http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Sorties de la semaine — 17 octobre 2018
Les sorties du 17 octobre 2018

Heureusement, les semaines comme celle-ci, où aucun film ne sort vraiment du lot, sont rares. Car même si un parfum cannois embaume une fois de plus les sorties de ce mercredi, il n’y en a pas une seule que l’on vous conseillerait sans réserve. Faisons donc confiance à notre confrère Nicolas, qui avait beaucoup aimé le nouveau Lars von Trier lors de son passage du côté de la Croisette. Et puis, mis à part cet ultra-violent , il n’y a que quelques productions à l’ambition commerciale qui pourraient éventuellement valoir la peine : de Damien Chazelle ou comment célébrer l’héroïsme à l’américaine alors que ce sont désormais les Russes qui mènent la danse dans l’espace et de Rachid Bouchareb ou comment Omar Sy ne se lasse pas de vouloir percer à l’international. Quant au lauréat du prix du jury à Cannes, de Nadine Labaki porte bien trop ostentatoirement la marque du misérabilisme pour vous le recommander sincèrement.


Ce qui nous laisse d’abord avec une sélection de documentaires, pas aussi riche et variée que celle de la semaine passée, mais néanmoins pas sans mérite, puis avec quelques ressorties elles aussi plutôt solides. Alors que le récit du procès de Nelson Mandela dans le documentaire de Nicolas Champeaux et Gilles Porte nous avait laissés indifférents lors de sa découverte cannoise, on serait prêt à se laisser enivrer par le vin mis à l’honneur dans de Bruno Sauvard. Or, le véritable événement de la semaine à ce niveau-là est évidemment la première partie du triptyque de Alain Cavalier, . Le maître des documentaires intimistes, qui a fêté le mois dernier ses 87 ans, y livre une fois de plus des tranches de vie justement touchantes par leur banalité assumée. De quoi passer intelligemment les trois mercredis jusqu’à la fin du mois, au rythme d’un double portrait par semaine.


Enfin, les ressorties sont moins nombreuses que joliment rares dans l’ensemble. Tandis que de Arthur Penn vous permettra de revoir les légendes vivantes Fonda et Redford lors de leur première rencontre à l’écran, Saint Jack de Peter Bogdanovich est une drôle de curiosité, produite par Roger Corman et malicieusement peu politiquement correcte. Si vous avez envie de rire sans vous forcer, une tâche dont on sent moyennement capables les comédies contemporaines à l’affiche dès cette semaine, on vous conseille de Tomas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio, une des rares farces latino-américaines qui a survécu à l’épreuve de l’exportation.


Capharnaüm de Nadine Labaki (Liban, Drame d’enfance, 2h06, distribué sur 160 copies) avec Zain Al Rafeea, Yordanos Shiferaw et Boluwatife Treasure Bankole

First Man Le Premier homme sur la lune de Damien Chazelle (États-Unis, Drame historique, 2h20) avec Ryan Gosling, Claire Foy et Jon Bernthal

Le Flic de Belleville de Rachid Bouchareb (France, Comédie policière, 1h51, distribué sur 512 copies) avec Omar Sy, Luis Guzman et Biyouna

de Michael Bier, Erika Sainte et Vincent Solheid (Belgique, Comédie dramatique, 1h23) avec Claire Beugnies, Michael Bier et Nicolas Bier

de Fred Cavayé (France, Comédie, 1h29) avec Bérénice Bejo, Suzanne Clément et Stéphane De Groodt

The House that Jack built de Lars von Trier (Danemark, Drame, 2h35) avec Matt Dillon, Bruno Ganz et Uma Thurman (critique)

de Shane Black (États-Unis, Science-fiction, 1h47) avec Boyd Holbrook, Trevante Rhodes et Jacob Tremblay

de Nicolas Champeaux et Gilles Porte (France, Documentaire, 1h46, distribué sur 45 copies) (critique)

de Tereza Nvotova (République tchèque, Drame, 1h27, distribué sur 20 copies) avec Robert Jakab, Anna Rakovska et Dominika Zelenikova

Six portraits XL 1 Léon – Guillaume de Alain Cavalier (France, Documentaire, 1h40)

Wine Calling de Bruno Sauvard (France, Documentaire, 1h35, distribué sur 25 copies)

Yéti & compagnie de Glenn Ficarra, Ryan O’Loughlin et John Requa (États-Unis, Animation, 1h36, distribué sur 541 copies)

Reprises

Guantanamera (1995) de Tomas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio (Cuba, Comédie, 1h41) avec Jorge Perugorria, Mirta Ibarra et Carlos Cruz

La Poursuite impitoyable (1966) de Arthur Penn (États-Unis, Drame, 2h02) avec Marlon Brando, Jane Fonda et Robert Redford

Saint Jack (1979) de Peter Bogdanovich (États-Unis, Drame, 1h55) avec Ben Gazzara, Denholm Elliott et James Villiers

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles