Les sorties du 21 décembre 2022

0
1440

L’Âme sœur © 1985 Langfilm / Walter Schoch / Alfred Richterich Stiftung / Schweizer Fernsehen / Carlotta Films
Tous droits réservés

Contrairement à leur aspect habituel en cette saison hivernale, les montagnes vers lesquelles ce programme hebdomadaire de cinéma vous appelle sont largement exemptes de neige. Pourtant, les deux films qui ont choisi les hauteurs alpines pour décor valent parfaitement le détour en cette semaine de Noël, peut-être parce qu’ils diffusent un état d’esprit plus sophistiqué que la simple béatitude des fêtes. Ainsi, nous suivons complètement notre confrère Jean-Jacques dans son enthousiasme pour Les Huit montagnes de Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch, prix du jury au dernier Festival de Cannes. La reprise majeure de la semaine, L’Âme sœur de Fredi M. Murer, vous invite à un autre séjour en haute altitude, doublé de l’évidence hélas pas très répandue que le cinéma suisse recèle parfois de bonnes surprises.

La montagne que le personnage principal de Rabiye Kurnaz contre George W. Bush de Andreas Dresen doit gravir n’est que symbolique. Néanmoins, le combat de cette mère d’un terroriste turc présumé contre la justice américaine est des plus exemplaires et divertissants. Il mérite donc largement notre petit coup de pouce de troisième coup de cœur de la semaine, d’autant plus que ce lauréat du prix d’interprétation au dernier Festival de Berlin ne dispose que d’une exposition très confidentielle.

Le Parfum vert © 2022 Roger Arpajou / Bizibi / Versus Production / France 2 Cinéma / Orange Studio /
Diaphana Distribution Tous droits réservés

Les choses ne se gâtent pas tout à fait par la suite, mais la poignée d’autres films éventuellement dignes d’intérêt nous laisse déjà plus dubitatifs. Vous aurez le choix entre deux films qui jouent à peu près adroitement le jeu des possibles, côté français Le Tourbillon de la vie de Olivier Treiner et côté allemand AEIOU L’Alphabet rapide de l’amour de Nicolette Krebitz, un autre rescapé de la dernière compétition berlinoise. Quant au troisième film de Nicolas Pariser, Le Parfum vert, trois ans après Alice et le maire et sept après Le Grand jeu, sa frivolité apparente risque d’en être à la fois sa principale qualité et son pire défaut. Enfin, la critique a globalement été plus clémente avec l’épopée spirituelle islandaise Godland de Hlynur Palmason que notre critique maison Jean-Jacques.

Malgré son prix d’interprétation secondaire au dernier Festival de Berlin – et de trois ! –, Une femme indonésienne de Kamila Andini n’a pas trouvé les faveurs de ce dernier. De même, le fait que notre sentiment vaguement favorable à l’égard de Tempête de Christian Duguay s’est estompé depuis que nous l’avions découvert au Festival d’Albi il y a un mois n’est pas bon signe. Dans le doute, tous ces films valent cependant mieux que les deux œuvres chantantes de la semaine : I wanna dance with somebody de Kasi Lemmons sur la vie et la carrière de Whitney Houston et Le Petit piaf de Gérard Jugnot.

Ma vache et moi © 1925 Buster Keaton Productions / Metro-Goldwyn-Mayer / Splendor Films Tous droits réservés

En plus du chef-d’œuvre suisse trop longtemps oublié, la sélection des ressorties pour les fêtes vous réserve sans exception de (très) belles retrouvailles. A commencer par une petite rétrospective informelle en trois films du maître de la comédie de mœurs Ernst Lubitsch. Tout comme pour les films de René Clair de retour en salles depuis mercredi dernier, cela fait trop longtemps que nous n’avons pas revu ces classiques des années 1930, portés aux nues par François Truffaut et ses confrères des Cahiers du Cinéma ! C’est donc l’occasion rêvée pour revoir les dames Miriam Hopkins et Claudette Colbert et les messieurs Herbert Marshall, Gary Cooper et Frederic March au sommet de leur forme iconoclaste.

L’humour chez Buster Keaton est certainement plus visuel que chez Lubitsch. Il n’empêche que vous pourriez emmener sans le moindre souci vos enfants découvrir les acrobaties de ce génie du burlesque dans Ma vache et moi. Sa ressortie fait suite à celle en 2019 avant la crise sanitaire de quatre autres coups de maître signés Buster Keaton : Les Lois de l’hospitalité, La Croisière du Navigator, Le Dernier round et Sherlock junior. Le rire est un peu plus gras et mieux nourri dans la comédie culinaire Tampopo de Juzo Itami, un réalisateur japonais hélas exclusivement connu en France pour cette farce dépaysante, en dépit des neuf autres longs-métrages qu’il avait tournés entre 1984 et ’97.


AEIOU L’Alphabet rapide de l’amour de Nicolette Krebitz (Allemagne, Comédie dramatique, 1h44) avec Sophie Rois, Udo Kier et Milan Herms

Godland de Hlynur Palmason (Islande, Drame, 2h23, distribué sur 89 copies) avec Elliott Crosset Hove, Ingvar Sigurdsson et Victoria Carmen Sonne (critique)

Les Huit montagnes de Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch (Italie, Drame, 2h27, distribué sur 128 copies) avec Luca Marinelli, Alessandro Borghi et Filippo Timi (critique)

I wanna dance with somebody de Kasi Lemmons (États-Unis, Biographie filmique, 2h26) avec Naomi Ackie, Stanley Tucci et Ashton Sanders

Opération Grizzli de Vasiliy Rovenskiy et Natalya Nilova (Russie, Animation, 1h30, distribué sur 103 copies)

Le Parfum vert de Nicolas Pariser (France, Comédie policière, 1h40, distribué sur 275 copies) avec Sandrine Kiberlain, Vincent Lacoste et Rüdiger Vogler

Le Petit piaf de Gérard Jugnot (France, Comédie dramatique, 1h35) avec Marc Lavoine, Soan Arhimann et Gérard Jugnot

Rabiye Kurnaz contre George W. Bush de Andreas Dresen (Allemagne, Drame historique, 1h59) avec Meltem Kaptan, Alexander Scheer et Charly Hubner

Tempête de Christian Duguay (France, Drame, 1h50, distribué sur 578 copies) avec Mélanie Laurent, Pio Marmaï et Kacey Mottet Klein (critique)

Le Tourbillon de la vie de Olivier Treiner (France, Drame, 2h01) avec Lou De Laâge, Raphaël Personnaz et Isabelle Carré

Une femme indonésienne de Kamila Andini (Indonésie, Drame, 1h43) avec Happy Salma, Laura Basuki et Rieke Diah Pitaloka (critique)

Reprises

L’Âme sœur (1985) de Fredi M. Murer (Suisse, Drame, 1h58) avec Thomas Nock, Johanna Lier et Dorothea Moritz

Rétrospective Ernst Lubitsch (1932-38) de Ernst Lubitsch (États-Unis, Comédie) : Haute pègre, Sérénade à trois et La Huitième femme de barbe bleue

Ma vache et moi (1925) de Buster Keaton (États-Unis, Comédie burlesque, 1h09) avec Buster Keaton, Howard Truesdale et Kathleen Myers

Tampopo (1985) de Juzo Itami (Japon, Comédie gastronomique, 1h54) avec Tsutomu Yamazaki, Nobuko Miyamoto et Koji Yakusho

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici