Le box-office de la semaine du 6 octobre 2021

0
477

Tralala © 2021 Jérôme Prébois / SBS Productions / arte France Cinéma / Pyramide Distribution Tous droits réservés

Le marché français

L’arrivée tant attendue du dernier James Bond avec Daniel Craig était-elle en mesure de faire grimper le box-office français à ses niveaux les plus élevés d’avant la crise sanitaire ? Cette semaine 41, allant du 6 au 12 octobre, était certes placée sous le signe de cette (très) grosse sortie, transformée en véritable psychodrame de la reprise, tant sa date de débarquement dans les salles a été repoussée encore et encore. Au final, les aventures de l’agent 007 n’ont guère comblé les attentes que les exploitants avaient placé en elles.

Le cumul hebdomadaire progresse d’environ six-cents mille entrées par rapport à la semaine dernière, soit. Mais on est quand même très loin des sursauts spectaculaires survenus pas plus tard qu’en 2019, lorsque la dernière épopée des Avengers avait démarré avec deux millions de spectateurs en plus au compteur pour ses séances elles aussi extra-longues … Bref, cette semaine est dans la moyenne et – gardons tout de même un peu d’optimisme – plus proche des records de l’année 2019 que des résultats moribonds d’il y a douze mois.

Face à la déferlante du blockbuster américain, la part de marché des films français se contracte considérablement, à seulement 22 %. Une preuve supplémentaire de la mainmise de Bond sur les entrées cette semaine, puisque, d’un point de vue statistique, six des films du Top 10 sont des productions françaises. En guise d’indicateur d’un retour à la normale qui arrive quand même, petit à petit, la fréquentation augmente de plus de 130 % par rapport à la même semaine en 2020, particulièrement rachitique.

Les nouveautés

James Bond serait le roi incontesté des foules de spectateurs, qui s’empressent de découvrir ses nouvelles frasques en salles. Après les résultats mi-figue, mi-raisin de Mourir peut attendre de Cary Joji Fukunaga, il serait peut-être temps d’interroger enfin ce mythe, non ? La popularité de l’univers de l’agent de sa majesté a en effet tendance à suivre une courbe en dents de scie. Son apogée sans doute définitif était Skyfall de Sam Mendes, le champion du box-office français en 2012 et – chose encore plus étonnante – le seul film de la série à pouvoir prétendre à ce titre !

Même sans faire appel à notre boule de cristal, on peut d’ores et déjà affirmer que ce film-ci n’ira point aussi loin. Le fait que son premier jour France n’était que le troisième meilleur de cette année, derrière Fast and Furious 9 de Justin Lin et Kaamelott Premier volet de Alexandre Astier a de quoi nous donner d’emblée raison. Et sa part de marché imposante, quoique légèrement inférieure à celle de Avengers Endgame des frères Russo, encore lui, devrait baisser de semaine en semaine.

Comme on pouvait le craindre, aucune autre sortie n’a réussi à s’imposer face à James Bond. Les vaillantes tentatives de contre-programmation de la part des distributeurs français se sont soldées par une arrivée timide de Tralala des frères Larrieu tout en bas du classement, voire par un démarrage encore plus anecdotique de Mon légionnaire de Rachel Lang en dehors.

Les films en continuation

L’effet ravageur du nouvel arrivant sur le marché a finalement pu être limité, grâce à la résistance tout à fait respectable des huit autres films qui s’accrochent contre vents, marées et bunkers venimeux. La seule baisse de plus de la moitié des entrées à signaler au sein du Top 10 revient à Stillwater de Tom McCarthy, qui était déjà le cancre de la classe la semaine dernière. Son distributeur, qui est le même que celui de Mourir peut attendre, s’en remettra. Sinon, on retrouve toujours avec la même vigueur ou presque les deux gros succès français de la rentrée : Boîte noire de Yann Gozlan et Bac Nord de Cédric Jimenez. Ce dernier ne représentera finalement pas la France aux Oscars – c’est Titane de Julia Ducournau qui a été retenu – mais avec désormais plus de deux millions d’entrées à son actif, ce policier marseillais n’est certainement pas à plaindre !

Le seul et unique survivant des sorties de la semaine précédente n’est pas celui auquel on s’attendait. Tandis que Candyman de Nia DaCosta subit le sort de tant de films d’horreur avant lui, Eugénie Grandet de Marc Dugain fait apparemment le plein en termes de public scolaire. A tel point de gagner même une place dans un bas du tableau plus que jamais au coude-à-coude. Et pour rester dans les vieux schémas de lecture de la fréquentation cinématographique à la française, parions que Pourris gâtés de Nicolas Cuche doit sa survie au cœur du classement à l’engouement du public de province, ses séances parisiennes se faisant de plus en plus rares.

Le classement français

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 6 et le mardi 12 octobre 2021 :

  1. Mourir peut attendre – distribué par Universal Pictures International France – Nouveauté – 1 384 858 entrées cumulées – 54 % part de marché
  2. Dune – distribué par Warner Bros. France – 4ème semaine / – 45 % – 275 234 entrées / 2 468 407 cumul – 11 % part de marché
  3. Boîte noire – distribué par Studiocanal – 5ème semaine / – 44 % – 100 553 entrées / 970 224 cumul – 4 % part de marché
  4. Bac Nord – distribué par Studiocanal – 8ème semaine / – 34 % – 89 864 entrées / 2 040 604 cumul – 3 % part de marché
  5. Shang-Chi et la légende des dix anneaux – distribué par The Walt Disney Company France – 6ème semaine / – 41 % – 63 480 entrées / 1 304 432 cumul – 2 % part de marché

6. Pourris gâtés – distribué par Apollo Films – 4ème semaine / – 42 % – 53 173 entrées / 395 431 cumul – 2 % part de marché

7. Eugénie Grandet – distribué par Ad Vitam Distribution – 2ème semaine / – 33 % – 46 891 entrées / 117 041 cumul – 2 % part de marché

8. Tout s’est bien passé – distribué par Diaphana Distribution – 3ème semaine / – 38 % – 46 137 entrées / 220 937 cumul – 2 % part de marché

9. Stillwater – distribué par Universal Pictures International France – 3ème semaine / – 55 % – 42 298 entrées / 272 181 cumul – 2 % part de marché

10. Tralala – distribué par Pyramide Distribution – Nouveauté – 41 732 entrées cumulées – 2 % part de marché


Lamb © 2021 Go to Sheep / Film I Väst / Rabbit Hole Productions / A24 / The Jokers / Les Bookmakers Tous droits réservés

Le marché américain

Il faut croire que les spectateurs américains n’ont pas non plus été emballés par Mourir peut attendre. Avec un peu plus de 55 millions de dollars amassés à la fin de son premier week-end, il fait sensiblement moins bien outre-Atlantique que les récents chapitres des sagas de superhéros. La comparaison est singulièrement pénible avec le champion de la semaine dernière, Venom Let There Be Carnage de Andy Serkis, qui avait été projeté sur légèrement moins d’écrans, mais qui avait su générer une moyenne par copie indiscutablement plus robuste : 12 500 $ pour Bond contre 21 300 $ pour Tom Hardy.

Même constat du côté des autres Bond sous les traits de Daniel Craig, puisque Spectre de Sam Mendes avait démarré à 70 millions de dollars en novembre 2015 pour finir à 200 millions de dollars. Skyfall avait fait encore mieux trois ans plus tôt avec d’abord 88 millions de dollars, puis plus de trois-cents millions en fin de course. Et même le mal aimé Quantum of Solace de Marc Forster s’était hissé jusqu’à 168 millions de dollars après un premier week-end à 67 millions de dollars en 2008. Dans ce contexte assez morose, le fait que le résultat du premier week-end de ce Bond-ci se termine par les chiffres 007 relève de la mauvaise plaisanterie.

L’autre grand perdant du week-end, beaucoup moins équivoque celui-là, est Many Saints of Newark Une histoire des Soprano de Alan Taylor. Après un démarrage déjà pas fameux, le prequel des « Soprano » chute lourdement en deuxième semaine. Sa moyenne par copie de 446 dollars est la plus mauvaise du Top 15, à l’exception du dernier Clint Eastwood, Cry Macho, qui s’accroche faiblement à la quinzième place après un mois à l’affiche et dix millions de dollars au compteur.

Enfin, ce n’est pas toutes les semaines que l’on trouve un film islandais dans le classement des meilleures entrées aux États-Unis. Et il ne s’agit même pas d’une comédie ! Lamb de Valdimar Johansson, ce conte étrange sur une drôle de famille avec Noomi Rapace, sélectionné cette année à Cannes dans Un certain regard et distribué en France fin décembre, fait un peu de bruit en bêlant à la huitième place.

Le classement américain

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 10 octobre 2021 :

  1. Mourir peut attendre – distribué par Metro-Goldwyn-Mayer – Nouveauté – 55 225 007 $ cumulés
  2. Venom Let There Be Carnage – distribué par Sony Pictures Entertainment – 2ème semaine / – 64 % – 31 753 623 $ / 141 419 239 $ cumul, sortie française le 20 octobre
  3. La Famille Addams 2 Une virée d’enfer – distribué par United Artists Releasing – 2ème semaine / – 41 % – 10 114 981 $ / 31 236 832 $ cumul
  4. Shang-Chi et la légende des dix anneaux – distribué par Walt Disney Studios – 6ème semaine / – 29 %– 4 308 807 $ / 212 565 572 $ cumul
  5. Many Saints of Newark Une histoire des Soprano – distribué par Warner Bros. – 2ème semaine / – 69 % – 1 419 474 $ / 7 376 526 $ cumul, sortie française le 3 novembre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici