News — 22 octobre 2019
Le box-office de la semaine du 9 octobre 2019
© SND Tous droits réservés

Le box-office français a eu droit à un en cette semaine 41, allant du 9 au 15 octobre. Avant même que les vacances de la Toussaint ne donnent leur habituel coup de pouce aux exploitants français, la fréquentation hebdomadaire des salles obscures nationales fait un bond assez spectaculaire, pour arriver au meilleur résultat pour cette semaine-ci depuis le début du siècle ! Grâce à un million de spectateurs supplémentaires par rapport à la semaine passée, le nombre d’entrées n’est plus si loin des quatre millions, à un peu plus de 3 800 000 tickets de cinéma vendus. Ce qui est largement mieux, d’environ 17 %, que la même semaine en 2018, lorsqu’un autre super-héros ténébreux, Venom de Ruben Fleischer, avait débuté en dessous du million d’entrées. Et même si le nouveau champion n’est plus français, la part de marché du cinéma national se maintient à de très confortables 38 %. Enfin, face à de nombreux déboires financiers et légaux, Luc Besson pourra au moins se consoler avec les chiffres à l’international de son dernier film Anna, qui y a franchi les quatre millions d’entrées la semaine dernière.

Au bout de vingt ans de carrière, Joaquin Phoenix porte enfin un succès sans partage sur ses épaules. En France, sa filmographie prestigieuse ne comportait en effet jusque là que trois films millionnaires, dont aucun n’avait vraiment atteint la barre symbolique grâce à lui : Gladiator de Ridley Scott, c’était la synergie parfaite entre Russell Crowe au sommet de son attrait commercial et la renaissance finalement très ponctuelle du genre du péplum, et c’est l’effet M. Night Shyamalan, lui aussi enterré et ressuscité à maintes reprises depuis, qui avait propulsé Signes et Le Village vers le succès. Dans Joker de Todd Phillips, d’autres éléments sont bien entendu à l’œuvre, comme la popularité durable des super-héros, le ton empreint d’une certaine morosité nihiliste qui convient si bien à notre époque, ainsi que dans une moindre mesure le prestige de la récompense suprême du Festival de Venise. Néanmoins, le dixième film de son réalisateur, jusqu’à présent plutôt connu pour ses comédies vulgaires, devrait concurrencer les plus beaux succès de l’univers Marvel / Disney dans le domaine des épopées de héros fantastiques.

Face à ce mastodonte hollywoodien, la contre-programmation française n’a pas chômé, puisque les deux autres nouveautés ayant réussi à se classer dans le Top 10 ne déméritent pas. Même si leur écart et leur parcours initial est un cas d’école parfait pour souligner la différence entre les films qui plaisent soit à Paris – de Christophe Honoré et sa deuxième place lors des premières séances franciliennes – , soit en province – Donne-moi des ailes de Nicolas Vanier, un réalisateur qui sait depuis quinze ans attirer les foules du grand public campagnard. Face à cette déferlante de maquillage grotesque, d’oiseaux en panne de migration et de souvenirs aussi romantiques que fantastiques, qui cumule plus de la moitié des spectateurs, les films en continuation ont sérieusement peiné à se maintenir. Tandis que les films américains ont subi de front l’assaut du Joker, le seul film à avoir su résister est de Édouard Bergeon. Désormais bien au dessus du million d’entrées, il pourrait peut-être même rêver d’approcher les deux millions de spectateurs en fin de course, après les deux semaines de vacances, toujours très généreuses à l’égard des séances de rattrapage des films qui viennent de faire le buzz.

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 9 et le mardi 15 octobre 2019 :

  1. Joker – distribué par Warner Bros. France – Nouveauté – 1 606 425 entrées cumulées – 42 % part de marché
  2. Donne-moi des ailes – distribué par SND – Nouveauté – 311 729 entrées cumulées – 8 % part de marché
  3. Au nom de la terre – distribué par Diaphana Distribution – 3ème semaine / – 25 % – 273 002 entrées / 1 110 744 cumul – 7 % part de marché
  4. – distribué par Paramount Pictures France – 2ème semaine / – 46 % – 193 712 entrées / 553 718 cumul – 5 % part de marché
  5. – distribué par Bac Films – 2ème semaine / – 43 % – 156 806 entrées / 431 329 cumul – 4 % part de marché

6. Chambre 212 – distribué par Memento Films – Nouveauté – 139 312 entrées cumulées – 4 % part de marché

7. J’irai où tu iras – distribué par Mars Films – 2ème semaine / – 50 % – 114 034 entrées / 342 877 cumul – 3 % part de marché

8. – distribué par Universal Pictures France – 3ème semaine / – 40 % – 109 203 entrées / 563 964 cumul – 3 % part de marché

9. – distribué par Metropolitan Filmexport – 3ème semaine / – 52 % – 76 195 entrées / 539 059 cumul – 2 % part de marché

10. – distribué par 20th Century Fox France – 4ème semaine / – 53 % – 76 019 entrées / 960 228 cumul – 2 % part de marché


© Universal Pictures France Tous droits réservés

Aux États-Unis, Joker n’a plus rien à prouver, après son démarrage tonitruant la semaine dernière. Une baisse de près de 42 % pour son deuxième week-end n’est ainsi pas trop étonnante, mais plutôt rassurante en comparaison avec celle de ses confrères les plus récents, Captain Marvel, les Avengers et Spider-man, qui avaient tous cédé au moins la moitié de leur chiffre d’affaire dans des circonstances comparables. Ce sont davantage les deux nouveautés à sa suite qui auraient du souci à se faire, puisque et le film d’animation La Famille Addams de Conrad Vernon et Greg Tiernan, et Gemini Man de Ang Lee démarrent assez mollement. Pour le remake animé de la série à succès du milieu des années 1960, il s’agit certes d’un démarrage plus vigoureux que celui des deux films de Barry Sonnenfeld au début des années 1990, même si l’inflation ces trente dernières années joue en sa faveur. Mais en tant que démarrage d’un film d’animation, ses trente millions de dollars lui permettent tout juste de se classer à la 90ème place, derrière Tempête de boulettes géantes de Chris Miller et devant Le Drôle de Noël de Scrooge de Robert Zemeckis, des films qui n’ont guère marqué le genre.

Pour Will Smith, le constat est encore plus alarmant, puisque après un démarrage à l’international assez poussif, le sort de Gemini Man sur son marché d’origine n’arrange point les choses. Vingt millions de dollars pour la vedette américaine par excellence, qui avait connu très récemment un beau succès commercial avec Aladdin de Guy Ritchie et ses 91 millions de dollars dès le premier week-end, c’est tout simplement mauvais ! A peu près aussi peu glorieux que le départ de Diversion de Glenn Ficarra et John Requa en février 2015 et, il y a plus longtemps, de Ennemi d’état de Tony Scott, qui avait cependant su se rattraper sur la durée. Pendant que ces valeurs anciennement si sûres peinent donc sérieusement à engranger les billets verts, le cinéma coréen et sa Palme d’or explosent les compteurs. Avec une moyenne par copie dix fois supérieure à celle du champion du classement et sur seulement trois copies, Parasite de Bong Joon-ho continue souverainement sa tournée de conquête du public international. Ses 128 mille dollars par copie lui permettent même d’intégrer le Top 20 des meilleures moyennes par copie, juste devant Dreamgirls de Bill Condon, qui avait également démarré sur trois écrans en décembre 2006. Et parmi les lauréats suprêmes de la compétition cannoise, il se classe même cinquième, devant The Tree of Life de Terrence Malick et Barton Fink des frères Coen !

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 13 octobre 2019 :

  1. Joker – distribué par Warner Bros. – 2ème semaine / – 41 % – 55 861 403 $ / 193 590 190 $ cumul
  2. La Famille Addams – distribué par United Artists Releasing – Nouveauté – 30 300 007 $ cumulés, sortie française le 4 décembre
  3. Gemini Man – distribué par Paramount – Nouveauté – 20 552 372 $ cumulés
  4. – distribué par Universal Pictures – 3ème semaine / – 49 % – 6 072 235 $ / 47 873 585 $ cumul, sortie française le 23 octobre
  5. Downton Abbey – distribué par Focus Features – 4ème semaine / – 38 % – 4 881 075 $ / 82 668 665 $ cumul

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles