colère de Marisa Tomei, la scène devient plus grave avec le recul.

love is strange 02

Une histoire universelle

L’histoire est triste mais racontée de façon apaisée et avec une pointe d’humour bienvenue. Si la cause de leurs malheurs est leur orientation sexuelle et les préjugés qui vont avec, la perte de leur foyer est une crainte universelle. Le sujet est plus exactement le temps qui passe via ces différents âges de la vie qui se côtoient avec un couple à l’automne – voire à l’hiver – de sa vie, des presque quinquagénaires confrontés à une crise familiale, des trentenaires hyper actifs et un jeune homme (Charlie Tahan, une révélation) qui se rapproche de l’âge adulte. Le film s’achève sur la promesse de bonheur de la jeune génération et sur la richesse de la transmission dont on ne comprend parfois que trop tard la profondeur.

love is strange 06

Résumé

La sobriété de l’écriture et de la mise en scène et enfin l’humour font de cette belle comédie dramatique un joli moment de cinéma dont la tonalité mélancolique ne varie pas avec le deus ex machina trop tardif pour rattraper un intermède douloureux dans la vie tranquille d’un couple attachant. Comme dans Boyhood de Richard Linklater, Ira Sachs saisit la dimension épique d’une vie simple sans autre drame que de vivre et éventuellement de mourir ou comment l’extraordinaire se niche dans le très ordinaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici