Le box-office de la semaine du 1er mars 2023

0
1252

Les Petites victoires © 2023 Stéphanie Branchu / ADNP / Quad Films / France 3 Cinéma / Zinc. Tous droits réservés

Le marché français

Ça bastonnait sec au cinéma la semaine dernière. Mauvaise blague à part, le genre de débordement provoqué pendant de rares projections du nouveau champion du box-office français est apparemment la norme depuis les débuts de la saga suprême du défoulement. Toujours est-il qu’en cette semaine 9, allant du 1er au 7 mars, ce ne sont pas seulement les petits casseurs du samedi soir qui sont allés se faire une toile. Pour une semaine de fin de vacances et d’activité de grève accrue, la fréquentation baisse en effet de manière à peu près raisonnable.

Les films ayant d’ores et déjà profité à plein régime de l’effet « vacances d’hiver » déclinent certes fortement. Mais la relève est globalement assurée par des nouveautés au potentiel commercial solide. Ainsi, le cumul hebdomadaire passe à nouveau en dessous des quatre millions de spectateurs, avant d’arrêter sa chute vers les 3 675 000 tickets vendus. Ce n’est pas fameux, mais le mouvement cyclique à la baisse aurait aisément pu être plus marqué !

Globalement, les indicateurs restent donc timidement au vert, avec une hausse d’environ 30 % au niveau du cumul depuis le début de l’année 2023 et même un mieux plus significatif dans la comparaison avec la même semaine l’année dernière, à la fréquentation alors carrément sinistre. Les quatre semaines d’affilée du règne du cinéma français touchent à leur fin. Et même si l’on ne peut que se féliciter de ce premier mois entièrement placé sous le signe des gros succès français depuis la réouverture des salles de cinéma en mai 2021, mieux vaut être réaliste et admettre que les films hollywoodiens ont bel et bien repris leur place dominante du marché. Qu’à cela ne tienne, les productions françaises préservent quand même une part de marché de 41 % cette semaine.

Les films en continuation

Bon nombre de films sont tombés victimes du coup de balai pré-printanier. Seuls cinq ont su se maintenir dans le Top 10 français, avec des destins plus ou moins variables. Dans un contexte où la perte de la moitié de ses spectateurs d’une semaine à l’autre est presque le minimum, le bon élève – The Fabelmans de Steven Spielberg – n’en perd « que » 45 %. A l’opposée, Astérix et Obélix L’Empire du milieu de Guillaume Canet s’éclipse à une telle vitesse qu’on n’est même pas sûr de le retrouver encore sur la liste des meilleures entrées la semaine prochaine.

Comme quoi l’opération marketing autour des vacances a été à peu près réussie, tandis que la qualité du film n’incite pas le public français à lui procurer une carrière commerciale sur la durée. Les quatre millions et demi de fidèles Gaulois seront probablement atteints grâce au coup de pouce du Printemps du cinéma dans une dizaine de jours, mais guère plus. Par conséquent, le cinquième film non-animé inspiré de l’univers créé par Uderzo et Goscinny remplit son contrat sans le moindre éclat.

Une sensation d’essoufflement comparable peut être notée du côté des productions Marvel. Là aussi, Ant-Man et la Guêpe Quantumania de Peyton Reed limite plutôt la casse. Il fait surtout mieux que dans son pays d’origine, où les baisses de week-end en week-end sont catastrophiques. Avec un cumul probable d’un million et demi de spectateurs, la déception est sans doute au rendez-vous chez Disney.

Heureusement, le cinéma français se porte un peu plus dignement, notamment grâce à Alibi.com 2 de Philippe Lacheau. L’ancien triple champion peut assez sereinement envisager d’approcher les quatre millions de rieurs en fin d’imposture. Les spectateurs en quête de calme et de simplicité étaient beaucoup moins nombreux en ce début du mois de mars. En toute logique, Les Choses simples ne sera pas le deuxième film millionnaire de la carrière de son réalisateur Eric Besnard, quinze ans après Cash avec Jean Dujardin à l’état d’esprit infiniment plus matérialiste.

Les nouveautés

Le public français avait visiblement soif de nouveautés en cette semaine assez bien fournie en la matière. Avec un classement renouvelé à moitié, le rythme accéléré du cycle de vie d’un film en salles se confirme, pour le meilleur et le pire. Le premier profiteur du bonus de la première semaine – malgré des déprogrammations ponctuelles suite aux bagarres – a été Creed III de Michael B. Jordan. Le neuvième épisode de l’univers imaginé jadis par Sylvester Stallone s’impose sans peine en un round avec un peu plus d’un million de spectateurs et une part de marché confortable de près d’un ticket sur trois vendus de moins en moins physiquement.

Est-ce qu’il fera mieux que son prédécesseur Creed II de Steven Caple Jr., le champion éphémère pendant une semaine en janvier 2019 ? Ou bien fera-t-il aussi bien que le soi-disant original Creed L’Héritage de Rocky Balboa de Ryan Coogler qui s’y était accroché une semaine de plus trois ans plus tôt ? On le verra bien mercredi prochain, surtout en fonction de l’engouement populaire pour Mon crime de François Ozon …

L’ordre d’arrivée des quatre autres nouveautés nous laisse plutôt perplexes. Car côté français, nous avions osé espérer qu’un film dans l’air du temps comme La Syndicaliste de Jean-Paul Salomé fait mieux que la comédie en apparence franchouillarde Les Petites victoires de Mélanie Auffret. La différence de plus de cinquante mille spectateurs ne peut même pas s’expliquer par celle du degré d’exposition, le thriller avec Isabelle Huppert ayant eu plus de cent écrans supplémentaires à sa disposition par rapport à la comédie avec Michel Blanc. Côté américain, nous sommes assez ravis de voir Empire of Light de Sam Mendes s’imposer d’une courte tête en bas du classement devant The Son de Florian Zeller. D’autant plus que, là aussi, la moyenne par copie penchait clairement en faveur du conte nostalgique avec Olivia Colman, à déguster dans une centaine de salles en moins que les problèmes familiaux de Hugh Jackman.

Le classement français

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 1er et le mardi 7 mars 2023 :

  1. Creed III – distribué par Warner Bros. France – Nouveauté – 1 105 921 entrées cumulées – 30 % part de marché
  2. Alibi.com 2 – distribué par Studiocanal – 4ème semaine / – 50 % – 400 063 entrées / 3 304 500 cumul – 11 % part de marché
  3. Les Petites victoires – distribué par Zinc. – Nouveauté – 250 360 entrées cumulées – 7 % part de marché
  4. Ant-Man et la Guêpe Quantumania – distribué par The Walt Disney Company France – 3ème semaine / – 53 % – 205 792 entrées / 1 378 698 cumul – 6 % part de marché
  5. The Fabelmans – distribué par Universal Pictures International France – 2ème semaine / – 45 % – 202 193 entrées / 569 525 cumul – 6 % part de marché

6. La Syndicaliste – distribué par Le Pacte – Nouveauté – 192 422 entrées cumulées – 5 % part de marché
7. Astérix et Obélix L’Empire du milieu – distribué par Pathé – 5ème semaine / – 63 % – 190 917 entrées / 4 353 927 cumul – 5 % part de marché
8. Empire of Light – distribué par The Walt Disney Company France – Nouveauté – 107 051 entrées cumulées – 3 % part de marché
9. The Son – distribué par UGC – Nouveauté – 102 272 entrées cumulées – 3 % part de marché
10. Les Choses simples – distribué par SND – 2ème semaine / – 55 % – 100 998 entrées / 323 128 cumul – 3 % part de marché


Demon Slayer Kimetsu No Yaiba En route pour le village des forgerons © 2023 Koyoharu Gotoge / Shueisha /
Crunchyroll / CGR Events Tous droits réservés

Le marché américain

Dans les salles américaines, les grandes tendances étaient les mêmes qu’en France. Creed III s’y est également imposé sans peine et Ant-Man et la Guêpe Quantumania s’y accroche misérablement à la deuxième place, plutôt faute de concurrence crédible qu’à cause de la faveur des fans de l’univers Marvel.

Sinon, les sorties aux États-Unis ont soit une légère avance, soit un bref retard sur l’agenda français. Alors que nous ne découvrirons l’ours intoxiqué de Crazy Bear de Elizabeth Banks que la semaine prochaine, les séances événementielles du film d’animation japonais Demon Slayer Kimetsu No Yaiba En route pour le village des forgerons avaient déjà permis à ce dernier de faire une apparition éclair à la dixième place du classement français la semaine passée. Enfin, il est quasiment certain qu’un film comme la comédie religieuse Jesus Revolution de Jon Erwin et Brent McCorkle ne voie jamais la lumière des projecteurs laser français, même pas chez Saje Distribution.

En amont de la 95ème cérémonie des Oscars, qui se tiendra dimanche soir, heure de Los Angeles, au Dolby Theatre d’Hollywood, les heureux candidats cherchent à profiter in extremis de l’exposition et de la publicité gratuite que leur fournit une nomination aux prix suprêmes du cinéma mondial. Sauf que, cette année, la plupart des films dans la course pour l’Oscar du Meilleur Film n’ont guère enthousiasmé le box-office américain.

Le probable gagnant Everything Everywhere All At Once de Daniel Kwan et Daniel Scheinert se trouve actuellement à la 20ème place et cumule un pactole de 73 millions de dollars, là où ses concurrents directs The Fabelmans de Steven Spielberg, Les Banshees d’Inisherin de Michael McDonagh, Tár de Todd Field et Women Talking de Sarah Polley n’en sont respectivement qu’à des recettes cumulées entre dix-sept millions et cinq millions de dollars. Au moins, tous ces films ont su enregistrer une progression en ce week-end avant la grande soirée de fête, allant jusqu’à 93 % pour Les Banshees d’Inisherin et Sans filtre de Ruben Östlund.

Le classement américain

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 5 mars 2023 :

  1. Creed III – distribué par United Artists Releasing – Nouveauté – 58 370 007 $ cumulés
  2. Ant-Man et la Guêpe Quantumania – distribué par Walt Disney Studios – 3ème semaine / – 59 % – 12 810 042 $ / 187 137 871 $ cumul
  3. Crazy Bear – distribué par Universal Pictures – 2ème semaine / – 52 % – 11 139 365 $ / 41 407 685 $ cumul, sortie française le 15 mars
  4. Demon Slayer Kimetsu No Yaiba En route pour le village des forgerons – distribué par Crunchyroll – Nouveauté – 10 117 806 $ cumulés
  5. Jesus Revolution – distribué par Lionsgate – 2ème semaine / – 46 % – 8 507 505 $ / 30 398 896 $ cumul, sans date de sortie en France

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici