Les sorties du 24 janvier 2018

0
477

Les trois films que nous vous conseillons tout particulièrement cette semaine n’auraient pas pu être plus différents l’un de l’autre. Il y a d’abord le grand retour de Charlotte Rampling dans de Andrea Palladoro pour lequel elle a remporté la Coupe Volpi de la Meilleure actrice au dernier Festival de Venise. Sauf que ces dernières années ont été si fastes pour la comédienne anglaise qu’elle accumule en fait les interprétations magistrales, puisque ce rôle fort tragique d’une femme dont le mari a été incarcéré est pris, en termes de dates de sorties françaises, entre son tour de force dans 45 ans de Andrew Haigh et le pas moins touchant A l’heure des souvenirs de Ritesh Batra, à l’affiche dès la mi-avril. Si ce drame sombre vous paraît trop déprimant, il y a largement de quoi vous remonter le moral avec la comédie musicale de Michael Gracey, marquée par une dose considérable d’optimisme grâce à ses nombreuses chansons entraînantes. Enfin, en guise de régime après tant de sucreries autour du mythe de P.T. Barnum, faites un tour du côté du documentaire australien de Damon Gameau, un rappel hautement utile et salutaire des bases d’une vie saine !


De beaux destins de femmes pullulent sinon parmi les sorties de cette dernière semaine du mois de janvier. de Marie Noëlle n’en fait hélas pas partie. Mais vous pourriez vous laisser sans peine enchanter au féminin par le très italien de Sergio Castellitto avec Jasmine Trinca, par le typiquement français, version intello, de Emmanuel Finkiel avec Mélanie Thierry, voire goûter à l’horreur européenne, qui ne fait pas vraiment dans l’originalité avec de Paco Plaza. Ce dernier risque toujours de vous procurer plus de frissons que l’énième Découverte du Saint André-des-Arts de Guillaume Chemouili. Enfin, vu que la seule nomination supplémentaire de Pentagon Papers de Steven Spielberg, en dehors de celle à l’Oscar du Meilleur Film, a été obtenue par son actrice principale Meryl Streep, on pourrait aussi y voir un commentaire sur la difficulté qu’éprouve toujours – aujourd’hui guère moins qu’au début des années 1970 – la gente féminine à s’imposer dans un métier d’hommes.


Notre brève chronique hebdomadaire se clôt sur trois hommes, eux aussi foncièrement complémentaires. Difficile en effet de trouver un point en commun entre Jean Douchet, sans doute une icône de la cinéphilie française et en même temps l’un des derniers survivants de l’époque des ciné-clubs, dont l’adulation se manifestera désormais par le biais d’un documentaire, Liam Neeson en éternelle vedette de films d’action interchangeables, quoique pas non plus complètement dépourvus d’intérêt ne serait-ce que grâce aux renvois entre eux, ainsi que le géant basque dans l’épopée historique de Jon Garaño et Aitor Arregi, une curiosité de nos voisins du sud qui montre que le cinéma ibérique a plus à offrir que des fantaisies d’Almodovar et autres resucées de possessions diaboliques.


de Guillaume Chemouili (France, Thriller, 1h17) avec Nadia Van De Ven, Tristan Delus et Ludovic Thievon

de Emmanuel Finkiel (France, Drame, 2h06) avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel et Benjamin Biolay (critique)

de Sergio Castellitto (Italie, Drame, 1h43) avec Jasmine Trinca, Stefano Accorsi et Alessandro Borghi

de Michael Gracey (États-Unis, Comédie musicale, 1h44) avec Hugh Jackman, Michelle Williams et Zac Efron (critique)

de Jon Garaño et Aitor Arregi (Espagne, Drame, 1h54) avec Ramon Agirre, Inigo Aranburu et Inigo Azpitarte

https://vimeo.com/248952310

de Andrea Palladoro (France, Drame, 1h35) avec Charlotte Rampling, André Wilms et Stéphanie Van Vyve

Jean Douchet L’Enfant agité de Fabien Hagege, Guillaume Namur et Vincent Haasser (France, Documentaire, 1h25)

de Marie Noëlle (France, Biographie filmique, 1h35) avec Karolina Gruszka, Arieh Worthalter et Charles Berling (critique)

de Jaume Collet-Serra (États-Unis, Thriller, 1h44) avec Liam Neeson, Vera Farmiga et Patrick Wilson

Pentagon Papers de Steven Spielberg (États-Unis, Drame historique, 1h55) avec Meryl Streep, Tom Hanks et Alison Brie

de Damon Gameau (Australie, Documentaire, 1h41)

de Paco Plaza (Espagne, Horreur, 1h50) avec Sandra Escacena, Bruna Gonzalez et Claudia Placer

Reprise

(1977) de Woody Allen (États-Unis, Comédie dramatique, 1h33) avec Woody Allen, Diane Keaton et Tony Roberts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici