Les sorties du 7 juillet 2021

0
774

Annette © 2021 CG Cinéma International / arte France Cinéma / Tribus P. Films / UGC Distribution Tous droits réservés

Ce mercredi, c’est à la fois le début des vacances d’été et du Festival de Cannes. Avec cette double actualité, réunie de façon tout à fait atypique par la force des choses pandémiques, on pourrait croire que le programme des sorties cinéma ressemble à une peau de chagrin. Le contraire est pourtant le cas, grâce à une richesse de sorties diverses et variées qui ne vous laisse guère le temps de rattraper tous les films que vous auriez aimé voir pendant la fête du cinéma. Et dire que le rythme sera aussi soutenu pendant toute la saison chaude … Quelle bénédiction et quelle malédiction à la fois !

Ces deux côtés de la médaille de la mécréance et de la béatitude, le maître du cinéma subversif Paul Verhoeven l’étudie dans Benedetta. Ce drame religieux joue la carte cannoise et ne sortira donc qu’après-demain, le vendredi 9 juillet. En connaissance du discours toujours aussi subtilement incendiaire du réalisateur, on est plus qu’impatient de le découvrir au plus tôt. Une autre légère anomalie du jour de sortie pour être le plus conforme possible à l’agenda du festival, le film d’ouverture Annette de Leos Carax a déjà débarqué hier soir sur les écrans français. Le réalisateur de Holy Motors y crée une fois de plus l’un de ces univers baroques et enchantés dont il détient le secret.

Enfin, puisque notre cher confrère Jean-Jacques ne paraît pas avoir de coup de cœur clair et net cette semaine, nous appuyons son avis favorable sur Moffie de Oliver Hermanus, un drame historique qui dépasse le simple cadre du cinéma gay afin de s’intéresser de près au passé trouble de l’Afrique du Sud.

Je voulais me cacher © 2020 Enrico De Luigi / Palomar Productions / Rai Cinema / Bodega Films Tous droits réservés

Cette semaine sur les écrans de vos multiplexes et autres salles art et essai, c’est un peu la France contre le reste du monde. En effet, face aux deux productions nationales déjà évoquées, le cinéma international dans toute sa beauté se conjugue en une dizaine de films. Bien évidemment, c’est le blockbuster américain de l’univers Marvel qui va s’imposer côté chiffres de fréquentation. Mais il y a tellement d’autres films plus enrichissants à découvrir qu’il serait fortement dommage de passer à côté de ces belles œuvres venues d’Italie, du Canada ou encore de Bulgarie !

Il ne s’agit certes pas du favori de notre confrère, mais nous sommes tout de même fortement intrigués par Je voulais me cacher de Giorgio Diritti, le grand gagnant des derniers César italiens, qui arrive enfin chez nous, après une imposante tournée dans de très nombreux festivals internationaux. Le canadien Kuessipan de Myriam Verreault a beau ne pas jouir du même prestige, on préfère son histoire communautaire à celle, à première vue plus tortueuse, dans le brésilien Irmã de Luciana Mazeto et Vinicius Lopes. Enfin, le cinéma d’Europe de l’Est nous envoie de bonnes nouvelles par le biais du conte de vieillesse doux-amer La Saveur des coings de Kristina Grozeva et Petar Valchanov.

La Gueule ouverte © 1974 Les Films La Boëtie / Lido Films / Capricci Tous droits réservés

Comme pratiquement chaque semaine, les ressorties font au moins aussi fort que les films récents. Tant que l’absence de chaleur estivale vous permet encore de faire quelque effort intellectuel que ce soit, on vous conseille donc particulièrement le premier volet de la rétrospective des films de Maurice Pialat. Pendant un mois grand maximum, avant l’arrivée de la deuxième partie début août, vous aurez l’occasion de vous replonger dans une œuvre faite pour déranger de la façon la plus humainement honnête imaginable. Avec notamment dès aujourd’hui le magnifique drame de divorce Nous ne vieillirons pas ensemble avec Jean Yanne et Marlène Jobert ou encore Loulou avec les futures icones du cinéma français Isabelle Huppert et Gérard Depardieu.

Deux autres classiques infiniment plus plaisants à regarder font de même leur grand retour : la pétillante comédie Charade de Stanley Donen avec le couple mythique, malgré sa différence d’âge notable, formé par le presque sexagénaire Cary Grant et Audrey Hepburn, d’un quart de siècle sa cadette. Puis, le cinéma dans toute sa splendeur intimiste et populaire n’a peut-être jamais été célébré avec plus d’entrain que dans le magnifique Cinéma Paradiso de Giuseppe Tornatore, un film à voir et à revoir sans modération !


Annette de Leos Carax (France, Drame musical, 2h19) avec Adam Driver, Marion Cotillard et Simon Hellberg, depuis le mardi 6 juillet

Benedetta de Paul Verhoeven (France, Drame religieux, 2h06) avec Virginie Efira, Charlotte Rampling et Daphné Patakia, sortie le vendredi 9 juillet

Black Widow de Cate Shortland (États-Unis, Fantastique, 2h14) avec Scarlett Johansson, Florence Pugh et David Harbour

La Chapelle du diable de Evan Spiliotopoulos (États-Unis, Horreur) avec Jeffrey Dean Morgan, Katie Aselton et William Sadler

Les Croods 2 Une nouvelle ère de Joel Crawford (États-Unis, Animation, 1h35)

Fisherman’s Friends de Chris Foggin (Royaume-Uni, Comédie, 1h52) avec Daniel Mays, James Purefoy et David Hayman

Fritzi de Ralf Kukula et Matthias Bruhn (Allemagne, Animation, 1h26) (critique)

Irmã de Luciana Mazeto et Vinicius Lopes (Brésil, Drame, 1h28) avec Maria Galant, Anais Grala Wegner et Felipe Kannenberg

Je voulais me cacher de Giorgio Diritti (Italie, Biographie filmique, 2h00) avec Elio Germano, Pietro Traldi et Orietta Notari (critique)

Kuessipan de Myriam Verreault (Canada, Drame, 1h57) avec Sharon Fontaine-Ishpatao, Yamie Grégoire et Etienne Galloy (critique)

Moffie de Oliver Hermanus (Afrique du Sud, Drame militaire, 1h44) avec Kai Luke Brummer, Barbara-Marie Immelman et Michael Kirch (critique)

La Saveur des coings de Kristina Grozeva et Petar Valchanov (Bulgarie, Comédie dramatique, 1h27) avec Ivan Barnev, Ivan Savov et Tanya Shahova

Reprises

Charade (1963) de Stanley Donen (États-Unis, Thriller, 1h54) avec Cary Grant, Audrey Hepburn et Walter Matthau

Cinéma Paradiso (1989) de Giuseppe Tornatore (Italie, Comédie dramatique, 2h04) avec Philippe Noiret, Jacques Perrin et Marco Leonardi (critique)

Rétrospective Maurice Pialat Cycle 1 (1968-1980) de Maurice Pialat (France, Drame) : L’Enfance nue / Nous ne vieillirons pas ensemble / La Gueule ouverte / Passe ton bac d’abord / Loulou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici